iOS : ResearchKit va collecter pléthore de données personnelles !

say aaaah

Apple a annoncé les détails de sa nouvelle plate-forme logicielle open source, qui permettra aux chercheurs d'accéder aux données de millions de sujets potentiels. ResearchKit semble tout autant incroyable que potentiellement criblé de problèmes de sécurité.

Sur la nouvelle page web de ResearchKit, Apple vante les fonctionnalités de confidentialité du logiciel, mais occulte toute mention concernant la sécurité des données. Nous ne pouvons que supposer que ResearchKit utilisera un système similaire à HealthKit.

 « Les informations concernant la santé de l’utilisateur seront stockées, centralisées et sécurisées dans un espace dédié. L’utilisateur est en mesure de décider quelles données seront partagées avec l’application. »

Concernant la vie privée, la page de ResearchKit explique :

« Nous savons à quel point vous appréciez l’intimité de vos informations et ResearchKit a été conçu dans cet esprit. Vous pouvez choisir quelles études rejoindre, vous contrôlez les informations que vous fournissez, à quelles applications vous les donner, et pouvez voir les données que vous voulez partager. »

Quel type de données ? En creusant dans la présentation du logiciel pour les développeurs, on apprend que ce sont surtout des données biométriques spécifiques aux domaines de recherche : l’asthme, la maladie de Parkinson, le diabète, le cancer du sein, et les maladies cardiovasculaires. Voici le tableau complet données personnelles recueilles par ResearchKit.

donnée apple

Jusqu’à présent, tout à l’air d’aller. Vous acceptez de partager vos données avec les chercheurs afin d’essayer de guérir le cancer, les maladies cardiaques, etc. Cependant, une mise en garde s’impose : ce n’est pas parce que ces informations sont privées qu’il veut nécessairement dire qu’elles sont en sécurité.

Tags :Sources :gizmodo
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Ils vont revendre les données aux assurances ?

    En vrai c’est dommage qu’on soit pas dans un monde de bisounours : ya plein de truc qu’on pourrait et qu’on devrait faire sans se soucier de rien, mais non. on peut pas

  2. Si vous aviez fait votre boulot vous auriez expliqué que l’API est open source, chose très rare chez Apple et garantissant une certaine transparence dans le fonctionnement de ces collectes…

    1. Nous y sommes presque???
      As tu entendu parler d’un Edward Snowden?
      Ou etais tu ces deux dernières années?
      On est en plein dedans et jusqu’au cou
      Je t’invite a voir le docufiction « Citizenfour » si ce n’est pas fait.
      Une bonne série aussi qui traite du sujet « Person of Interest »
      D’ailleurs cet homme nous a fourni la preuve que la NSA et la CIA se sont alliées pour « essayer » de casser les chiffrements d’IOS et IOSX
      Ce genre de logiciel présenté dans la news fait peur. Il faut être inconscient ou ne pas etre au courant des risques pour utiliser ça.

  3. ça sera moins pire que le médecin qui avait omis de sécuriser ses dossiers patients qui se sont retrouvés sur internet, là juste nos contacts phone facebook twitter seront au courant de nos herpès hémorroïdes et autres joyeusetés

  4. C’est moi ou personne ici n’a suivi le but réel du research kit. Il s’agit ici de données médicales personnelles dont apple ne pourra accéder…
    Evidemment, vous préférez tous lui cracher à la gueule pour une fois que l’on fait avancer la maladie. Perso je suis concerné par une des applications et je trouve cela super.
    Je vous rappel que l’API est OPEN SOURCE et tenu par le secret médical pour la collecte d’informations…
    Bon apparemment tout le monde passe à coté des infos les plus importantes…

    1. Ah ouaip, le secret médical…de quel pays? Les règles sont-elles identiques aux USA qu’en Europe, et si un datacenter de transit est situé dans pays ou le secret médical n’est pas inscrit dans la loi, on fait comment?
      De plus le secret médical, c’est de la foutaise pure et simple de nos jours. Dans de nombreux pays, les assurances ont leurs propres médecins qui peuvent accéder à nos dossiers et, sans trahir le secret médical, ils entrent simplement des paramètres d’appréciation et d’évaluation dans des systèmes qui permettent ensuite de savoir presque exactement notre état de santé et de le partager avec d’autres assureurs (sans compter les remboursement des médicaments, ce qui donne encore plus d’indices). Ils ne savent pas précisément quelle maladie ont les clients mais ils savent exactement les niveaux de risques de chacun, ça m’étonnerait pas qu’ils analysent même les groupes, les familles afin de mieux cibler les bons risques.

      Le fait que l’API soit open source ne garantit absolument rien, hormis qu’on va peut-être y découvrir plus facilement quelques trucs étranges…si quelqu’un de très calé en code décide vraiment de fouiller. Et c’est pas garanti quand on voit les récentes failles découvertes qui trainaient depuis des années sur des codes open sources essentiels à la sécurité et à la communication.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité