En France, on veut mettre le parfum des morts en bouteille

Flacon parfum

Il pourrait bientôt être possible de conserver l'odeur réconfortante d'un être cher ad vitam aeternam. Une entreprise envisage de lancer leur nouvelle ligne de parfums conçus à partir de l'odeur que les gens laissent sur leurs vêtements, et ce, dès le mois de septembre.

Fait connu de tous, l’odorat est le sens le plus puissant pour nous rappeler des souvenirs. C’est en partant de ce principe qu’une équipe de chercheurs s’est attelée à recréer l’arôme naturel d’un proche. Ainsi, une fois passées de vie à trépas, les personnes chères à votre coeur pourraient vivre définitivement. Dans notre nez.

L’histoire part de celle d’une veuve, la mère de Katia Apalategui, qui se remémorait l’odeur de son mari grâce à sa taie d’oreiller. Sa fille travaille désormais avec le département de chimie organique et macromoléculaire de l’université du Havre pour recréer l’odeur de l’homme à partir de bribes issues d’anciens biens.

Ils ont mis au point une technique permettant d’extraire l’arôme clé des vêtements, reproduisant ainsi une centaine de composés aromatiques pour créer une bouteille de parfum en quatre jours. Le procédé a été acheté par une compagnie appelée Kalain, fondée par le fils de Katia – Florian Rabeau – étudiant à l’ISC Paris Business School.

Le dernier a avoir tenté l’expérience s’appelle Jean-Baptiste Grenouille et la conclusion n’a été réjouissante pour personne… Qu’importe, les chercheurs comptent aujourd’hui passer à la commercialisation, en vendant un flacon à hauteur de 560 euros.

Heureusement, le côté glauque (tout de même…) n’est pas la seule préoccupation de l’entreprise, l’idée serait également de concevoir des parfums pour les gens qui vivent loin les uns des autres.

Tags :Sources :theguardian
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Pas de doutes, les business school, ce n’est clairement plus ce que ça a pu être !
    Il n’y a que les médiocres qui payent pour entrer dans ce genre d’établissement sur-vendu pour mieux faire les poches.
    Pour le reste, il y a les IAE, publics, mais selectifs au niveau des compétences et pas du pognon.
    Bref, ça explique d’où sortent ces idées stupides.

  2. Et on peut aussi commercialiser des « odeurs de stars », comme ça la groupie peut sniffer l’odeur de son chanteur favori. Même si le chanteur en question est décédé.
    Quoique celle qui choisit l’odeur de Gainsbourg … la pauvre !

  3. Moi je peux travailler pour eux.
    Chaque fois que je lâche une caisse, tout le monde me dit que ça sent le cadavre.
    Donc pour produire de l’odeur des morts, je suis un spécialiste.

  4. Pour une fois que l’on a une idée novatrice qui est en avance sur les américains dans la catégorie  » louche  » , ça mérite d’être salué .
    Ca fait nécrophile , ce sont surtout les gothiques , satanistes , vampiristes &co . qui vont être content .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité