Capsule Orion : une nouvelle ère de la conquête spatiale

orion capsule entree atmospherique

Après une matinée d’angoisse qui s’est terminée par un report de 24h, la capsule Orion de la NASA a enfin pu s’élancer dans les airs à bord d’une fusée Delta IV Heavy depuis Cap Canaveral en Floride. Ce 5 décembre à 13h05, l’humanité insouciante a fait un pas de plus vers Mars.

Depuis que les navettes spatiales ont pris leur retraite en juillet 2011, les américains n’ont plus aucun moyen d’envoyer des astronautes dans l’espace. Et depuis Apollo 17 en décembre 1972, les américains ne possédaient plus de véhicule spatial capable de transporter des humains au-delà de la gravité terrestre.

Ce 5 décembre 2014, la NASA a donc vérifié que  le bouclier thermique, les parachutes ou les ordinateurs de bord de la capsule Orion tenaient bien le coup. C’est  une capsule inhabitée et bourrée de capteurs qui a été mise en orbite après une ascension de 17 minutes. Les 1200 capteurs embarqués ont également servi à vérifier la température à l’intérieur de la capsule, le niveau de bruit et de vibration au décollage, etc.

Orion a alors fait deux fois le tour de la Terre mais de loin, vraiment. La deuxième fois, Orion se trouvait même à 5800 km d’altitude, ce qui est 14 fois plus éloigné de la Terre que la Station spatiale internationale (qui ne se trouve qu’à 420 km au-dessus de nos têtes).

Après 4h30 dans l’espace, la capsule Orion a terminé sa journée en amerrissant en douceur dans le Pacifique, à 1000 km de côtes mexicaines. Des navires basés sur place ont pu récupérer la navette presque immédiatement. Si vous avez raté ce moment historique, dans la vidéo ci-dessus, vous pouvez voir le lancement et l’amerrissage de la capsule Orion.

Maintenant, les futures missions d’Orion dépendront du développement d’un lanceur de très grande capacité, le Space Launch System qui devrait normalement être prêt en novembre 2018. S’il n’y a pas de retard, Orion pourra  effectuer son premier vol habité en 2021.

En 2025, les astronautes à bord d’Orion devraient explorer un astéroïde placé en orbite stable autour de la Lune. Et dans les années 2030, le premier vol habité à destination de mars devrait avoir lieu.

Je vous l’avais dit, il s’agit d’un premier pas vers Mars et après ce pas, il en reste beaucoup d’autre à faire avant de parcourir la distance qui nous sépare de la planète rouge.

Photo : NASA

Sources :NASA
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Ce truc là pour aller sur mars c’est une blague j’espère ? (à moins que cela ne constituerait que l’atterrisseur) parce qu’une semaine avec 2 autres astronautes et c’est déjà le bout du monde dans un engin pareil…

    Je pense que c’est simplement un véhicule minimal destiné à transporter des hommes en orbite, voire autour de la lune et qui vient combler un manque… remplis actuellement par les russes !
    Et pis c’est tout ! Actuellement la Nasa n’a ni les finances, ni la technologie, ni l’ambition pour envisager une mission vers mars. Peut-être faut-il se tourner Elon Musk pour ça…

    1. Personne n’a jamais dit qu’il iront sur mars à l’intérieur d’Orion. Ce dernier ne servira qu’à rejoindre un vaisseau assemble en orbite terrestre grâce aux énormes capacités de transport du futur SLS. Et la NASA aura toujours plus de moyens et de compétence techniques que n’importe quel milliardaire. Car n’oublie pas que la société SpaceX existe et fonctionne uniquement grâce au soutien financier de la NASA et à son soutien technique.

      1. Je ne pense pas que SpaceX « existe et fonctionne uniquement grâce au soutien financier de la NASA » comme tu dis. Pour réaliser des objectifs il faut des moyens, une vision et de l’ambition et je ne pense pas que la NASA ou le gouvernement américain en soit pourvu dans ce domaine : il y a des effets d’annonce et ce qu’on va vraiment faire. Encore une fois, il s’agit d’abord de combler le vide laissé par l’arrêt du programme constellation et la mise à la retraite des navettes !
        Quand à SpaceX, je pense qu’Elon Musk peut se doter des compétence dont il a besoin et des partenaires financiers nécessaires pour ses projets comme un Thomas Edison à son époque.
        (Il y a tellement peu de dirigeants d’entreprise qui cherchent à faire autre chose que du cash )

  2. De son côté, le milliardaire Elon Musk a déjà comme projet de construire le Mars Colonial Transporter, capable de transporter, en un seul voyage, 100 tonnes d’équipements ou 100 personnes vers Mars, dans une fusée de 10m de diamètre. Faudra surveiller SpaceX au cours des prochaines années…

    1. Le SLS de la NASA c’est 130 tonnes par voyage. Le premier vol et prévu dans 4 ans et tout à quasiment déjà été développé . De son côté Spacex n’a rien mis à part quelques images de synthèse.

      1. Wikipédia:

        « Le but du SLS, dont le vol inaugural est planifié fin 2017, est de réaliser des vols habités … en dernier ressort vers la planète Mars à l’horizon 2035. »
        – Ouais, Mars en 2035… super!

        « Le lanceur peut placer en orbite basse une charge utile de 70 tonnes … les évolutions envisagées permettraient de porter la charge utile à 130 tonnes. »
        – 70 tonnes en LEO c’est loin d’être la même chose que de transporter 70 tonnes jusque sur Mars. Et c’est pareil pour la possible évolution de 130 tonnes.

        « Le coût du projet est estimé à 35 milliards de dollars américains. »
        – Wow! C’est presque pas cher. Et en plus cette fusée n’est même pas réutilisable.

        SLS non merci. Moi je préfère SpaceX.

        1. Personne n’a parlé de 130 tonnes vers Mars, quand on parle des capacités d’un lanceur il s’agit toujours de la charge utile en LEO (sauf exception). Et il en va de même pour la « super fusée » de spacex, 100 tonnes en LEO. Encore une fois, SpaceX communique beaucoup mais n’a rien de concret, contrairement à la NASA.

  3. Orion est un premier pas dans la bonne direction, c’est à dire l’exploration humaine au « long cours ». Mais ce n’est peut-être qu’une étape un peu hybride, parce que le projet n’a pas une bonne visibilité: bientôt les USA vont se retrouver avec une capsule viable, et peu de choses à faire avec: après tout Orion est un module de transport.
    Et on parle de projets dans 10, 15, 20 ans… Sans budget, sans plan concret pour le moment.

    Espérons qu’Orion réveille les américains et le monde!
    http://fetspace.blogspot.fr/2014/12/orion-des-paroles.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité