CES 2015 : ASUS dévoile son nouveau monstre, le ZenFone 2

Asus ZenFone 2

Le constructeur ASUS vient de lever le voile sur son nouveau smartphone haut de gamme, le ZenFone 2, qui s’offre le luxe de disposer d’un processeur Intel 64-bit d’une part, et de 4 Go de RAM d’autre part. Un monstre !

Lancée l’an passé, la gamme ZenFone s’enrichit ce jour d’un nouveau modèle, le ZenFone 2, qui va être décliné en deux versions notables, différentiables en terme de puissance.

Doté d’un large écran de 5,5 pouces (résolution 1 920 x 1 080 pixels, 403 ppp), il va également pouvoir s’appuyer sur un processeur quadcore Intel Atom Z3560/Z3580 (64-bit), de 2 ou 4 Go de RAM, de 16, 32 ou 64 Go de mémoire interne, d’un port microSD, d’un APN arrière développant quelques 13 mégapixels, un capteur frontal de 5 mégapixels grand angle – c’est tellement plus pratique pour prendre des selfies ! -, une batterie 3000 mAh profitant d’une technologie lui permettant de se recharger à hauteur de 60% en un peu moins de trois-quarts d’heure, tout en étant compatible NFC et 4G LTE Cat 4.

Bien sûr, le smartphone va tourner sous Android 5.0 Lollipop, la dernière version en date, accompagnée d’une surcouche Asus ZenUI, sur laquelle on ne s’étendra pas…

La version 2 Go sera vendue 199$. Les deux seront déclinés dans les coloris présentés ci-dessous.

asus-zenfone-2-2

Asus ZenFone 2

Tags :Via :phonearena
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Le truc genant, c’est le proc Intel : pas mal d’appli reposent sur des libs en .so compillees pour arm, et donc ne tournent pas sur intel

    1. Tu dis n’importe quoi, on a des libs qui permettent de faire tourner des applis arm et inversement, renseignes toi avant de parler, nottament la lib houdini …

  2. Je vois ici les hommes les plus forts et les plus intelligents que j’ai jamais vu; je vois tout ce potentiel; et je le vois gâché. Je vois une génération entière qui travaille à des pompes à essence, qui fait le service dans des restos, ou qui est esclave d’un petit chef dans un bureau. La pub nous fait courir après des voitures et des fringues, on fait des boulots qu’on déteste pour se payer des merdes qui nous servent à rien. On est les enfants oubliés de l’Histoire mes amis, on n’a pas de but ni de vraie place, on n’a pas de Grande Guerre, pas de Grande Dépression. Notre grande guerre est spirituelle, notre grande dépression : c’est nos vies. La télévision nous a appris à croire qu’un jour on serait tous des millionnaires, des dieux du cinéma ou des rockstars, mais c’est faux, et nous apprenons lentement cette vérité. Et on en a vraiment, vraiment, plein le cul.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité