Vous avez 24h pour lire ce livre avant auto-destruction !

livre auto-destruction

Il n'y a pas que les blockbusters qui font des coups de pubs et de la promotion à outrance. Les livres aussi aiment faire coups d'éclat, au point même de pouvoir s'auto-détruire.

Le dernier livre de James Patterson, Private Vegas, ne sera pas seulement disponible à hauteur de 1 000 copies numériques qui vont s’auto-détruire au bout de 24h, ce serait nettement trop simple ! Au lieu de cela, le livre sera édité en version papier et celle-ci va également passer de vie à trépas dans le même laps de temps. Inutile de dire qu’il faudra bien choisir son moment pour commencer à bouquiner.

Justement, pour les lecteurs plus lents ou plus occupés, ils devront attendre le 26 janvier pour obtenir une version, disons, plus sécurisée du bouquin. Les amateurs de sensations fortes seront tout de même les premiers servis… Quant à pouvoir se procurer l’ouvrage physique, la chose est encore plus complexe.

Seul un fan pourra obtenir le livre pourvu d’un compte à rebours numérique et cela coûtera la somme rondelette de 294 038 dollars (c’eût été dommage de choisir un chiffre rond). A ce tarif, l’exemplaire sera dédicacé, ce dont on se fiche royalement puisqu’il va s’auto-détruire… L’avantage notoire se trouve en nature, avec un dîner en tête à tête avec l’auteur. Un repas qui coûte cher donc, mais qui espérons-le, ne devrait pas disparaître au bout de 24h !

Tags :Sources :selfdestructingbookVia :designtaxi
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Complètement idiot: la version physique, c’est dangereux (et si le livre s’autodétruit par combustion dans votre maison pendant que vous n’êtes pas là?) et la version numérique, c’est un peu con: aucune relecture possible, faudra acheter une 2e fois.

    Et info manquante: les lecteurs pourront voler du temps aux autres lecteurs (mais on ne sait pas encore comment)

    1. Ouais enfin le gars qui s’achète le livre à 300000$ il va pas non plus le laisser traîner au milieu des bottes de foin.
      On sait de quoi ça parlera ?

  2. Bah… Que ceux qui veulent le lire se cotisent, y’en a un qui l’achète, il scanne/photographie toutes les pages, et partage :’) ! S’il y a assez de lecteurs, le prix divisé ne sera pas si énorme x).. Et pour le diner avec l’auteur… Hummm, les interessés lancerons des enchères.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité