Que se passe-t-il quand vous recevez du sang d’un autre groupe que le vôtre ?

sang

Aujourd'hui, les transfusions sanguines sont des actes extrêmement courants dans la médecine moderne. Cela dit, pour ne pas risquer quoi que ce soit, il convient de s'assurer que le sang transfusé n'est pas porteur d'une quelconque maladie, et qu'il est du même groupe que celui du patient... Que se passe-t-il si ce n'est pas le cas ?

Pour comprendre le fonctionnement d’une transfusion sanguine, il faut s’intéresser aux différents composants du sang. Ce sont les globules rouges qui portent la distinction A, B ou O. Se tromper lors de la transfusion peut causer d’importants problèmes mais même en respectant le groupe, le transfusé peut avoir de la fièvre, des frissons ou diverses douleurs si le système immunitaire se met à attaquer les globules blancs présents dans le sang transfusé. C’est d’ailleurs pour cette raison que les différents composants du sang des donneurs sont séparés.

Le premier signe d’une transfusion ratée est « une impression de mort imminente ». Les docteurs y prêtent d’ailleurs une attention toute particulière. Il y a aussi généralement les avertissements classiques du système immunitaire – fièvre, douleur, frissons et une sensation de brûlure dans la zone de l’injection -.

Si le transfusé a de la chance – et il est suffisamment résistant -, son système immunitaire se chargera d’éliminer l’envahisseur comme il se doit. Mais la situation peut rapidement se compliquer si celui-ci n’attend pas que les globules rouges étrangers aient quitté les vaisseaux sanguins avant de les détruire. L’hémolyse – le nom scientifique de leur destruction – répand alors leur contenu dans tout le réseau de vaisseaux sanguins. L’hémoglobine se retrouve mélangée au plasma du sang et évacuée dans les urines – lui conférant une couleur marron foncé -. Les globules rouges contiennent aussi de la bilirubine, un pigment jaune-marron. Lorsqu’elle se retrouve dans le sang, elle donne une couleur jaune à tout le corps.

Cet ictère – que vous connaissez aussi sous le nom de « jaunisse » – et les urines marron peuvent être gérées mais ce sont deux signes que la situation est très grave. Les débris des globules rouges dans le sang peuvent déclencher de nombreuses réactions en chaîne. Les médecins parlent alors de réaction hémolytique à la transfusion, et cela peut être mortel.

Les hôpitaux font très attention, les erreurs sont rares mais elles arrivent. En 2013, un femme de 84 ans en est morte. Le laboratoire de l’hôpital avait mal étiqueté les échantillons. Il fut immédiatement fermé et l’hôpital dut faire pratiquer ses tests dans un autre établissement.

Tags :Via :io9
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. WHAT ? je me suis trompé, j’ai cru un instant être sur un site consacré au Digital Lifestyle, mais j’étais en fait sur un mauvais article de doctissimo …

    Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
  2. « Chuck Norris donne fréquemment du sang à la Croix-Rouge. Mais jamais le sien. »
    … et après on s’étonne qu’il y ait des problèmes …

  3. les vampires ne deviennent pas jaune car le sang ils le mangent du coup c’est dans l’estomac qu’il finit et lors de l’absorption intestinale les hématies ne passeront pas la barrière intestinale et finiront…. dégradés par les bactéries du tubes digestifs…. dans les selles de celui ci en partant du principe qu’un vampire fasse la grosse commission. CQFD :-) Et merci Gizmodo pour l’article

    1. Oui je confondais avec un jeu video ou les vampires se faisaient des transfusions un peu comme les ballon liquide qui servent à nous nourir par transfusion quand on ne peut pas manger.
      Mais c’etait des vampires handicapés sans doute.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité