Un Playmobil Martin Luther pour réformer le secteur du jouet

Martin Luther

Si l'on trouve pléthore de produits dérivés dans le domaine du jouet, ceux-ci ne sont pas souvent un hommage à la culture, en témoignent les poupées cheap tirées de la licence La Reine des Neiges et consort. C'est pourquoi il est bon de saluer l'arrivée de cette version Playmobil de Martin Luther.

Ce petit personnage a été créé exclusivement pour nos amis Allemands et les offices de tourisme de Nuremberg, ainsi que pour l’Eglise évangélique luthérienne de Bavière. En effet, il a vocation à  célébrer le 500ème anniversaire de la Réforme protestante qui aura lieu en 2017.

Croyez bien que les collectionneurs espéreront mettre la main dessus et ce ne sera pas chose facile. Si la figurine ne coûte que quelques euros, elle n’a été éditée qu’à 34 000 exemplaires, vendus en seulement quelques jours ! A croire qu’enseigner l’Histoire via les Playmobil est ludique et bénéfique pour tout le monde…

Espérons que la marque continue à créer des jouets en ce sens et qu’elle inspire la concurrence !

Tags :Sources :tourismus nuernbergVia :toyland
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. La réforme protestante en question était une liste de 95 « thèses » dénonçant la vente d’indulgences (sortes d’action sur le paradis vendues pour construire des basiliques), le concept de purgatoire, etc.
    Ici, c’est en particulier le fait de pouvoir lire la bible et de célébrer le culte dans la langue des participants (et non en latin) qui est illustré par la figurine : le playmobil tend un livre ouvert montrant la dernière page de l’ancien testament et la première page du nouveau, tous deux traduits en allemand par le réformateur.
    Le jouet est vendu en ligne, sur le site de l’office indiqué dans l’article (qui ne livre que dans les pays de langue germanique : Allemagne, Autriche, Suisse). Les 34 000 premiers s’étant écoulés rapidement début février, ils vendent actuellement une seconde fournée (de 50 000) livrable en avril.
    On peut noter que la bavière n’était pas le berceau de cette réforme (qui est partie de Wittenberg, plus au nord-est, pas loin de Berlin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité