Audi confirme sa berline électrique concurrente de Tesla pour 2017

Audi

Nous vous en parlions il y a peu : la rumeur veut qu'Audi prépare une grosse berline électrique, concurrente directe la si célèbre Tesla Model S. La chose est désormais confirmée, mais il faudra s'armer de patience si ce genre de véhicule vous intéresse puisque la commercialisation n'est pas attendue avant 2017.

Si l’année prochaine verra l’arrivée de la Audi A3 e-tron et de son autonomie de 50 km (seulement), le constructeur allemand a confirmé travailler actuellement sur un autre modèle, concurrent direct de la Tesla Model S, avec une autonomie nettement plus conséquente atteignant cette fois les 450 km. Selon Ulrich Hackenberg, directeur du développement technique chez Audi, cette berline empruntera beaucoup de la sportive R8 e-tron à venir.

Audi en a aussi profité pour dévoiler ses intentions de passer à l’électrique la majorité de sa gamme d’ici 2020. Les hybrides seront bien sûr à la fête, Audi étant persuadé que ces véhicules « combinent toutes les attentes des clients ». À suivre, donc !

Tags :Via :Inhabitat
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. elle est belle ! mais dans 2017 ils font une concurrente de la S ! qui coutera au bas mot 120000 à voir le look et gabarit ! alors que la S va baisser en prix et surtout c est la 3 qui arrive !!350 kms d autonomie et 30 000 eur ! audi ne pourra jamais lutter face à l usine de batterie de tesla ils pourront democratiser l electrique !
    neanmoins ca boost l industrie de l electrique et ca force les allemands ( à contre coeur à aller vers du 100% electrique !) le reste n est qu une perte de temps !

  2. Saviez-vous que la voiture ELECTRIQUE est une totale ABERRATION ? Eh bien, sachez-le !

    L’immense majorité de l’électricité dans le monde est produite à partir de la combustion d’éléments fossiles (pétrole, gaz, et surtout charbon). Or, toute conversion d’énergie d’une forme en une autre s’accompagne de pertes. Ainsi, la conversion de l’énergie thermique d’abord en électricité, puis en énergie mécanique conduit à des pertes bien plus importantes que la conversion directe d’énergie thermique en énergie mécanique dans un moteur classique. Donc, pour arriver au même résultat mécanique, on a besoin de plus de combustion d’éléments fossiles et, du coup, de production de CO2.
    A cela, il faut ajouter les pertes dues au transport de l’électricité (les pertes sur les lignes sont considérables), et celles dues au stockage de l’énergie dans les batteries (les réactions chimiques sont elles aussi facteurs de pertes).
    Puis, encore à cela, il faut ajouter la consommation d’énergie nécessaire à la fabrication des batteries, et la pollution qu’elles représentent en fin de vie.

    En clair, si on regarde les choses globalement, les véhicules électriques sont une énorme aberration pour la consommation d’énergie, la production de CO2, et pour la pollution. Un véhicule électrique, ça n’a absolument rien d’écolo ! Ça ne fait que déplacer le problème en l’amplifiant.

    (En France où on a 75% de l’électricité d’origine nucléaire on a certes un meilleur bilan sur la production de CO2, mais on a quand même les déchets nucléaires, c’est pas forcément mieux. Et avec nos centrales qui arrivent en fin de vie, on va bien rigoler si il y a tout un parc de véhicules à recharger…).

    Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
    1. Merci de nous faire lire ton petit avis remplit d’idées simplistes rétrogradantes! Ou déformées par une manipulation quasi terroriste (terreur) des écologistes à propos du nucléaires français.

      continuons donc à rouler au pétrole et ouvrir des parc éolien en france où il n’y a pas de vent afin d’allumer plus de centrale à gaz ou charbon et faire fluctuer la valeur boursière de l’énergie….

    2. Oui on sait tout ça, vous ne nous apprenez rien du tout. C’est avec des discours comme ça qu’on reste à l’âge de pierre et que rien ne progresse. Sortez de votre caverne, dans 10 ans il y aura une majorité de voitures qui ne fonctionneront plus aux carburants fossiles. De toute façon, un jour, il n’y aura plus de pétrole, ni gaz ni charbon et il faudra bien continuer à produire de l’electricité… et comment vous pensez? et bien oui… alors tant qu’à faire autant commencer tout de suite, même si l’electricité est produite actuellement avec du pétrole ou du charbon.; mais que cela soit dans en centrale ou dans le moteur quelle différence? EN ROUTE L ELECTRIQUE, C EST L AVENIR!

    3. Et bien une petite explication point par point s’impose.

      > L’immense majorité de l’électricité dans le monde est produite à partir de la combustion d’éléments fossiles (pétrole, gaz, et surtout charbon). Or, toute conversion d’énergie d’une forme en une autre s’accompagne de pertes. Ainsi, la conversion de l’énergie thermique d’abord en électricité, puis en énergie mécanique conduit à des pertes bien plus importantes que la conversion directe d’énergie thermique en énergie mécanique dans un moteur classique. Donc, pour arriver au même résultat mécanique, on a besoin de plus de combustion d’éléments fossiles et, du coup, de production de CO2.

      – La réflexion est bonne. En effet, la conversion d’une forme d’énergie en une autre s’accompagne de pertes. Cependant, le pourcentage global de pertes est différent selon si on produit de l’énergie à grande échelle ou à petite echelle. Sur une voiture thermique, le rendement atteint rarement 35% dans le meilleur des cas et à faible vitesse il a un rendement très faible voir nul à l’arrêt. Une usine thermique par contre, peut être régulée de sorte à fournir le meilleur rendement constamment entre 40 et 45%. Une voiture électrique a l’avantage d’avoir un rendement important très rapidement (70 à 90%) et ne consommer quasi rien à l’arrêt, il permet de récupérer de l’énergie au freinage au lieu de le dissiper sous forme de chaleur via les plaquettes de freins.

      > A cela, il faut ajouter les pertes dues au transport de l’électricité (les pertes sur les lignes sont considérables), et celles dues au stockage de l’énergie dans les batteries (les réactions chimiques sont elles aussi facteurs de pertes).

      – Les pertes en lignes parraissent importantes mais comparées à la quantité phénoménale d’électricité transportée cela en devient presque négligeable. Concernant la charge de la batterie, on arrive facilement à des remdements supérieurs à 95%.

      > Puis, encore à cela, il faut ajouter la consommation d’énergie nécessaire à la fabrication des batteries, et la pollution qu’elles représentent en fin de vie.

      – Tout comme pour les véhicules thermiques, il faut tenir compte de la fabrication de chaque élément. Certes, les batteries contiennent des produits dangereux mais peuvent être recyclées trés efficacement pour en faire d’autres. Un vèhicule électrique est beaucoup moins complexe à produire qu’un véhicule thermique.

      > (En France où on a 75% de l’électricité d’origine nucléaire on a certes un meilleur bilan sur la production de CO2, mais on a quand même les déchets nucléaires, c’est pas forcément mieux. Et avec nos centrales qui arrivent en fin de vie, on va bien rigoler si il y a tout un parc de véhicules à recharger…).

      – Le nucléaire produit effectivement des déchets radioactifs. La quantité est cependant faible comparée à l’électricité fournie, de plus elle est facilement contenable contrairement au CO2 que les centrales thermiques pourraient produire. Vaut-il mieux quelques centaines de kilos de déchets stockés à l’écart des gens ou des tonnes de CO2 dans l’atmosphère?

    4. ARCHI FAUX CE QUE TU DIS
      UN MOTEUR THERMIQUE DIESEL OU ESSENCE N A QU UN RENDEMENT DE 20% DONC BIEN LOIN DE CE QUE TU ECRIS? CONTRE + DE 50% POUR UN MOTEUR ELECTRIQUE.
      DEUXIEMENT LA CONSTRUCTION D UNE VOITURE THERMIQUE ENGENDRE AUSSI DE LA COMBUSTION FOSSILE COMME CELLE DE LA VOITURE ELECTRIQUE AU DEPART
      CE NEST QU APRES QU IL Y A REDUCTION D ENERGIE FOSSILLE.
      DONC AVANT DE T AVANCER LIS BIEN TES DONNEES ET NE PARTICIPE PAS INDIRECTEMENT A L INTOXICATION DES LOBBIES PETROLIERS
      CDLT

  3. l’audi a3 e-tron est deja en vente comme pour la golf gte

    sinon pour les batteries, c’est LG qui fournit audi, comme pas mal de constructeur auto.

    et cela ne sera pas trop compliqué pour audi de venir s’imposer face a tesla,
    vu que ce dernier a encore énormément de probleme de fiabilité et de rendement financié.

  4. Daimler va investir 100 million d’´euros dans une usine de batteries litium pour éviter de devoir se fournir en Asie et arroser le marché européen.

  5. Pour info, l’audi A3 e-tron est une hybride et non une électrique. Même si les chiffres sont pour une conduite a un régime optimal, c’est 50km en tout électrique et jusqu’à 940km en combine … Mais sûrement sur un circuit plat et des pneus sur gonflés !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité