Un ancien candidat de Mars One dénonce une arnaque financière et « sectaire »

Mars One

Mars One, le projet qui ambitionne d'envoyer 24 explorateurs sur Mars d'ici 2025. Un aller simple, un saut dans l'inconnu, un immense rêve, l'aboutissement de très nombreuses années de recherche et développement... Une vaste arnaque ? C'est en tout cas ce qu'affirme un ex-candidat.

Parce que ce projet paraît tellement fou, il a bon nombre de détracteurs. En Février dernier, la presse britannique révélait que Mars One réclamerait plusieurs dizaines de milliards de dollars – loin des 6 milliards annoncés – et le Guardian enfonçait le clou en indiquant qu’au moins 100 ans seraient nécessaires avant de voir les premiers humains habiter Mars.

Interrogé par le site Medium, Joseph Roche, de l’Université de Dublin, parmi les 100 derniers candidats, précise d’emblée n’avoir jamais « rencontré qui que ce soit de Mars One en personne […] Ils disaient qu’il y aurait des entrevues régionales, où on subirait des tests sur plusieurs journées, et cela me semblait un processus légitime de sélection d’astronaute. »

Mais d’après lui, il n’en est rien. Il aura suffi d’un entretien de 10 minutes sur Skype et les finalistes ne seraient sélectionnés que selon l’argent qu’ils ont investi dans le projet, et non en fonction de leur profil.

Car selon cet homme, l’organisation du projet est presque « sectaire ». « Lorsqu’on se joint à la ‘communauté Mars One’, ils commencent à te donner des points. On reçoit des points pour chaque étape de la sélection (mais un nombre arbitraire de points, qui n’a rien à voir avec la sélection), et ensuite, la seule manière d’obtenir des points est d’acheter des produits dérivés Mars One et de leur donner de l’argent. » Pire encore, Mars One suggèrerait aux candidats de monnayer leurs interviews, 75% des bénéfices seraient ensuite reversés à l’organisation…

Tags :Via :20 minutes
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. C’est vrai que d’aller chercher des sous chez les astronautes c’est pas très bon. Déjà ça risque de creer un conflit entre eux alors qu’ils sont censés vivre plus de 6 mois ensembles sans se disputer.
    Alors si l’un dit, moi je suis plus haut gradé que toi alors execute mes ordres parce que j’ai donné plus d’argent que toi : … c’est mal partir.

  2. Faut pas être bien malin pour accepter ce genre de « voyage ». Un scientifique OK, mais un mec lambda c’est du suicide.

    Dans quelques années la réalité virtuelle sera suffisamment abouti pour s’émerveiller sur tout et n’importe quoi, la seule limite sera l’imagination des devs.

    Bon après si ces mecs là jugent utile de sacrifier sa vie pour aller voir des cailloux sur une autre planète, c’est cool pour eux.

  3. Personnellement, ça ne me viendrait pas à l’esprit de me proposer pour une mission sans retour… si encore nous avions envoyé d’autres type de robot que des explorateurs.

    Des robots qui testent les conditions de vie sur cette planète, en essayant de reproduire les prérequis de l’homme… faire pousser quelques chose au moins …

    1. et il y a quelque chose qui te vient parfois à l’esprit ?

      Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
  4. l’énormité de la mission aurait quand même dû mettre la puce à l’oreille, non ?

    il s’agit juste de prendre de l’argent à quelques gogos fortunés… et si ça peut faire illusion quelques dizaines d’années, les instigateurs auront bossés (ou suffisamment gagnés) pour avoir une retraite bien méritée

    Einstein a dit : « Deux choses sont infinies : l’Univers et la bêtise humaine. Mais, en ce qui concerne l’Univers, je n’en ai pas encore acquis la certitude absolue. »

    et la bêtise humaine entraîne une grande naïveté :)

  5. De toute fasson il n’y a pas de retour prevus!?
    Alors pourquoi s’embarasser de chose futil comme les $!
    Dans un certain sens cela reste logique!
    p.s: j’accepte egalement les donts des volontaires qui souhaite ce delester de leur souvenir pecunier terrien! ;P

  6. Franchement , des gens ont vraiment crus que ce « projet » était quelque chose de sérieux ? Dès le début c’était évident qu’il ne s’agissait que d’une vaste fumisterie sans aucunes base financières ni technologiques. Bien fait pour les gens qui se sont fait arnaquer, ils n’avaient qu’à réfléchir.

  7. « Pire encore, Mars One suggèrerait aux candidats de monnayer leurs interviews, 75% des bénéfices seraient ensuite reversés à l’organisation… »

    et ils doivent faire quoi pour ramasser du pognon ?

    attendre que Wallstreet et la city se réveillent ?

    attendre que les néo mathusiens qui gouvernent ouvrent enfin les yeux pour débloquer des subventions ?

    attendre que la presse geek soit enfin geek plutot que de nous parler de la couleur d’un robe ou d’un rouge à lèvres ?

    1. Ils doivent exposer les plans, les efforts de recherche, les états financiers/comptables, etc., bref tout ce qui est nécessaire à un investisseur à risque pour considérer investir sérieusement dans quelque chose. D’ailleurs pourquoi ne s’annoncent-ils pas pour du financement « crowd-funding » si le contexte est tel que vous le dites? Parce qu’ils devraient s’exposer et seraient obligés de présenter l’état d’avancement des travaux et de la recherche. Or c’est une arnaque, jamais ils ne s’engageront sur cette avenue.

  8. J’aimerais bien pouvoir lire un jour un article de la part d’un VRAI journaliste qui vienne nous dire où en est ce projet et ses technologies, au lieu de nous répéter les communiquées de presse ou les one-liners de marketing de la firme, au lieu de ne faire qu’étendre le brouillard (se faisant ainsi agents de vente plutôt que journalistes). TRÈS FAIBLE, alors que pour l’instant tout prend le visage d’une arnaque, tels des vendeurs d’élixir de jouvence du XIXeme siècle ne vendant du rêve. Et les journalistes se font complices de cette arnaque. Car s’il s’avère de manière formelle que ça en est une, alors j’inviterais tous les citoyens à poursuivre en justice les journalistes qui les auraient leurrés de la sorte, par manque d’éthique professionnelle (porter le chapeau de journaliste pour ne se faire que porte-voix et vendeur, c’est une grave faute professionnelle, une usurpation d’identité visant à tromper et arnaquer : du banditisme qui devrait être puni quoi).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité