Test : iMac avec écran Retina 5K, ses pixels en plus valent-ils vraiment le coup ?

iMac Retina 5K

La définition d'écran est souvent mal comprise. On sait d'instinct que l'on veut toujours davantage, même lorsque son utilité ne sert réellement que le matraquage marketing. Et le nouvel iMac à 2 500$ d'Apple est très porté sur la chose.

L’écran Retina 5K du nouvel iMac séduit par ses 14,7 millions de pixels d’une splendeur à couper le souffle. La question n’est pas là. Mais j’ai essayé ce nouvel ordinateur à côté de l’ancien iMac 27 pouces, sans écran Retina, pour tenter de déterminer si cette folle définition est vraiment nécessaire.

Tout dans ce nouvel iMac est pratiquement similaire à celui de l’année dernière excepté évidemment ce sublime écran. Même design pur, mêmes ports, même ressenti. La raison pour laquelle il coûte 500$ de plus, on la doit à cette technologie qui permet de monter la définition jusqu’à 5 120 x 2 880 pixels. La différence de prix peut paraître importante mais il faut garder à l’esprit que le seul autre écran 5K disponible, conçu par Dell, coûte à lui seul 2 500$. Sans l’ordinateur intégré.

iMac écran Retina 5k

Je suis photographe et producteur de vidéo, alors mes dossiers sont remplis de fichiers à haute résolution. L’édition photo et vidéo sont souvent les cibles principales pour un écran offrant une si haute qualité. Et pour une bonne raison, mais j’y reviendrai dans une minute. Tout d’abord, laissez-moi vous dire que votre utilisation habituelle – surf sur Internet, Spotify, Netflix, traitement de texte – sera véritablement magnifié sur le nouvel iMac.

Possédez-vous déjà un appareil Apple avec écran Retina ? Un iPhone, un iPad ou un MacBook Pro ? Vous souvenez-vous de l’impression que cela vous avait fait de passer d’un écran non Retina à celui-là ? Si cette expression vous a marqué, il y a de fortes chances que vous soyez conquis dès le premier coup d’œil par l’iMac Retina 5K.

En un mot, c’est net et précis. Lignes, couleurs, formes, tout apparaît sans souci, tout semble flotter à la surface de l’écran. Exit cette sensation à peine perceptible d’infinies petites dents sur les textes et les icônes avec les écrans conventionnels. Le texte en est d’ailleurs le premier bénéficiaire. Même si ceux qui s’installent devant un écran 27 pouces pour lire Guerre et paix sont rares, on passe quand même beaucoup de temps à consulter blogs, sites d’information et autres réseaux sociaux. Le faire sur cet écran Retina 5K est une vraie bouffée d’air frais pour votre visage – et vos yeux – fatigués par l’écran.

Voici un gros plan d’un texte sur un iMac 27 pouces de 2013 :

iMac écran Retina 5k

Et le même texte sur l’écran Retina 5K :

iMac écran Retina 5k

Bien, on est rarement aussi proche d’un écran d’ordinateur de bureau que de celui d’un téléphone ou d’une tablette. Pour cette raison, la différence n’est pas aussi frappante qu’avec un appareil plus petit. Par exemple, je ne suis pas certain qu’un utilisateur d’ordinateur lambda (vos parents) ne remarque la différence entre l’ancien écran et le Retina 5K sans que l’on ne leur dise. J’ai eu plusieurs personnes dans le bureau, je leur ai montré l’écran rapidement – sans avoir l’ancien à côté – et ils ont souvent affirmer qu’ils ne pourraient pas faire la différence.

L’iMac Retina se comporte comme le MacBook Pro Retina, il met à l’échelle l’interface d’OS X à une taille tout à fait lisible tout en affichant images et vidéos dans leur résolution native. C’est important parce que, du coup, afficher OS X dans sa « plus petite » configuration rend tout le reste très, très petit.

Personnellement, j’aime beaucoup tout cet espace que l’on gagne sur l’écran et je crois que je vais rester avec l’interface la plus petite. C’est un énorme avantage pour moi quand je jongle entre six ou sept applications, ou que je travaille sous Photoshop ou Premiere Pro et que je veux ouvrir tout un tas d’éléments à la fois. Pour le texte, on atteint vraiment les limites du lisible et si vous n’avez pas une bonne vision, ce mode ne sera pas pour vous. Mais j’aime ce regain de place sur l’écran dans cette configuration.

Voici d’ailleurs mon bureau avec l’écran Retina 5K positionné dans la « meilleure » configuration :

iMac écran Retina 5k

Et voici les mêmes fenêtres avec l’affichage positionné dans sa résolution maximales. Je n’ai redimensionné aucune des applications ouvertes :

iMac écran Retina 5k

Performances

Contrôler ces 14,7 millions de pixels n’est pas une tâche aisée pour un ordinateur mal équipé. J’ai testé sur le modèle de base à 2 500$, celui qui embarque un processeur Intel Core i5 à 3,5 GHz, 8 Go de RAM et une carte graphique AMD Radeon R9 M290X avec 2 Go de mémoire. C’était pas tout à fait ça.

En général, évoluer dans OS X avec de nombreuses applications n’était pas un problème mais j’ai expérimenté un étrange lag dans des tâches plutôt simples comme la prévisualisation de photo haute résolution dans le Finder. L’ouverture animée de la fenêtre était difficile, pas fluide du tout, même sans aucune autre application lancée sur la machine. C’est un petit souci mais ce genre de chose m’ennuie vraiment, ça plombe l’expérience. Difficile de dire quel composant est en cause ici, mais ce n’est pas la RAM : j’ai rajouté 16 Go pour un total de 24 Go juste pour ce test, et la prévisualisation des images était toujours problématique.

iMac écran Retina 5k

Ma routine quotidienne requiert au moins cinq onglets Chrome ouverts ainsi que Photoshop, Premiere Pro, Lightroom, Slack, iMessage et parfois Spotify. C’est une charge décente pour 8 Go de RAM. Et en effet, après quelques heures, le système affiche un joli coup de mou.

J’ai aussi travaillé un peu avec des fichiers 4K prise avec un Panasonic FZ1000. Ce sont des fichiers très compressés qui devraient ne poser aucun souci à Premiere, et c’est le cas. Cependant, en travaillant dans Adobe Premiere Pro, n’espérez pas pouvoir naviguer tranquillement avec le modèle à 2 500$. J’ai aussi essayé de travailler ces fichiers dans Final Cut Pro X, tout s’est ici très bien passé, merci Apple et ses optimisations…

On peut donc dire que si vous faites du gros multitâche ou de la création de contenu, vous devrez probablement dépenser bien plus que 2 500$ pour que l’iMac Retina 5K convienne à vos besoins. Heureusement, Apple permet à ses clients d’installer leur propre mémoire, alors faites-vous une faveur, économisez beaucoup d’argent, prenez la quantité de base de RAM et acheter le reste chez votre revendeur préféré.

Mettre 14,7 millions de pixels au travail

Apple positionne son écran Retina 5K en le montrant comme un intermédiaire pour les photos et vidéos haute résolution. Et c’est tout à fait logique. Notre monde numérique est composé de visuels toujours plus grands et magnifiques, et les technologies d’affichage doivent s’en accommoder. Pour l’heure, la vidéo 4K est sur toutes les lèvres. Les TV 4K envahissent le marché. Netflix stream certains contenus en 4K. Le format ultra haute résolution remplace lentement mais sûrement la HD 1080p. Pour les éditeurs de vidéo, l’écran Retina 5K permet de visualiser et éditer une vidéo 4K en plein format avec suffisamment de place pour l’interface du logiciel. C’est plutôt sympa !

D’une manière générale, j’ai vraiment adoré pouvoir étendre au maximum mes timelines, mes fenêtres d’outils et autres. Éditer des photos dans Adobe Lightroom était vraiment chouette. Avec cette résolution augmentée, je peux voir mes photos en taille réelle sans avoir à zoomer et me retrouver à n’avoir une petite portion sous les yeux à la fois. Je peux aussi m’approcher très près de l’écran sans voir cette purée de pixels déformer mon image. L’édition de photo, voilà qui fut certainement la chose que j’ai préféré faire avec l’iMac Retina 5K.

À droite, l’iMac 2013, à gauche l’iMac Retina 5K. Les deux font tourner Lightroom avec une image en taille réelle :

iMac écran Retina 5k

Et voici une comparaison macro de cette même image :

iMac écran Retina 5k

Mais si vous ne faites que regarder des films ou des séries TV en 4K, ne vous attendez pas à une amélioration fulgurante avec le nouvel iMac Retina 5K.

Et c’est probablement la plus grande incompréhension en ce qui concerne l’iMac Retina 5K. Regarder des photos ou des vidéos haute résolution en plein écran sur cette machine ressemble pratiquement comme deux gouttes d’eau à l’expérience offerte avec l’ancien iMac, jusqu’à ce que vous vous approchiez à 20 cm ou moins de l’écran. Personne ne fait cela, à moins que vous n’adoriez regarder du pixel. Comprenez-moi bien, les images sont fantastiques. Les couleurs sont riches, les noirs sont profonds. Mais c’est vrai aussi pour la génération précédente d’iMac. De très près cela dit, la différence est impressionnante, comme vous pouvez le voir ci-dessous. Mais dès que vous êtes éloigné de plus de 60 cm de l’écran, la différence est réduite à néant, ou presque.

Une vidéo 4K, Retina à gauche, non Retina à droite :

iMac écran Retina 5k

Maintenant, qu’en est-il de regarder de bonnes vieilles vidéos en HD, ce que font la plupart des gens finalement ? Sur l’écran Retina 5K, ces vidéos sont grandement mises à l’échelle, le résultat devrait être plutôt chaotique, pas vrai ? Mais là encore – à moins que vous ne soyez extrêmement proche de l’écran – elles ont l’air très similaires à celles sur l’iMac non Retina. J’ai lancé Netflix et chargé Star Trek : Into Darkness sur le vieux et le nouvel iMac. Après m’être assuré qu’ils étaient configuré dans la meilleure qualité possible, j’ai jeté des coups d’œil à gauche et à droite. La seule chose que j’ai remarquée, c’est un peu plus de douceur sur le Retina 5K, résultat de la mise à l’échelle, mais cela aurait été impossible à remarquer autrement.

Et ceci est très important à prendre en considération face à toute cette ferveur entourant le nouvel iMac, sujet à tous les adjectifs, s’insinuant dans votre inconscient et vous faisant voir ce qu’il n’y a pas lieu de voir. De nombreux journalistes qui ont pris en main l’iMac Retina 5K ont décrit cette expérience comme étant sans commune mesure. Je rajouterais cela dit que s’ils avaient pu voir une vidéo ou une photo sur un iMac 27 pouces non Retina juste à côté de l’iMac Retina, ils n’auraient pas remarqué une si grosse différence.

On a aimé

Tout ce qu’il y a sur votre écran paraît extrêmement net et naturel, le texte et les éléments du système d’exploitation tout particulièrement. Les créateurs de contenu adoreront pouvoir en voir plus en résolution native et profiteront de l’espace restant pour afficher les éléments de l’interface. Le système offre toujours le raffinement et la cohésion de l’iMac, c’est un vrai plaisir de travailler avec. 2 500$ pour le modèle de base peut paraître cher mais c’est bien peu comparé aux écrans seuls offrant les mêmes capacités. Heureusement que la RAM peut être changée manuellement.

On n’a pas aimé

Si l’on regarder des vidéos à une distance normale, la différence entre l’écran Retina 5K et la génération précédente n’est pas énorme. Le modèle de base n’a pas la puissance nécessaire pour assurer de grosses charges de calcul, alors préparez-vous à payer davantage. Dommage que l’on ne puisse changer manuellement que la RAM.

Et alors, j’achète ?

L’iMac Retina 5K est en effet un écran fantastique avec une définition absolument colossale. Mais les meilleurs cas d’utilisation sont réservés à la création de contenu, pas au visionnage. C’est un ordinateur offrant un écran pour éditeurs, designers et photographes. Si vous n’êtes pas de ceux-là, le doux plaisir de regarder des textes et une interface parfaits pourrait vous convaincre. Ou peut-être que vous adorez tout simplement les écrans mais que vous n’avez pas la place pour du multi-écran. Si tel est le cas, vous n’aurez pas mieux que cela. Puisque je travaille avec des photos et des vidéos tous les jours, oui, je veux vraiment cet ordinateur. Mais je ne redoute absolument pas de devoir revenir à mon iMac de l’année dernière.

Si vous cherchez un iMac pour une utilisation normale, je vous dirais plutôt d’économiser ces 500$ ou de les investir dans un modèle de l’année dernière avec une meilleure configuration. Mais si vous êtes un créateur de contenu et que vous cherchez une belle grosse nouvelle machine, l’iMac Retina 5K a de quoi vous attirer. Et vous ne regretterez pas d’avoir cédé à son appel.

Tags :Via :Gizmodo
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Lorsque vous faites une traduction, il serait intéressant de le préciser au tout début de l’article, pour qu’on comprenne que la première personne ne se réfère pas à Morgan, mais à l’auteur original sur gizmodo US. Je trouve que mettre la source à la fin n’est pas suffisant.

    1. Je suis d’accord, même avec la source, l’utilisation du pronom « je » a quelque chose de perturbant (comme s’attribuer le travail d’un autre)

    2. Carrément, un « D’après un article original de Michael Hession sur Gizmodo US » ou un truc du genre c’est pas difficile et c’est plus respectueux. C’est marrant parce que j’ai cru que l’article venait d’un auteur de Gizmodo FR du coup. Mon estime était remontée à la lecture du test et puis c’est redescendu tout bas en lisant ton commentaire ! Merci pour l’info

    3. à vrai dire, on s’en tape un peu de ce que tu trouves suffisant ou pas… Article intéressant, point barre.

      Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
  2. Le léger lag aperçu avec la version 2Go de mémoire vidéo vient de la, l’ultra HD réclame un gouffre de mémoire vidéo donc il faut le double de mémoire par rapport à « d’habitude ». Bizarre d’ailleurs de proposer une carte vidéo aussi « weak » avec du 5K.

  3. Merci pour ce Test.
    Bien content qu’un PRO conforte mon impression d’un gain NUL au visionnage de photo et films à distance correcte de l’écran (60-80cm)..

  4. Pour le lag, le problème vient de la carte graphique qui est une version mobile donc castrée au niveau performance par rapport à la même en version desktop. Car, le i5 et les 24 Go de RAM utilisés lors de ce test suffisent largement. De plus, pour reprendre les dires de Tauboy, 2Go c’est un peu limite pour gérer autant de pixel en simultané

    1. C’est toujours le même problème avec les Mac, la partie graphique est souvent négligée…. à l’inverse du prix, c’est dommage car généralement les macs sont bien foutu et vu le prix on pourrait espérer que ça suive à tout les niveaux…. mais non.

      D’autant j’aime pas le système OS X, autant l’assemblage des composants est exemplaire.

  5. Hello,

    quelqu’un peut me dire sur MAC comment obtenir ce que l’image montre après le texte :

     » Et voici les mêmes fenêtres avec l’affichage positionné dans sa résolution maximales. Je n’ai redimensionné aucune des applications ouvertes :  »

    Il suffit seulement de les glisser côte à côte et on peut jongler sans qu’un programme se ferme, enfin disparaisse ? (Je n’écris actuellement pas depuis un mac)

    Merci

  6. Ça ne sert à rien. Les cinémas sont en 4K. Quel intérêt pour un ordi de bureau à si petite résolution sérieusement ? Très peu d’applications réelles justifient ce prix exorbitant.

  7. Si avec ces composants ça à du mal, alors cela aura toujours du mal. Vu que les meilleures composants disponibles sur le marché pour PC de bureau sont 20% plus performant au mieux pour le cpu et 40% au mieux sur un gpu complet, 20% de marge gpu seulement pour cet AiO Apple dans le meilleure des cas.

  8. Bonjour,

    Test réalisé ce 13 janvier 2016 !

    Je suis photographe et je constate que les photographies de mon site sont moins nettes sur cet écran 27 pouces que sur mon Imac de taille inférieure (elles sont normalement impeccables sur le plan netteté/piqué).

    Un comble et aucun vendeur ne comprend le problème ! Un comble aussi pour des vendeurs de Mac dans des magasins dédiés au Mac !!!

    Donc vraiment pas conquis.

  9. Pour ma part après 1 mois d’utilisation, traitement photo et PAO c’est positif. Meilleur confort de travail pour la PAO, l’exactitude de filets maigres, la précision des détourages, les textes mieux définis.

    Petit défaut les photos qui mettent une seconde à s’afficher nettes dans Raw convertir de PS et Lightroom.

    Je pense aussi que les 2 Go sur la carte vidéo pourraient monter à 4 …

    Par ailleurs silence souverain (mon dernier iMac 27 a travaillé 7 ans, je le garde en « secours » et pour les « stagiaires » 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité