Breaking news ! Philae : « Nous avons atterri »

Philae

Pour la première fois, un engin spatial a atterri sur la surface d'une comète, la comète 67P / Churyumov-Gerasimenko !

« We have landed » (« Nous avons atterri »), la phrase a été lancée… Philae a posé ses circuits à la surface d’une comète. Nous venons d’assister à un grand moment de la conquête spatiale ! C’est une étape importante pour l’humanité, explique l’ESA dans une déclaration officielle.

Philae gif

La suite des opérations sera encore bien plus excitante, Philae peut dénicher des données qui nous aideront à comprendre comment le système solaire a été formé et même enfin comprendre la formation de la vie sur notre planète. Espérons que l’engin soit en parfait état, mais pour l’heure, savourons l’instant :

Ce moment est historique. Bravo !

Si vous vous demandez ce que Philae va chercher sur la comète, nous vous invitons à relire notre précédent article Mais que va faire Philae sur sa comète ?

 

 

 

Tags :Sources :rosetta
Dernières Questions sur UberGizmo Help
        1. Il semble en plus que le lander est fait deux attérissage, ce qui expliquerait le flou des dernières images propoée. j’ai mis à jours l’article du lien avec de nouvelles photos

  1. c’est un réel exploit technique, mais la mission n’était pas là, comment ont ils pu etre aussi sur d’eux et ne pas equipe ce ptit robot d’un systeme d’arrimage plus serieux en secoure, tout l’interet de la mission est perdu a cause d une bande de pingouins trop sur d’eux, cette mission est a l’image de l’europe incapable de ce remettre en question, faire tout ce chemin et etre aussi pres du but et tout perdre a cause d’un systeme qui ne laisse aucune place a une seconde chance…

    Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
    1. Qu’auraient-ils dû faire alors? Equiper Philae de 3 ou 4 systèmes d’arrimages différents sachant que la nature du « sol » était inconnue et que comme dans toute sonde spatiale l’espace (uh uh) est compté?

      Ils avaient dit dès le départ que réussir à poser Philae serait un exploit car non seulement le risque de « rebond » était grand, mais également parce que si l’atterrisseur arrivait avec un angle trop important par rapport à la surface ce serait fichu et enfin parce que le système de harpons serait peut-être totalement inefficace.

      Philae a connu quelques problèmes qui sont en cours d’analyse. Car les harpons n’ont pas fonctionné (est-ce que ça veut dire qu’ils ne se sont pas déclenché ou bien qu’ils n’ont pas accroché la surface?) mais également parce que les réacteurs de Philae ont eu des problèmes (après 10 ans dans l’espace, ne l’oublions pas)

      Donc laissons les équipes faire leur boulot et voyons ce que ça va donner.

    2. N’oublions pas que nous sommes dans la recherche et l’exploration, il s’agit là d’expérimentation, et dans il y aura toujours de l’imprévu dans ce domaine.

      « Comment ont ils pu etre aussi sur d’eux »
      Chaque instrument/système de Rosetta et Philae ont étés testés et retestés avant de partir (il y a plus de 10 ans…) puis dès le réveil de Roseta après des années d’hibernation (avec une température de quelques Kelvins, ne l’oublions pas).
      Elle envoie un petit message au centre de contrôle. A partir de ce moment, des dizaines de tests sont réalisés et aucun instrument n’y échappe.
      Mise en orbite, et découverte de la forme de la comète (inconnue jusque là…) des semaines sont prises pour choisir un site convenable pour maximiser les chances de réussite.
      Site choisi, on reteste tout, on attends trois confirmations successives avec à chaque fois des vérifications de toutes sortes.
      Le troisième « GO » est prononcé, largage et vérification de tous les système des deux engins (Rosetta et Philae).
      Philae est conçu pour tout type de terrain, avec harpons (*3), vis(*3), propulseur(*1) et patins(*3), soit plus qu’il n’en faut.
      Le tout avec 28 minutes et 20 secondes de latence dans les communications.

      Et malgré tout ça, personne dans la salle de contrôle n’était serein avant le premier retour d’information.
      Alors non, ils n’étaient pas sûr d’eux, c’est comme ça que marche la recherche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité