Votre smartphone est plus puissant que les processeurs de la capsule Orion

Orion

La capsule Orion vient de réussir son premier vol de test. Ce futur vaisseau spatial habité fait la fierté de la NASA en termes d’accomplissement aéronautique mais semble légèrement dépassé lorsqu’il s’agit d’informatique...

La conquête spatiale vient une nouvelle fois de vivre une grande avancée avec le retour sur terre de la capsule Orion. Cette dernière est censée pouvoir envoyer des hommes sur la Lune d’ici 2020 : elle représente ainsi l’avenir de l’avancée de l’être humain dans l’espace.

Or étant donné son perfectionnement technique, un fait semble relativement étonnant et concerne son équipement informatique. En effet, en matière de processeur, Orion serait en retard d’une bonne dizaine d’années. De douze ans plus exactement. Car la capsule embarque un processeur Power PC 750FX, un modèle équipant les iBook et iMac au début des années 2000. Alors pourquoi un tel décalage des technologies ? Pour la résistance.

Selon un porte parole et chargé de projet auprès de la NASA, la question de la puissance et de la rapidité des processeurs est ici moins importante que leur résistance à des conditions extrêmes, notamment matérialisées par la force gravitationnelle et les radiations. Lent mais costaud donc…

Tags :Via :Geek
Dernières Questions sur UberGizmo Help
    1. Il y a toujours des bugs dans les nouveaux processeurs , idem pour les compilateur de ces procs. Il faut généralement plusieurs plusieurs années pour les trouver et les corriger . C’est acceptable pour les smartphone mais pas pour les applications critiques.

  1. C’est la même chose en Aéronautique.
    Les processeurs sont vieux mais très fiables.
    Exemple pour un système d’exploitation : Windows XP plantera BEAUCOUP moins que Windows 8.
    donc inutiles d’utiliser quelque chose de puissant si ça doit planter.

    Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
    1. C’est quoi cette comparaison foireuse ?

      L’article parle de Hardware et tu compares deux Software, rien à voir :/ En plus tes propos sont loin d’être vérifiés…

      Pour en revenir à l’article, la résistance est du à quoi exactement ? La finesse de gravure ? Des connaisseurs auraient des précisions ?

      1. Au contraire l’ami, mes propos sont exacts.
        quand on ne sait pas on se tait 😉

        Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
        1. Entre Windows XP et Windows 8…le seul problème pouvant être rencontré se situe entre le siège et l’écan (et ce n’est pas forcément une blague d’informaticien).
          Pour en revenir au sujet : Ce n’est pas parce qu’un matériel est vieux qu’il est inutile.
          La Nasa a raison d’utiliser du matos éprouvé et fiable et non du « ultra hightech » qui peut claquer à la moindre occasion.
          D’autant plus que la Nasa a de moins en moins de moyen…le matériel qu’elle utilise pour lancer des missions spatiales doit coûter le moins possible (oui, même la Nasa doit payer ses courses chez matériel.net & co. 😀 )

      2. On parle en principe de résistance aux perturbations extérieures tel que les contraintes mécaniques, thermiques, mais surtout vis à vis des radiations spatiales.
        En effet, le Soleil, sans qui la vie n’existerait pas sur Terre, ne nous procure pas que des bienfaits. Il émet aussi des particules de très grande énergie, qui créent des rayonnements ionisants, surtout en haute altitude. Les satellites et les avions y sont donc particulièrement exposés. Or, ces rayonnements ont des effets délétères sur les systèmes électroniques : ils interagissent avec les circuits, créant un signal parasite qui perturbe le traitement des informations. Pire, certains rayonnements endommagent définitivement des composants de l’électronique de puissance. Or avec la miniaturisation des composants, la sensibilité des circuits aux rayonnements s’accroît. C’est pour ces raisons que dans le domaine spatiale, il y a très souvent un décallage technologique entre les produits dit publique et l’électrique embarqué

        http://spacetravelfoundation.blogspot.fr/2013/04/musca-sep3-tool-to-assess-sensitivity.html

    2. Je ne vois pas pourquoi il y a tant de négatif sur son commentaire, dans les systèmes temps réel c’est comme ça, windows XP est pleins de failles de sécurité, mais sa stabilité en usage sur système critique est prouvée et encore utilisée aujourd’hui.
      il est vrai que les système comme VxWorks ou LynxOs sont beaucoup plus répandus sur le domaine du temps réel que windows.

  2. C’est surtout des raisons de résistance aux rayonnements cosmique plus qu’autre chose.

    C’est très long de fiabiliser un processeur dans ces conditions, c’est quasis du sur mesure. Du coup on utilise ce qui est fiable à l’instant t et souvent c’est des vieux trucs.

    Les radiations peuvent facilement endommager un processeur, mais aussi le faire planté car un transistor peut être manœuvré sans commande et juste avec le rayonnement qui vient de traverser la puce.

  3. Rayonnements cosmiques … pas une excuse un peut bidon non ? il existe déjà des ordi resistants à toutes choses, notamment aux rayonnements electromagnetiques style EMP et ionisant. Je pense plutot que leurs applis de developpement n’ont pas suivis les nouvelles techno et ne sont donc pas compatibles avec les puces d’aujourd’hui. En meme temps, ils ne peuvent pas suivrent l’evolution vu que tout devient vite périmé, non optimisé, ou fragile.

    Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
  4. Ou bien ils n’ont pas besoin d’avoir un processeur le plus puissant du monde pour juste pour l’utiliser à 2%.

    La Nasa ne développe pas ses softs avec ses pieds, c’est tout, ils ont pas besoin de pouvoir jouer à Angry Bird avec leur navette.

  5. Rappelons également que les tests de fiabilité dans la durée réclament forcément du temps. On aurait donc bien du mal à équiper cette capsule de matériels qui sont peut être réellement fiables, robustes et récents mais dont les longs tests n’ont pas encore été réalisés.

    1. En fait, la qualification et le choix des puces et électriques embarqués suivent des normes de tests au sol sous accélérateurs de particules afin de reproduire l’environnement radiatif spatial. Ces tests sont certes long et couteux, mais durée en moyenne quelques heures.

  6. Ils n’ont peut être pas besoin non plus de 18 cœurs à 26ghz,
    Les informations étant traitées pour partie au sol, c’était sûrement le meilleur compromis suffit de voir Rosetta qui a fait des merveilles avec du hardware datant de 20 ans

  7. Ces processeurs ne consomment pas beaucoup d’énergie. Entre 5 et 7 Watts à 900 MHz. Ce qui est une belle performance pour le travail qui leur est demandé. (juste du calcul à mon humble avis) Ensuite rien n’empêche d’en faire un cluster. Par exemple 4 processeurs 750 FX. Pour obtenir des largeurs d’instructions de 64 bits. Ce qui est aussi très important pour calculer la trajectoire du vaisseau spatial. Qui j’imagine doit être fait en virgule flottante. Genre 32 chiffres après la virgule…

  8. Comme dit plus haut dans les commentaires cela est lié aux rayons cosmiques et à la finesse de gravure des processeurs. Plus la gravure est fine et plus le processeur devient instable la haut. Cela fait déjà bien longtemps que nos téléphones, et je dis bien téléphone et non smartphone, sont plus puissants que les processeurs des fusées.

  9. J ai discuté avec Francis Rocard il y a quelque année sur le sujet faut savoir que les programmes sont lancé assez longtemps en avance et que non seulement ils utilisent effectivement de la technologie éprouvé mais que l on ne tiens pas compte des avancées technique qui se déroule au présent d ou le décalage entre ce qui se fait aujourd’hui hui et les moyens enbarqué

  10. cet article est affligeant… que vient faire la gravitation comme élément perturbateur du fonctionnement de processeur…
    et présenter cela comme une performance technique en plus !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité