Le droit à l’oubli sur Google.com considéré comme de la censure !

Google

Les autorités européennes recommandent d’étendre au domaine google.com
le Droit à l'oubli, ce qui n'est pas sans énerver de nombreux acteurs.

La Cour de justice de l’Union européenne ouvrait, le 13 mai dernier, une véritable boîte de Pandore en s’attaquant à un sujet brûlant, la directive de 1995 relative à la protection des données personnelles. Les conclusions ne sont imposées d’elles-mêmes, tout exploitant d’un moteur de recherche est » responsable du traitement des informations qu’il collecte et qui apparaissent sur des pages Web publiées par des tiers ».

Les individus peuvent donc obtenir, sous certaines conditions, le déréférencement de résultats de requêtes internet. Il s’agit de ce qu’il convient d’appeler, le Droit à l’oubli. L’arbitrage n’est pas simple et certaines demandes douteuses… A ce titre, les autorités européennes ont décidé de démêler ce sac de nœuds et notamment d’en préciser sa portée ! Actuellement, les données sont supprimées des versions européennes de Google search (elles restent accessibles par le biais de recherches sur des mots-clés autres que le nom de l’individu). Et c’est là tout  le paradoxe, les contenus restent à la vue de tous sur le domaine google.com. Elles estiment donc que l’extension du droit à l’oubli à google.com constitue « le seul moyen de garantir véritablement le droit à la vie privée ».

Seulement cette tendance n’est pas sans réfractaire… Eric Schmidt, président de Google, est loin d’être pour, mais il n’est  pas le seul. Reporters sans Frontières fustige la CJUE et l’accuse de promouvoir la « censure et une atteinte au droit à l’information ». La grogne monte également chez Wikimedia, qui dénonce une « absence de transparence impardonnable » et des « répercussions critiques » sur la liberté d’expression.

Apparemment, le débat est loin d’être entériné… Deux poids, deux mesures. De quel côté de la balance vous situez vous ?

 

Tags :Sources :wsjVia :engadget
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. La seule que ça provoque c’est l’augmentation du web caché et rien de plus, il existe des millions de liens dont aucun moteur ne répertorie et on trouve de tout et n’importe quoi…
    En faisant c’est la porte à la dérive complète….

  2. Evidemment que c’est considéré comme de la censure… Avant on apprenait les leçons du passé. Maintenant, les leçons, c’est Mr Mafias et ses copains qui les dictent. Super génial. Ce sont nos erreurs qui nous font avancer, ce droit à l’oubli est un scandale.
    Oui il y a des gens qui souhaitent oublier des choses, seulement on avance pas dans ce cas là >_>
    Se voiler la face, c’est accepté d’être un joli mouton bien docile. En le tout est confié à une entreprise privée ?!
    Hahahaha…

  3. cacher les choses sous le tapis c’est de la censure par définition.

    quand aux personnes qui pensent pouvoir effacer leurs « erreurs » ils feraient mieux de devenir responsables de leurs actes (devenir adulte en fait).

    et oui c’est une énième atteinte à la liberté d’expression.

  4. Mais considérant que Google fait du pognon avec les données qui me concernent, dans quelle mesure ne serions-nous pas en droit de demander des royalties sur ces bénéfices ?
    Les joueurs de foot demandent bien des droits à l’image eux …

    1. Google ne fait pas de pognon avec tes données, ils en font avec la publicité ciblée et ça change tout… De plus il ne font pas payer à l’affichage, mais au clic, du coup si tu veux pas leur faire gagner de pognon (ça a vraiment l’air de te blesser) il suffit de pas cliquer sur leurs liens sponso…

      Bref ils utilisent pas ton image, mais ton comportement de consommateur plus ou moins compulsif

  5. Le droit à l’oubli est techniquement utopique sur internet tel qu’il est.

    « cacher les choses sous le tapis c’est de la censure par définition. »
    Revoit ta définition de la censure. La censure c’est détruire ou cacher une information dont le contenu ne plait pas à certains. Ici on se fiche complètement du contenu. On efface si un individu sur une photo ou une video ne souhaite pas etre sur internet parce qu’il etait bourré et qu’il veut continuer à chercher du travail par exemple.
    Le droit à l’oubli c’est donc de l’auto-censure et non de la censure.
    Vous mélangez tout !

    Donc techniquement ils peuvent le faire mais ne se sentent pas en situation de monopole : Si eux le font et que les autres moteurs ne le font pas ça ne sert à rien. Car déférencer n’est pas effacer. Déférencer c’est enlever du moteur de recherche. Mais il y en a d’autres…

    Ca fait longtemps que le problème existe, c’est pourquoi j’ai toujours évité les reseau sociaux. Mais bien que je ne sois pas sur un RS, je peux quand même y etre et il peut quand même se passer des choses dans mon dos. Je ne peux donc pas m’autocensurer puisque je ne suis pas forcément au courant de ce qu’il se passe dans mon dos.

    Mais quand on y pense, on s’aperçois que c’est un caprice inutile. Car quand on était plus jeune à l’école, on a tous sans doute eu une période de honte. Mais une fois le buzz passé, en général on en parle plus. Après ça peut revenir, surtout si vous êtes célèbre, les médias se feront un plaisir d’aller fouiner. Mais les médias sont puissants, même sans référencement il trouveront l’information.

    Bref, il y a tellement de fail, de ridicule et autre sur internet, que nos déboires finissent par être oubliés même sans ce droit. Il n’y a que pour les futures stars que ça peut gêner que l’histoire ressorte mais c’est aussi ça l’inconvénient d’etre une star.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité