Des scientifiques auraient-ils trouvé le « gène de l’homosexualité » ?

Génétique

C'est une grande question qui fait débat depuis fort longtemps. L'homosexualité n'est-elle qu'un simple choix de vie, une simple attirance vers le même sexe ou est-elle inscrite au plus profond de notre être, dans nos gènes ? Une nouvelle étude pourrait bien avoir identifié le gène en question.

Publiée dans le New Scientist, cette étude apporte une nouvelle pierre à l’édifice pour les défenseurs de la théorie du « gène gay ». Après avoir étudié le génome de quelques 409 paires de jumeaux homosexuels durant 5 ans, des chercheurs ont trouvé dans tous les sujets un même gène, qu’ils pensent être responsable de leur orientation sexuelle puisque les jumeaux n’étaient en aucun cas identique – pas la même taille ni la même couleur de cheveux ou d’yeux -. Pourtant, ce gène était présent chez chaque sujet. Pour le directeur de cette étude, Alan Sanfers, il s’agit d’une énorme preuve qui « érode la notion de l’orientation sexuelle comme choix ».

« Cette étude ajoute un nouvel argument au débat concernant la théorie de l’homosexualité comme choix de vie », ajoute Simon LeVay. « Oui, nous avons un choix dans notre vie, celui d’être nous-mêmes ou de nous conformer à l’idée de la normalité de quelqu’un d’autre, mais être hétérosexuel, bisexuel ou gay, ou rien du tout, fait partie intégrante de qui nous sommes, et ceci en partie grâce à notre ADN. »

Tags :Via :Huh Magazine
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Manifestement il se pourrait qu’il existe également un gène de l’homophobie. J’espère qu’on pourra le diagnostiquer avant la naissance. Je ne voudrais pas que mon enfant soit homophobe…

    1. Manifestement il se pourrait qu’il existe également un gène du con. J’espère qu’on pourra le diagnostiquer avant la naissance. Je ne voudrais pas que mon enfant aussi con, sérieusement !

      1. SNAKE dis moi avec un pseudo tel que le tien tu impressionnes beaucoup de monde ? tu joues au gros dure et tu emballes beaucoup de femme .
        Tu dois être mignon avec tes bras bodybuildé , tu dois prendre soin de ta ligne et être aussi efféminé que ceux que tu n’aimes pas . Contradictoire dans ton idéologie et ton comportement en somme .
        Comme mon voisin en face de chez moi et qui a mis sous velux , car ne pouvant pas le mettre à la poubelle actuellement , un appareil pour muscler le fessier .
        J’ai même croisé un rappeur qui se la jouait gros dur , qui se promenait en legging .
        Pour dire les paradoxes , illogiques a font les neuneus .

        Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
      2. Il suffit de s’abstenir de procréer. Il y a sept milliards d’être humains sur la planète. Sept milliards de pollueurs dont les 98% sont inutiles. A quoi bon mettre au monde des personnes qui n’ont jamais demandé à vivre, qui dès lors qu’elle seront nées, auront perdu la liberté et qui devront mourir. Il n’y a certainement rien de plus cruel que de d’imposer la vie. C’est une problème que tout le monde semble pourtant prendre avec légèreté comme si nous n’avions rien de mieux à faire que de vivre comme des animaux.

      3. Je suis d’accord ! Il y a un gros probléme de génes . Il n’étudient pas les bons génes ! Qu’ils trouvent le géne du con ! De l’ignorant ! Et le fait de relayer cette ânerie est tout aussi con ! Je suis vraiment attristée que l’on en soit encore là a ce demander si c’est un choix …..

  2. Perso je m’en fout, les gens font ce qu’ils veulent. Ça me révulse par rapport à moi-même mais si d’autres aiment tant mieux pour eux.
    Ce qui me dérange en revanche c’est que ce sujet soit si prépondérant aujourd’hui alors qu’il y a bien plus important à penser. Du genre dans moins de 50 ans notre planète sera surpeuplée et hyper-polluée, on aura atteint le point de non-retour et seront condamnés. Mais bon les homosexuels seront reconnus par tous et pourront même procréer par le miracle de la conception artificielle donc tout n’ira pas si mal..

    1. La planète est déjà surpeuplé. Il y a sept milliards de gens inutiles dont la majorité vit dans la pauvreté alors qu’une minorité détient la plus grand part des richesses.

    1. « être hétérosexuel, bisexuel ou gay, ou rien du tout, fait partie intégrante de qui nous sommes », belle preuve d’intolérance, effectivement. Tu as lu l’article au moins ?
      Et ce n’est pas un raisonnement, c’est un constat.

  3. Un organisme n’a pas besoin de pouvoir se reproduire pour fonctionner parfaitement.
    Et si la normalité est de se reproduire, doit on forcer les hétéros qui ne le souhaitent pas à le faire quand même au prétexte qu’ils le peuvent et donc le doivent?
    Est-ce acceptable d’être homo, petit, roux, chauve, poilu, etc? Voulez-vous des humains tous identiques sous prétexte de normalité?
    La maladie peut être définie par une affection dont on souffre. Que je sache, les homos n’ont à souffrir que de l’homophobie et de ses conséquences.

    1. Non, il n’en a pas besoin effectivement, mais si il en est incapable, il y a manifestement quelque chose qui va à l’encontre de ce pourquoi nous existons tous …

      1. « De ce pourquoi nous existons »?
        C’est faire bien peu de cas de ce qui différencie l’homme de l’animal, mais peut être s’agit il d’une généralité que vous faites en vous basant sur votre propre cas?

        1. Vous êtes bien arrogent de vous différencier des animaux !
          Qu’avons nous plus qu’eux si ce n’est que nous devons être la seule espèce à s’autodétruire ?

        2. D’ailleurs, l’homophilie ne serait elle pas qu’une étape de plus dans l’autodestruction ?

          Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
        3. l’homme est un animal :p

          tiens pour ton information

          animal
          nom masculin
          (latin animal, -alis, être vivant, de anima, souffle, principe vital)

        4. Ce qui nous distingue de l’animal comme l’écrivait Rousseau, c’est le libre arbitre sous entendu, la conscience, soit une forme supérieure d’intelligence, chose dont ne sont pas dotés les animaux et les humains qui comme ici, n’arrivent pas à faire la distinction entre animal et humain.
          Mais c’est bien, ces personnes (rudy6975, Bijout, oups) reconnaissent d’elles meme qu’elles peuvent etre l’équivalent d’un babouin, d’un asticot ou d’une moule dont en plus de partager le statut, partagent également le QI.
          Allez lire des livres plutôt.

        5. L’homme croit à tort qu’il n’est pas un animal (mais c’est un grand singe) et il se comporte comme un animal. Pourtant les autres animaux lui sont supérieurs et bien moins nuisibles. L’homme est d’une suffisance totalement effarante. J’espère que cela le perdra.

        1. Chaque individu d’une espèce, l’Homme en étant une parmi tant d’autre, est programmé pour faire survivre celle-ci !
          La reproduction étant le premier processus visant cette cause, le raccourci est vite fait !

          Tu peux toujours dire que nous ne sommes pas des animaux, ça ce discute aussi.

      2. Sur ce point nous sommes d’accord, nous sommes trop nombreux …
        Pour le reste, faudrait qu’on se mette d’accord sur les critères de sélection pour une régulation plus rapide.

        1. Mais si ça se trouve, l’homosexualité n’est qu’une forme d’évolution un peu différente mais qui répond à un sentiment de surpopulation et qui se manifeste pour réguler naturellement la population humaine (les homosexuels ne pouvant par définition, pas se reproduire sans une intervention tierce).

          Pour les intégristes, c’est du second degré à prendre avec légèreté bien sûr …

      3. C’est justement cela que vous ne comprenez pas, une espèce animale en particulier (et la vie en général) n’a pas pour but premier de se reproduire, mais de continuer à maintenir son existence par tous les moyens possibles (défense du territoire, des ressources, et aussi reproduction) – ce qui n’est pas la même chose, y compris par le contrôle des naissances. Car une reproduction excessive peut être une menace aussi sérieuse que n’importe quelle famine (les deux sont d’ailleurs liées, regardez le Nigéria !).

        Voici ce que nous savons par la science : plus une espèce est petite, plus elle se reproduit rapidement et en grand nombre / gestations courtes et des maturités sexuelles précoces. Plus elle est grande, plus ces chiffres diminuent dans le premier cas / augmentent dans le second.

        Exemples :
        Souris. . Cinq à quinze portées par an. sur 3 semaines et entre 5 et 12 petits par portée
        Humain. un fois tous les un à deux ans et usuellement un seul bébé. A partir d’environ 12 à 15 ans et sur environ 9 mois.
        Éléphant. Environ tous les 5 ans, un seul bébé. A partir d’environ 15 à 30 ans, et sur environ 20 mois.

        Or, nous savons aussi que plus une espèce est numériquement importante, plus elle a de chances de consumer les réserves de nourriture végétale ou carnée. Dans ce contexte, l’homophilie représente un atout : des couples homos se reproduisent moins et moins souvent (car il est tout de même fréquent qu’ils se reproduisent, nous allons le voir) donc limitent la prolifération excessive, et donc évitent la surpopulation. De plus, c’est aussi l’assurance d’avoir disponibles des parents potentiels pour élever d’éventuels orphelins… car oui, l’homoparentalité adoptive est aussi une norme du vivant.

        Partant de là, on peut supposer que l’homophilie soit plus souvent observée chez les espèces à forte population et de taille et d’appétit moyen. Les espèces les plus « lourdes » se reproduisent moins, et les espèces plus petites consomment comparativement moins.

        Cas pratique : les oiseaux, bien plus nombreux sur terre que les hommes, sont aussi bien plus souvent homos. Chez les oies cendrées, par exemple, un couple sur cinq est composé de deux mâles, qui se voient parfois offrir des œufs ou des jeunes « surnuméraires » en vue de les adopter ou de parfaire leur éducation.
        Par ailleurs, les rapports homosexuels pourraient obéir à une stratégie permettant d’établir des alliances avec d’autres individus pour renforcer une position sociale, défendre un territoire… voire aider à élever des petits. Car on sait bien que la sélection naturelle élimine tout ce qui n’est pas utile ; si l’homonaturalité existe, c’est bel et bien qu’elle se justifie.

        Ce raisonnement se vérifie aisément, aussi bien à l’état sauvage qu’en captivité, chez toutes les espèces bisexuées et selon les pourcentages prévisibles par ce raisonnement.

        De plus, il ne peut s’agir de dysfonctionnement ou de maladie pour autant, car encore une fois il s’agit d’une norme prévisible et fonctionnelle, qui ne handicape en rien ni l’individu ni le groupe. Car oui, les autres animaux ne rejettent jamais un couple homo, ni une situation d’homoparentalité, ce qu’ils seraient susceptibles de faire dans leur propre intérêt et celui du groupe pour tout comportement anormal et nocif à la surie de l’espèce comme dudit groupe. Un malade est une personne souffrant d’une maladie, qu’elle soit déterminée ou non, or et contrairement à l’espèce humaine, aucune population d’animaux homos ne semble être plus sujette aux maladies, aux souffrances, à la solitude ou aux comportements nocifs que les hétéros.

        En conclusion, non seulement l’homophilie et l’homoparentalité ne sont absolument pas contre-nature mais elles sont même des normes naturelles parfaitement établies. Qui plus est, la nature tire avantage de l’homophilie comme vu plus haut.

        En revanche, une seule espèce sur terre semble être affectée d’une étrange maladie liée à l’homonaturalité. Cela la pousse d’une part à haïr cet aspect d’elle-même, et d’autre part à ce que les homos eux-mêmes souffrent tant qu’ils en viennent souvent au suicide ou aux comportement nocifs voire dangereux.
        Ce fait unique sur terre porte un nom : homophobie, une maladie mentale très grave et particulièrement nocive, qui condamne à mort ou à la solitude et au désespoir des dizaines de milliers de nos frères et sœurs en humanité, et à condamner de même par avance d’innocents enfants des générations futures à la subir également une fois grandis. Sans parler de ceux de ces enfants qui deviendront, à cause de tels discours, des gens de haine et de mépris plutôt que d’amour du prochain, et donc encore plus de souffrance et de corruption.

        Il est urgent de nous guérir de cette maladie, à commencer par vous, monsieur Bijout. Et surtout de réaliser que la nature n’est pas une chose que nous pouvons instrumentaliser sans rien y connaitre, à l’instar des homos.

        Que Dieu vous garde.

        1. En conclusion :

          Homophilie : BIEN

          Homophobie ou plutôt pour être juste homophilophobie ou homosexophobie : PAS BIEN
          (l’homophobie signifiant la peur de son prochain …)

          Adoption pour les couples homophiles : BIEN

          PMA et GPA pour les couples homophiles : PAS BIEN -> je suis contre en générale !

          Aussi, je ne pense pas avoir tenu de propos homophilophobique (oui j’aime mieux ce mot là …) dans tout mes commentaires !
          Si on ne peu plus dire que les homophiles sont homophiles, les noir sont noir ou les juifs sont juifs sans être traité d’homophobe, raciste ou antisémite, le monde va mal …

          Dieu et les religions en général sont une invention de l’homme pour nous faire oublier que tout va mal justement !

        2. Sauf que la notion de sexualité chez les animaux diffère de celle qu’on applique généralement aux hommes, et cela est encore plus problématique en ce qui concerne l’homosexualité. Ainsi, le Trésor de la Langue Française définit ainsi la « sexualité » chez les animaux : « Ensemble des mécanismes physiologiques qui concourent au rapprochement des sexes et à la reproduction de l’espèce. » Dans le cas de l’être humain cela désigne en revanche l’« Ensemble des tendances et des activités qui, à travers le rapprochement des corps, l’union des sexes (généralement accompagnés d’un échange psycho-affectif), recherchent le plaisir charnel, l’accomplissement global de la personnalité. » Cette notion, très psychologique, est donc difficile à appliquer telle quelle aux animaux, et la sexualité se cantonne donc le plus souvent dans le règne animal à la somme des comportements sexuels observables, sans dimension psychologique ou ontologique. Il en va de même de la sexualité prise au sens d’« orientation sexuelle », qui est une définition éminemment subjective et existentialiste, notamment dans sa dimension exclusive : par exemple, si on observe des comportements homoérotiques chez de nombreux vertébrés, l’idée d’« homosexualité » au sens d’un mode d’épanouissement sexuel prenant la forme d’une attirance physique consciemment et exclusivement tournée vers des individus de même sexe est impossible à appliquer à des non-humains.

          Ainsi, pour Thierry Hoquet, « Si l’espèce humaine doit être, à de nombreux égards et peut-être même de part en part, considérée comme une espèce biologique, on peut néanmoins s’interroger sur l’unité des catégories humaines de « viol », de « harem », de « monogamie », ou d’« homosexualité » quand elles sont appliquées indifféremment à tous les animaux ». Cette idée rejoint celle de Ruth Bleier selon laquelle un tel abus de langage relève d’un « ethnocentrisme qui engendre des présupposés non examinés, des questions biaisées, un usage sélectif des modèles animaux, un anthropomorphisme des concepts et du langage (machisme des insectes, prostitution chez les grands singes ou les oiseaux, homosexualité des vers de terre), ainsi que des distorsions et des représentations fautives dans l’usage des données ».

          Souces : http://fr.wikipedia.org/wiki/Comportement_homosexuel_chez_les_animaux#Une_d.C3.A9finition_complexe

  4. C’est quoi le but de cette recherche au fond ?
    Trouver une preuve qu’une humain est homo à sa naissance pour le mettre dans une ecole gay ?
    Ah non, c’est sans doute pour la selection non-naturelle prévue pour les futures grossesses, on pourra choisir si on veut faire un homo ou pas. Eugénisme social.
    A moins que ce soit pour prouver un droit, peut etre afin de lutter contre les mariages blancs à but migratoires ? hummmm C’est peut être ça.
    Les preuves génétiques c’est le meilleur moyen de nous contrôler de sorte à nous caser dans des categories. Mais ça peut avoir son revers. Ce sera le libre-arbitre contre la science de la determination et la dictature faciste. Je suis pour le libre-arbitre.

    1. Et toi rien compris, n’esseye pas de me mettre dans ton camp dictatoire. Je viens de dire que j’etais pour la liberté de chacuns et non la categorisation dans le but de rejetter. Car je ne vois pas quel autre but pourrais avoir cette étude malsaine.

    2. Le but de la recherche scientifique, c’est d’établir la vérité, point. L’exploitation des découvertes faites est de la responsabilité des politiques, il ne faut pas mélanger.

  5. Je crois que certains ont un peu trop tendance à prendre leurs gamins pour un avatar de MMO.
    Non votre gamin ne sera pas nécessairement hétéro comme vous, médecin ou avocat comme vous, aimant la chasse et la tête de veau comme vous…
    Si c’est un mini-moi en mieux que vous voulez, faites vous cloner.

      1. La thérapie génique n’est qu’un stade intermédiaire entre le 100% naturel et le clonage complet. Vouloir modifier une caractéristique humaine n’est donc pas plus légitime que de les modifier toutes, chacun pouvant placer leur curseur où il veut et se réclamer dans son bon droit au même titre que vous.

  6. Il n’y a pas de gêne gay, c’est un choix sociétal inconscient. La raison de mon affirmation ? Mon mec a un vrai jumeau, génome identique donc. Pourtant il est hétéro. Au pire il y a une prédisposition génétique.
    Pourquoi c’est inconscient ? Non mais franchement, si j’avais choisi consciemment, je serais pas gay.
    Je suis anormal ? Différent ? Malade ? Non, c’est une une part de moi.
    Point de détail : Le jour ou notre société se contrefichera royalement de l’orientation sexuelle de ses membres, il n’y aura plus de « lobby gay ».

    1. T’as déjà entendu parler de mutation génétique ? Ton mec et son jumeau ont fait comparer leur génotype par un labo ? Eh oui, la science c’est compliqué…

    2. Le but de cette science est de dire à ton mec ou son jumeau qu’il est un imposteur et donc qu’il est dans l’illégalité. Dans tous les cas, l’un des deux n’aura pas le droit au mariage car l’un des deux esseye d’agir dans son interet personnel : chose qui sera interdite par la loi au pire. Il faut agir selon la l’interpretation génétique, en fait selon la programmation des dictatures qui seront les seules à pouvoir interpreter les gènes. La science des gènes du comportement c’est l’eugénisme, on sait ou ça mène. Ca sert à trier et programmer l’humain qui est trop libre pour certains. C’est une forme de conditionnement ou on espère retirer ce qui fait de l’homme l’homme : sa possibilité de choisir de sorte à ce qu’il soit plus proche des robots.

      Oui ou comme dit Benco, si ils veulent ils diront que le gène a muté comme ça ils ont une bonne excuse pour dire que leur science est la vérité vraie.
      Bizarrement il pourrais y avoir des mutations fréquentes sur ce gène en particulier car les autres sont assez rares mais celui-ci il mute souvent. Il remute même défois. Défois il mute juste le temps du test.

    3. avoir un génome différent ne veut pas dire être malade ou anormal quel est ton problème exactement ?

      & à vrai dire pour la question de l’orientation sexuel c’est plutôt les gays qui brandissent sans en étendard que les hétéros qui le demandent :p c’est peut être encore nécessaire mais ça tend à le devenir de moins en moins ..

  7. J’attend que demain le gène des végétariens soit identifié et que l’on se mobilise contre ces *** qui refusent de manger de la viande alors que la nature nous a fait omnivores à la base… Affligeant vraiment…

    1. Sauf que tu n’aura pas de gène pour les végétariens … Les végétariens n’agissent pas inconsciemment mais par principe .. C’est qu’ils en ont envie et font ce qu’ils veulent après tout …Contrairement aux hétéro, homo ou bi … Qui eux aussi font ce qu’ils veulent ! Comme disait plus haut Farel, c’est pas par principe qu’il est homo, il aurait a choisir, il ne le serait pas ! Fin bon, n’empêche que je suis d’accord avec le fait qu’on soit « fait » pour manger de la viande et qui est dommage de ne pas en profiter ! mais je comprend les conviction de chacun

  8. « Cette étude ajoute un nouvel argument au débat concernant la théorie de l’homosexualité comme choix de vie », ajoute Simon LeVay. « Oui, nous avons un choix dans notre vie, celui d’être nous-mêmes ou de nous conformer à l’idée de la normalité de quelqu’un d’autre, mais être hétérosexuel, bisexuel ou gay, ou rien du tout, fait partie intégrante de qui nous sommes, et ceci en partie grâce à notre ADN. »

    woaw le gars qui raisonne comme un tambour en posant mal le problème pour amener une notion victimaire ça se pose là.

    la génétique c’est l’inverse du choix individuel et bien le pré déterminisme total inscrit directement dans nos gênes.

    1) ça n’apporte aucun argument en faveur de l’homosexualité.
    2) ça permet juste à terme de quantifier le % d’homosexuel dans le monde.

    sachant pertinemment que ce % va être vraiment petit (en dessous de 5 %) ça permettra surtout à plus de 95 % de la population (hétérosexuel) de dire à nos gouvernements et surtout à nos médias d’arrêter de nous les briser quotidiennement avec ce sujet qui n’est pas au coeur de nos problèmes politico économiques réels.

  9. !!! HELP !!!! HELP !!!! HELP !!!!

    Vos commentaires me laissent sans voix tellement ils peuvent être effrayants.
    Voici une petite compilation de ce que l’on peut lire ici :

    @q2bouteille : « Manifestement il se pourrait qu’il existe également un gène de l’homophobie. J’espère qu’on pourra le diagnostiquer avant la naissance. Je ne voudrais pas que mon enfant soit homophobe… ».
    Avec pas moins de 66 ‘+’, pour 10 ‘-‘ actuellement ! A croire que les chercheurs bossant sur le nanisme étaient nanophobe et ceux bossant sur le couleur de la peau, des yeux et des cheveux étaient raciste !

    @doureveur : « C’est quoi le but de cette recherche au fond ?Trouver une preuve qu’une humain est homo à sa naissance pour le mettre dans une ecole gay ».
    Fantastique … Mais que voulez-vous répondre sérieusement !

    @Farel : « Il n’y a pas de gêne gay ». Si c’est toi qui le dis, pourquoi s’embêter avec ces recherches !
    @rudy6975 : « J’attend que demain le gène des végétariens soit identifié et que l’on se mobilise contre ces *** qui refusent de manger de la viande alors que la nature nous a fait omnivores à la base… Affligeant vraiment… ».

    Je ne vais pas continuer, on pourrait y passer la nuit. J’ai déjà vu des articles avec de bonnes séries de commentaires incroyables, mais je ne pensais pas que l’on puisse atteindre un tel niveau, sérieusement. Espérons que le gène du con soit trouvé de toute urgence, la situation devient critique !

    1. On a les lecteurs qu’on mérite aurais-je envie de te répondre … perso j’en ai marre de me chopper des maux de tête à répétition à force d’essayer de comprendre le sens de certaines phrases (dans les articles ou les commentaires d’ailleurs).

      Donc ces scientifiques ont cherché à démontrer que l’homosexualité est inscrite dans les gènes Je suis dubitatif car d’un côté, on va bientôt entendre les Boutin et consorts de nous dire que l’homosexualité est une « anomalie génétique » au même titre que la trisomie … et ça, ça n’est absolument pas une bonne nouvelle pour nos amis gays/lesbiennes.
      D’un autre côté, cela prouve que leur orientation sexuelle est issue de leur nature et pas de leur éducation, ce qui du coup tord le cou à la théorie du genre.

      Alors ? est-ce juste un gène récessif relativement rare ou bien est-ce dû à une dégénération du code génétique issu des parents ?

      1. La majorité n’a pas à décider pour une minorité. Si la communauté gay s’estime « malade » et réclame des « soins », c’est à elle de le faire, pas à nous de le leur imposer.
        Il ne faut pas confondre les gays qui sont en harmonie avec eux mêmes et ne demandent qu’à ce qu’on leur fiche la paix, et ceux qui font appel à la chirurgie pour changer de sexe car victime d’un mal être profond.

        1. tu préfères que la minorité décide pour la majorité toi! Pauvre égoïste! C’est le principe de la démocratie je te rappelles! La majorité décide!

      2. « D’un autre côté, cela prouve que leur orientation sexuelle est issue de leur nature et pas de leur éducation, ce qui du coup tord le cou à la théorie du genre. »

        en même temps a part la bêtise, y’a pas grand chose qui ne tord pas le cou de cette théorie foireuse.

        « Alors ? est-ce juste un gène récessif relativement rare ou bien est-ce dû à une dégénération du code génétique issu des parents ? »

        ou juste une séquence génétique parmi tant d’autre, le problème avec la génétique c’est ce qu’on en fait et les jugement moraux qui sont portés par ceux qui vont s’en servir.

        en soit que la génétique nous démontre le déterminisme de l’homosexualité ne me pose aucun problème mais que la présence de ce gêne valorise ou dévalorise l’individu porteur ça ça me dérange beaucoup plus.

        et on en arrive exactement à ça , puisque aujourd’hui on voit bien qu’a force de propagande médiatique les gens sont prêt à payer pour sauver un taureau homosexuel pendant qu’il laisse crever sans aucun problème le reste du bétail.

  10. Attendez, le fait qu’ils soient homos et qu’ils aient tous « le même gène », ça suffit à conclure qu’on a probablement des millions d’individus dont le comportement sexuel est défini par ce gène ?? C’est scientifique ça ? ou encore une étude anglaise ?

  11. Et si on est bi ou qu’on change d’orientation ??? on est un mutant ?

    L’étude porte sur un petit nombre de personnes, surtout qu’ils se sont fortement limité à « des jumeaux » gay. Où en est la suite logique où on dépasse le cadre restreint pour appuyer une demonstration scientifique ? pour tester si cela s’applique aux jumeaux non gay et aux autres personnes ?

    Son « énorme preuve » se limite juste à avoir montré que des jumeaux non identiques avait un gene en commun… waow… c’est peut-etre le gene de l’intelligence non homophobe, voir de l’intelligence tout court si on se limite à son niveau de reflexion…

    De toutes facons, cette étude a un relan d’intolerance et la com du directeur de l’étude va largement dans ce sens …
    Bref une étude qui rejoindra la plétore des études foireuses pour montrer que l’homosexualité n’est forcément pas un choix…

  12. C’est Sarko qui va être content, il va pouvoir justifié son écran de fumé sur le mariage gay (oui vous savez celui qui à lancé pour qu’on ne parle plus de ses problèmes avec la justice)

  13. « La majorité n’a pas à décider pour une minorité. Si la communauté gay s’estime « malade » et réclame des « soins », c’est à elle de le faire, pas à nous de le leur imposer »

    Le probleme avec ce genre d’ « irréflexion », c’est qu’en admetant qu’on l’applique, n’importe quel autre grouoe devient legitime à demander le même traitement afin d’etre inclu dans la norme sociale.

    On peut ainsi appliquer ce raisonnement, sans comparer ces cas à l’homosexualité pour eviter toute nouvelle irréflexion, aux alcooliques ou aux drogués en tous genre, et pourquoi pas aussi, aux pédophiles.

  14. Trop fort ces scientifiques… ils ont oubliés de préciser que si ce gène est aussi présent dans toutes les personnes hétérosexuelles aussi, enfin dans tout le monde quoi … Tant que ça se vend et fait avancer le programme politique tout est bon même si c’est sans vrai science juste de la communication. Sérieux ils auraient pu préciser que ce gène est présent uniquement chez les personnes de ce groupe mais ils ne l’ont apparemment pas fait d’après cet article. Pure BS donc.

  15. Un jour on découvrira que l’homme est un animal. Il faut cesser de croire que nous sommes différents des autres espèces alors que nous nous comportons comme elles en grande partie. Si l’homme n’est pas un animal, alors j’aimerais qu’on me dise ce qu’il est et surtout qu’on me prouve qu’il ne peut en aucun cas être défini comme tel. Bon courage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité