A trop jouer à Candy Crush, il se fait opérer d’une rupture du tendon

Candy Crush

Soyez prudents, s'il vous plaît : les jeux vidéo sont dangereux. Tous. Sans exception. Voici encore un récit édifiant des dangers de cette menace patentée de notre société : Candy Crush. Prenez le cas de cette pauvre âme qui s'est rompu un tendon après avoir passé des semaines à torturer son pouce à la poursuite de bonbons.

Édifiant, nous vous le disions. Un jeune homme de 29 ans, en bonne santé, a réussi à se faire un blessure de guerre à force de croiser divers bonbons acidulés sur le célèbre jeu Candy Crush Saga. Nous lisons d’ici la consternation la douleur sur votre visage, aussi afin de vous éviter de paniquer inutilement : combien de bonbons faudra-t-il avant que cela ne devienne préjudiciable à votre intégrité physique ?

Apparemment, l’homme a expliqué à ses médecins qu’il avait passé 6 à 8 semaine à jouer, sans peu ou prou de répit. Selon ses propres termes « Candy Crush était quelque chose de secondaire, mais il jouait constamment ». Durant tout ce temps, il a infligé à son pouce de glisser, glisser, glisser… Jusqu’à la tragique rupture. Une douleur soudaine l’a envahi, il s’est alors retrouvé dans l’incapacité de bouger son doigt et a finalement fini par être opéré.

tendon Candy Crush

Plus étonnant encore, il n’a jamais ressenti la moindre souffrance avant sa rupture du tendon, probablement parce qu’il était trop absorbé par le jeu. Traître de Candy Crush… Nous recommandons derechef toute la prudence nécessaire. Toutefois, bien que ce soit un cas isolé, les médecins s’accordent sur une conclusion intéressante :

« Les jeux vidéo ont un rôle dans la gestion de la douleur et des études devraient être mises en place pour les considérer comme des alternatives non pharmacologiques au cours de procédures médicales inconfortables ou douloureuses ».

Décontractants musculaires, anti-douleurs ou Candy Crush, en somme, choisissez votre punition.

Tags :Sources :livescience
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Ce qui m’étonne c’est que le titre de l’article ne contient pas le mot iPhone, quelque chose du genre « Voilà ce qui arrive quand on joue trop sur son iPhone » ou quelque chose comme « Je passe beaucoup de temps sur mon iPhone, mais ça, ça ne m’est jamais arrivé ! » … Ou encore peut-être « Cet homme a voulu battre un record sur son iPhone, mais ça s’est mal terminé ». En panne d’inspiration ?

    Ha non j’ai compris… Le téléphone de la marque à la pomme serait rapproché à un contexte péjoratif. Il vaut mieux dire que c’est un smartphone Android.

    1. Loin de moi l’idée d’encenser cet article d’une haute portée informative, mais a aucun moment il n’est question de la marque du téléphone.

  2. Le ministère de la défense a le regret de vous annoncer que votre fils est mort parce qu’il était débile ! (Goose, Top Gun)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité