Encore et toujours célibataire ? Et si un gène était en cause ?

Gène du célibat

"Ça y est, on vient de rompre", "Je n'ai jamais eu de relation de plus d'un mois", "Je me suis encore fait larguer", "Non, j'ai décidé d'arrêter là"... On a tous prononcé ou entendu ce genre de phrase au moins une fois dans sa vie mais pour certains, c'est un vrai leitmotiv. Pourquoi ? Il semblerait que la génétique puisse avoir un rôle à jouer...

Des chercheurs de l’Université de Pékin, Chine, pensent avoir identifié un gène – la variante d’un gène plus précisément, un polymorphisme (C-1019G) du gène 5-HT1A – qui serait responsable de l’incapacité des gens à être en couple. Celui-ci serait « associé de manière très significative avec les chances de se retrouver seul ». Les chercheurs vont plus loin : « ces découvertes offrent, pour la première fois, une preuve directe de la contribution génétique à la formation d’une relation romantique ».

Alors évidemment la question ne saurait être tranchée que sur la seule approche génétique. Certaines personnes ne sont – et c’est déjà discutable -, selon des critères objectifs, pas attirantes, mais d’autres se révèlent incapables d’être en couple durablement, pour une raison qui semble nous échapper…

Les chercheurs ont donc examiné 579 étudiants chinois de Han et découvert que seulement 40% de ceux qui avaient ce polymorphisme G du gène 5-HT1A étaient en couple, ce qui représente 1,4% de différence par rapport à ceux qui ne l’avaient pas, et c’est statistiquement significatif. L’étude a même établi que ce 1,4% n’était imputable qu’à ce seul gène, et non pas à de quelconques facteurs socioéconomiques, croyances religieuses, et autres.

Ce satané gène pourrait donc avoir une influence dramatique sur votre vie ! Cela dit, les scientifiques n’oublient pas que leur étude a été menée sur des étudiants, période de la vie durant laquelle la tête, et le corps, ne sont pas tout à fait formés, si l’on peut dire. Mais qu’importe, les résultats sont là… on y « croit » ou pas !

Tags :Via :Cnet
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Des chinois qui font des etudes scientifiques. On y croit fort les gars…

    Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
  2. Pffff encore une étude à la con! Première phrase : « In the 1980’s, student romantic relationships were prohibited in Chinese universities. » J’en reviens pas que ce genre de rapport soit accepté dans un journal (et je parle même pas de gizmodo pour qui c’est quand même monnaie courante)

    La suite des doutes dans le papier
    « One should be cautious when interpreting the current finding given the following concerns. First, we examined the romantic relationship status of students in college, a time in which the participants may have strong intrinsic motivations to develop a relationship and are relatively free from family and social pressures to engage in such a relationship. »

  3. En fait et pour clarifier tout le jargon scientifique, ils pensent avoir trouvé le gène du moche-qui-pète-qui-sent-des-aiselles-et-des-pieds.

  4. Ils ont bon dos les gènes ! Au final ce sont eux qui décident de notre vie ! Avec ma prochaine futur ex j’essaierai de lui faire gober que si je ne mange pas son petit repas qu elle s’est faite chier a préparer c’est a cause de mes gènes ! Ils veulent pas de sa bouffe immonde !

    1. meme si tu veux garder ton libre arbitre, c’est la vérité: nos gènes déterminent la majeure partie de notre comportement, de ce qu’on aime à ceux qu’on aime. Une étude sur les jumeaux a montré que 60% de nos choix sont d’origine génétique. On n’a que 40% de libre arbitre.

      1. Et encore, 40% ça me parait beaucoup. En réalité on déjà conditionné sur le plan social, ce qui réduit considérablement la marge de liberté. En réalité il n’y a aucune liberté. La nécessité d’être conforme à ce qu’on attend de vous, réduit à néant toute possibilité de se comporter différemment. Bien entendu c’est valable dans la recherche d’un partenaire, puisque les choix se font sur des critères de perfection physique.

  5. 1,4% de différence ?
    Le groupe complet, ceux qui ont le gène et ceux qui ne l’ont, pas représente 579 étudiants.
    Déjà on cible une tranche précise de la population, ce qui n’est pas vraiment représentatif de la population susceptible d’être couple ou encore célibataire.

    Ensuite, à supposer que la répartition avec gène / sans gène soit équiprobable, on se retrouve donc avec 290 sujets qui possèdent ce gène. 1,4% de 290 ça doit représenter un truc comme 4 personnes.
    Sachant que les règles de statistiques préconisent une erreur de +/- 5% lorsque l’échantillon est inférieur à 1000 (méthode des quotas) … cette étude STATISTIQUE (et pas scientifique) ne démontre rien du tout.

    1. J’ai même envie de dire qu’au vu des résultats, l’étude aura plutôt tendance à démontrer que le gène en question n’a aucune incidence sur le fait d’être célibataire ou pas!

      En effet les résultats sont étonnement équilibrés au vue de la taille de l’échantillon!

    2. Quand tu dis +- 5%, c’est pas sur le 1,4%, mais c’est la chance de se tromper. Si tu es significatif a 5%, c’est que t’as 95% d’être juste, et pas que tu es a +-2,5! Mais bon je doute aussi des conclusions….

      1. Oui la méthode des quotas a pour conséquence une erreur de précision d’environ 5% sur les résultats statistiques incluant TOUS les sujets de l’étude.
        Autrement dit quand on nous explique que 40% des porteurs du gène sont en couple, il faut en fait lire « entre 35 et 45 % des porteurs du gène sont en couple »

        C’est pareil sur les sondages d’intentions de vote fait sur 1200 personnes … la marge d’erreur est grande (+/- 5% autour du résultat annoncé).

        « Là où il y a du gène, y a pas d’plaisir »

        1. En méthode des quota surement, mais ils ne l’ont peu être pas utilisé(méthode aléatoire possible) 😉 je pense donc que vous avez en tt cas raison et que je n’ai pas forcément tort!

  6. il y’a personne dans ma famille c’est a dire mes grands frères et sœur qui est marié.
    et jusqu’à maintenant moi aussi je ne trouve pas de mari, mais ma mère est t’aller en mariage étant petite donc c’est mon père qui la élever jusqu’à devenir sa femme.
    d’ou viens notre célibat?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité