Un centre d’écoutes de la Chine en pleine banlieue parisienne !

Espionnage Chine

Ce n'est un secret pour personne que les gouvernements se livrent à un espionnage incessant, et ce ne sont pas les récentes révélations qui diront le contraire. Pourtant, ces opérations s'effectuent parfois au vu et au su de tous, c'est le cas par exemple avec ce centre d'écoutes chinois en pleine banlieue parisienne.

Dans une rue paisible de Chevilly-Larue, au Sud de Paris, un territoire de plus de 1 hectare, une annexe de l’ambassade de Chine. Un court de tennis, un parking, un immeuble de trois étages… ainsi que de nombreuses caméras de surveillance et d’énormes antennes paraboliques ! La police française n’a aucun droit d’y pénétrer, et L’Obs a mené une enquête particulièrement complète sur le sujet !

« Ce qu’ils font là-bas ? Je n’en sais rien » : des déclarations classiques dès que l’on interroge le voisinage. Et pourtant, cela fait plus de 40 ans que cette dépendance diplomatique existe. Mais sous ses airs d’immeuble HLM, ce bâtiment ne servirait pas à loger des diplomates chinois.

Si, selon Mme Li, attachée de presse à la représentation chinoise à Paris, cette extension n’est qu’un « service logistique » de l’ambassade – « les antennes sont pour la communication » -, pour la DGSI (les services secrets français), il s’agirait d’un centre secret d’écoutes satellitaires dépendant de l’équivalent chinois de la NSA américaine, l’APL-3 – c’est-à-dire le troisième département de l’état-major de l’Armée populaire de Libération (son siège est à Pékin), il est probablement rattaché à son unité 61046 chargée de l’Europe -.

Depuis les années 1990, la Chine n’a eu de cesse d’implanter ses « grandes oreilles » un peu partout sur la planète. D’abord en Chine, notamment sur l’île de Hainan et dans le Xinjiang, puis à l’étranger. Le site de Chevilly-Larue serait le premier d’Europe et servirait d’abord à l’espionnage économique – deux antennes pour écouter, la troisième pour transmettre vers la Chine -. Et il semblerait que les deux antennes « écoutantes » pointent vers l’Afrique et le Moyen-Orient – deux zones prioritaires dans la guerre économique entre la Chine et l’Occident -. Elles serviraient aussi à écouter et pister les chefs terroristes islamistes pour prévenir une attaque contre la Chine sur ces territoires.

Plus que la simple écoute, ce centre se chargerait aussi du prétraitement des données – démultiplexage, isolation des voix, analyse des emails, etc – avant de transmettre vers la Chine au QG de l’APL-3, où tout y est traité en détail. Et pour ce faire, l’APL-3 emploie environ 130 000 personnes. Pour la « petite » installation de Chevilly-Larue, une trentaine d’employés suffirait.

Pourquoi alors le site de Chevilly-Larue ? Tout simplement parce que la Chine n’a pas d’avant-postes, comme la France avec ses DOM-TOM. Elle ne peut compter que sur ses ambassades… et des bâtiments de type HLM sont à même de supporter le poids de ces énormes antennes.

Reste finalement une grande interrogation, comment ce centre a-t-il pu être implanté ? La France a donc à un moment donné son accord et là, le cabinet du ministre des Affaires étrangères se fend d’un laconique « Pas de commentaires » lorsqu’interrogé sur le sujet.

Oui, il y a bien un centre d’écoutes chinois en banlieue parisienne, mais personne, dans les hautes sphères française, ne semble savoir quoi que ce soit à son sujet… Bizarre, vous avez dit bizarre ?

Tags :Via :Nouvel Obs
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Bah après tout la Chine est jusqu’à preuve du contraire un pays allié :-), sinon vous avez qu’à relever le compteur électrique un immeuble de logement ne consomme pas autant qu’un centre de données; edf sait tout 😛

  2. Le petit journal est allé enquêter la bas, il en ressort clairement qu’il s’agit simplement d’un lieu ou les ambassadeurs chinois sont reçu et il faut évidement des moyens de communication avec la chine sans passer par les réseaux traditionnelles. D’ailleurs l’équipe du journal rentre dans les lieux sans difficultés, pour un centre d’écoute top secret il faudra revoir la sécurité.

    ps : on les espionne surement bien plus qu’il ne nous espionne, il y a deux façons de mener sa politique militaire, la démonstration de force comme le fond les USA et la Chine, et le silence comme le fait notamment la france (avec par exemple le bateau le Monge un monstre de technologie que très peu de monde connait)

    1. « on les espionne surement bien plus qu’il ne nous espionne »

      MDR !!!!

      Tous les pays espionnent tous les autres. Cela s’est fortement développé dans les années 50 déjà avec l’avènement de l’électronique et c’est le nerf de la guerre (économique cette fois)

  3. Si le personnel du petit journal detenant une carte de journalisme se l’ait fait retirer ce n’est pas pour rien.
    petit journal = petit journalisme = petite qualité de l’information = gros mensonges.
    Canal moins est devenu ces dernieres annees pire que le JT de 13h sur TF1, sur l’avis d’employés eux même, tant sur le niveau de propagande que sur l’audimat.

    bref si il y avait quelque chose à voir la bas, c’est certainement pas canal et encore moins le tout petit journal qui y aurait accès…

  4. Je vais peut-être dire une énorme connerie, mais il me semble que les paraboles sont des antennes RECEPTRICES … pour recevoir des données quoi.
    Envoyer un signal avec une parabole ? moui certes … je ne sais pas quelle efficacité ça peut avoir mais si il y a un spécialiste dans la salle … j’aimerai quelques éclaircissements.

  5. Grace à google maps, on te traque pour voir si tu as une piscine (et donc, si elle est declarée)
    Mais alors, de grosses paraboles sur des hlm, c’est tout à fait normal et ça ne se voit pas.

  6. Ne soyez pas dupes. Ce centre doit être espionné par nos services français et surement par les autres grandes puissances comme les USA et la Russie.

  7. c’est pas normal que l’Etat et les services secrets français n’aient même pas le droit de savoir ce qui se passe sur notre propre territoire: si c’était en Chine, ça fait longtemps qu’ils auraient expulsés des espions étrangers ou qu’ils les auraient condamnés à mort comme ils le font régulièrement dans leur pays… il n’y a aucune excuse pour cette ambassade de Chine, si – en plus – elle espionne des entreprises françaises et cherche à nuire à notre économie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité