Les robots humanoïdes font leur entrée dans les magasins du Japon

robot toshiba

Toshiba travaille sur de nombreux dossiers et comme nous l'avions découvert au cours du CEATEC, les robots humanoïdes sont une des cordes de leur arc. Aiko Chihira semble tellement réelle qu'elle en devient quasiment effrayante, et nous serions curieux d'observer la réaction des clients qui se retrouveront face à elle.

Toshiba et le département Mitsukoshi de Tokyo se sont associés afin d’installer le robot à l’entrée des magasins où il aura pour mission d’accueillir les clients. Bien évidemment, cette itération est capable de parler en Japonais, mais sera programmable pour s’exprimer dans d’autres langages. Chihira peut clignoter, sauter, bouger ses lèvres lorsqu’elle parle, et faire d’autres expressions et mouvements réalistes (quoiqu’assez raides et saccadés) grâce à ses 43 moteurs.

La population Européenne n’est sans doute pas prête à ce genre d’humanoïdes, encore bien trop perturbants. Pour rappel :

« L’angoisse ressentie à la vue de ces robots si réalistes est donc due à notre cerveau. En réalité cela fonctionne exactement comme pour une phobie. Prenons une phobie classique, le vertige. Si nous sommes sujet au vertige c’est parce que nos pieds sont sur une surface dure (associée au sol par notre cerveau), mais que notre vision informe le cerveau que nous sommes à plusieurs mètres du sol. Celui-ci est face à une incompatibilité. La sensation physique n’est pas en adéquation avec l’information visuelle, il y a donc malaise et dans le cas présent, vertige.

Finalement nous avons donc peur de ces robots, pas parce qu’ils sont trop réalistes, mais parce que leur comportement ne correspond pas à leur aspect. »

Nous n’en sommes pas encore là, car si Aiko Chihira est effectivement en mesure de saluer les clients à leur arrivée ou émettre quelques politesses en bonne réceptionniste, elle ne peut pas encore répondre aux requêtes et plaintes de la clientèle. Toutefois, cela pourrait arriver plus vite que l’on ne pense, il n’y a qu’à voir les progrès accomplis par les différents logiciels de reconnaissance vocale…

Tags :Sources :reuters
Dernières Questions sur UberGizmo Help
      1. Encore un qui croit qu’un autre pantin sur le trône doré changera quoique ce soit… Ah lala elle a encore de beaux jours devant elle la 5em république ….

        1. Oui, la Vème, l’oligarchie et les vendus ont encore de beaux jours devant eux, mais ça, c’est dû à notre manque de courage.

    1. Le chômage n’est pas un problème. C’est la solution. Il est évident que le travail va disparaître et que c’est ce que nous voulions.
      Rifkin le prédisait il y a déjà 20 ans ( La Fin du Travail). Il est évident qu’on n’arrêtera pas le progrès technologique et que la société devra repenser totalement son rapport au travail sous peine de conséquences désastreuses.

  1. Quel horreur. Qu’ils leurs inventent un aspect propre à eux plutôt que de nous reproduire visuellement. Là on serait plus dans de l’admiration.

  2. la fierté de la réceptionniste humaine tout sourire qui n’a pas encore compris qu’elle serait remplacée par la machine moi ça me tue : faut vraiment être la reine des connes pour pas penser plus loin que ça,

    si son mec (si tant est qu’elle ne fasse pas partie des nonnes qui ont données leur corps au Dieu libéral comme la majorité des femmes au Japon) la remplace par un modèle plus « performant » on sera arrivé au bout de la logique .

    1. Oui, mais la femme japonaise est comme toutes les autres femmes et tous les autres habitants de la planète (le système capitaliste est totalitaire) qui ont eux aussi été contraints de donner leur corps et leur vie au Dieu de la productivité. Ce sourire ne signifie pas qu’elle n’ait pas conscience de ce qui peut lui arriver : être remplacée par une machine à terme. Qu’importe puisqu’elle n’existe pas.Dans une société où l’individu passe après le groupe, on peut supposer qu’au contraire, cette femme est réellement heureuse de ce progrès. On ne peut pas lutter contre l’automatisation qui est inévitable. Qu’un travail stupide et répétitif soit fait par une machine plutôt qu’un être humain, cela ne me dérange pas. Qu’on ne prétende pas que cela détruira le lien social: nous n’avons jamais été aussi seuls que dans nos sociétés industrialisés pourtant dotées de moyens de communications particulièrement efficaces et développés. La fin du travail tel que nous l’avons conçus jusqu’à présent me semble souhaitable.
      Quand l’IA sera dix-mille fois plus efficace qu’un être humain il ne restera que peu de secteurs où l’homme dépassera la machine : la recherche, l’ingénierie, les arts, le social…
      La seule question qui se pose est de savoir si nous voulons changer de société et nous adapter pour le mieux à cette révolution où continuer à vivre avec les mêmes vieux dogmes dans une société fondée sur le travail, sans travail.

      1. à la différence que vous n’avez pas compris que votre « révolution » ne s’adresse qu’a une poignée d’individus dont vous comme moi, ni cette dame ne ferons partis.

        quand à la société qui doit tout le temps changer / évoluer à tout prix mais surtout pour le pire désolé mais je ne vois absolument aucune nécessité dans cela.

        c’est même LE chiffon rouge des libéraux incapables de fournir un système qui marche durablement et masque cet état de fait dans une pseudo révolution permanente chaotique et cause de tous les conflits entre individus.

        si effectivement le but de la technologie était de nous émanciper, chaque ordinateur et machine fourniraient depuis 40 ans un revenu a chaque citoyen licencié par ce chômage technologique.

        Or il n’en est absolument rien.

        1. compris que votre « révolution » ne s’adresse qu’a une poignée d’individus dont vous comme moi, ni cette dame ne ferons partis.

          Je n’en suis pas certain. Bill Gates quant à lui a bien l’intention de vendre des robots… D’ici quelques années, chacun d’entre nous possédera un robot, qui sera un objet aussi courant qu’un ordinateur. Quant aux emplois qui peuvent être automatisés, ils le seront évidemment. C’est logique, cohérent et cela arrivera peut-être plus tôt qu’on le croit.

          « quand à la société qui doit tout le temps changer / évoluer à tout prix mais surtout pour le pire désolé mais je ne vois absolument aucune nécessité dans cela. »

          Tout dépend de ce qu’on fait. En soi le progrès technologique n’est ni bon ni mauvais. Cette évolution n’a pas cessé de diminuer la part du travail dans les processus de production et c’est plutôt louable à mon avis. Toutefois nous pourrions parfaitement envisager un monde où ce ne serait plus une minorité qui accaparerait les richesses et le pouvoir et où la technologie servirait le bien de l’humanité. Cela peut sembler utopique, mais c’est une possibilité comme une autre.

          « si effectivement le but de la technologie était de nous émanciper, chaque ordinateur et machine fourniraient depuis 40 ans un revenu a chaque citoyen licencié par ce chômage technologique. »

          Le but de la technologie devrait être notre émancipation a tous. Dans les faits son usage et surtout son appropriation par une minorité en fait un instrument de domination des masses résignées et complices de leurs maîtres puisqu’elle refusent dans l’idée même toute possibilité de révolte. Rien n’empêche de penser en revanche que la généralisation de l’automation ou du travail à distance puisse devenir une source de revenus (le commerce électronique le permet notamment et on peut très bien imaginer la création d’une taxe sur les robots pour financer un revenu universel par exemple). C’est à nous de décider de ce que sera le futur et il est certain que ce n’est pas en déléguant aux oligarques au pouvoir le soin d’agir que nous nous émanciperons. Au contraire.

          Or il n’en est absolument rien.

    2. Quant aux robots, partenaires sexuels, il est évident qu’ils se développeront toujours davantage dans une société où l’on est de plus en plus seul. Il en existe déjà des modèles primaires. Cette femme pourra elle aussi remplacer son mari par un modèle plus performant et mieux équipé. Il ne faut pas croire que la société japonaise n’évolue pas.
      Je prédis un bel avenir à ces robots. Le robot sera réellement le partenaire idéal : il vous comprendra, apprendra à toujours mieux vous connaître et s’adaptera donc à vous. Avec le robot et l’IA (quand elle sera suffisamment développée), il n’y aura plus de solitude car chacun pourra avoir un ou plusieurs robots de compagnies qui pourront aussi être des partenaires sexuels ou amoureux. Ce marché me semble très porteur quand on voit la difficulté qu’ont les être humains à s’entendre. Un robot, sera quant à lui totalement adapté à votre personnalité. Il suffira de le programmer. NAO en est un précurseur.

  3. Qui parle de chômage ?
    un robot dans un magasin au lieu d’un employé ?
    Mais pour fabriquer et entretenir le robot il faut combien d’ingénieurs, techniciens, comptables, etc etc ?

    1. Oui combien ? A mon avis, un comptable suffira pour toute la société. Et on n’en recrutera pas simplement parce qu’on a remplacé quelques pions humains par des machines. Des techniciens, il n’en faudra pas beaucoup plus. On peut parfaitement estimer qu’un technicien pour dix robots par exemple suffirait : cela ne créera donc pas plus d’emplois. Les pièces de ces machines seront évidemment produites en Asie dans des pays permettant d’abaisser les coûts de fabrication. Inutile donc d’imaginer que cela créera des emplois dans l’industrie. Ce n’est pas le but.

  4. Marx lui-même avait prévu qu’un jour le travailleur serait remplacé et que la production se ferait sans lui… Tout cela n’est que le processus d’évolution normal et logique du capitalisme et le chômage est au service cette évolution.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité