Test : le Samsung Galaxy S6 est fantastique, et sans doute trop

Samsung Galaxy S6

Samsung a beau s'en cacher, la marque est devenue l’équivalent d’Apple pour les téléphones sous Android. Ses appareils haut de gamme sont détaillés et critiqués sous toutes les coutures et le dernier Galaxy S6 n’aura pas esquivé la tradition. Attendu comme le messie, est-il aussi performant que prévu ?

C’est quoi ?

Le Galaxy S6 n’est autre que le dernier smartphone phare de Samsung, qui revendique le titre de meilleur téléphone sous Android en cette année 2015. En ce sens, il propose la crème de la crème des spécifications, le tout sous une version grandement remaniée de TouchWiz, tournant sous Android 5.0 Lollipop.

On retrouve donc un smartphone aux dimensions de 143.4 x 70.5 x 6.8 mm pour un poids de 138 grammes. Exit le plastique, bonjour l’aluminium sur les bords et la protection Gorilla Glass 4 sur la coque arrière. Le Galaxy S6 propose une dalle de 5,1 pouces QHD (2 560 x 1 440 pixels), également protégée par du Gorilla Glass 4.

Sous le capot, c’est une puce octo-coeur 64 bits, l’Exynos 7 Octa (7420) gravée en 14 nm avec quatre cœurs Cortex-A53 et quatre cœurs Cortex-A57 que l’on retrouve, accompagnée de 3 Go de mémoire vive LPDDR4. La partie graphique est assurée, quant à elle, par le Mali-T760 d’ARM.

La photographie est à l’honneur sur ce téléphone avec un capteur principal de 16 MPx, avec stabilisation optique, et un secondaire en façade de 5 MPx. À noter, tous deux ouvrent à f/1,9. En terme de batterie, Samsung annonce du 2 600 mAh (200 mAh de moins que son prédécesseur le S5) mais une recharge possible sans fil, WPC (Qi) et PMA.

Le S6 a été libéré le 10 avril, en doré, blanc, noir ou bleu et en trois versions, 32, 64 et 128 Go pour un prix de départ de 709 euros.

Pourquoi c’est important ?

Le reste du monde est au courant, la concurrence est devenue extrêmement rude sur le marché des smartphones et il devient de plus en plus délicat de se différencier. C’est en partie pour cela que la branche mobile de Samsung est à perte, les appareils n’étant pas foncièrement meilleurs que des Sony, HTC et consorts. Pire, ils sont nettement plus onéreux que les Asus, Huawei ou Xiaomi qui débarquent toutes griffes dehors sur le territoire. Le S5 n’a pas réussi à séduire, Samsung a opéré de grands changements sur le S6, preuve de leur volonté de redresser la barre.

Ces choix stratégiques ne sont pas sans risque et si vous êtes un fan pur et dur Samsung, le Galaxy S6 pourrait réellement vous pousser dans les bras d’une autre marque…. Comme Apple (Non, c’est une blague, un appareil sous Android s’entend, citons les Xperia, Motorola, Nexus ou encore Ascend…).

Design

Du pour…

La question de l’identité de ce smartphone peut réellement faire débat… Il n’a plus grand-chose à voir avec les précédentes itérations. Dans un sens, c’est enfin une bonne nouvelle, la marque a fini par comprendre qu’on ne peut pas vendre un téléphone à prix d’or s’il est conçu en plastique. L’aluminium et le verre rendent le joujou très solide, esthétique et lui confère une réelle qualité. De la même façon, il ne faut pas occulter qu’il est vendu de concert avec le Edge, aux bords incurvés, chacun incarne donc une des envies de la marque, le classicisme avec le S6 et la disruption avec le Edge.

Notre test complet du Samsung Galaxy Edge

Le dos en verre de l’appareil est une belle réussite. La façade est douce au toucher, mais n’empêche pas le téléphone de glisser dans la paume de la main, bien qu’il lui confère une certaine élégance. Dans la même veine, il faudrait être de bien mauvaise foi pour ne pas remarquer la qualité des finitions et l’attention portée aux détails.

Concernant le traitement Gorilla Glass 4 de part et d’autre de l’appareil, c’est une véritable bénédiction et le S6 ne sera certainement pas familier des rayures et autres écrans brisés (à moins de ne VRAIMENT le chercher, mais nous rappelons que le joujou coûte au minimum 710 euros, un minimum d’attention s’impose).

Et du contre !

En revanche, il rompt avec la tradition de ses frères pour finir par ressembler un peu trop à un iPhone… En témoignent la place des haut-parleurs ou celle de la prise de branchement. Ceci étant, les habitués de la gamme S ne seront pas pour autant complément largués en prenant en main cet appareil. Chassez le naturel, il revient au galop, les habitudes prises préalablement reviendront facilement.

iPhone 6s

Vous l’aurez compris en lisant les spécifications techniques, le S6 ne dispose d’aucun emplacement pour une microSD, ce qui « pique » à ce tarif… Idem, si l’on ne peut qu’apprécier la touche qualitative du duo verre/aluminium, la batterie n’est désormais plus amovible. Enfin, Samsung a sacrifié le design de son téléphone pour qu’il soit le plus fin possible, en laissant le capteur photo déborder d’un bon millimètre, ce qui casse un tantinet l’esthétisme de l’appareil.

Et à l’usage ?

Un écran superbe, impeccable

L’écran du Edge annonce un très généreux ratio de 577 PPI (401 PPI pour l’iPhone 6 et 518 pour le Note 4), c’est sans doute superflu lors d’un usage quotidien, mais une telle définition sera appréciable pour les personnes utilisant des casques à réalité augmentée. Les couleurs sont superbes, les contrastes poignants, c’est un écran d’une qualité remarquable. A noter également que le processeur graphique Mali-T760 fait un travail exceptionnel sur ce téléphone.

De même, il a été reproché à Samsung de ne pas pouvoir profiter pleinement de ses appareils en extérieur et en plein soleil, le S6 dispose d’un écran très lumineux (600 NIT) pour une utilisation parfaite, qu’importent les conditions.

Une puissance sans faille

Puissant, véloce, impressionnant, les termes ne manquent pas pour décrire les capacités du smartphone qui profite d’un processeur dernier cri, l’Exynos 7420 octocœur (#nerdgasme). Par ailleurs, celui-ci est soutenu de 3 Go de RAM, ce qui permet de faire absolument tout sans subir de lags. La donne ne sera pas la même si vous conservez votre appareil deux ou trois ans et le saturez de données. Mais mis à part cet écueil propre à tous les téléphones, le S6 ne vous fera pas faux bond. Il propose une expérience sans accroc, rapide, fluide, malgré la présence de la lourde surcouche de Samsung, Touchwiz (quoi que toujours plus épurée itération après itération).

Preuve de sa puissance, le Galaxy S6 peut exécuter des applications dans les fenêtres, en arrière-plan, et même en lancer deux différentes côte à côte, tout comme le Note 4, bien que ce ne soit pas aussi utile sur un écran si petit et sans stylet.

Surcouche, bon élève, Samsung est en progrès

L’interface Touchwiz de Samsung est encore bien présente mais nettement moins envahissante et gênante à mesure que les années ne passent. On se souvient avec douleur et dédain de la surcouche du S5, qui entachait les performances du téléphone à cause de sa lourdeur, malgré des composants haut de gamme.

Samsung n’est pas retombé dans le piège avec le S6, et fait le choix d’épurer Touchwiz pour la rendre plus simple, plus accessible. Si certains raccourcis comme les boutons de notifications rapides sont les bienvenus, Touchwiz reste toujours et sempiternellement bourrée d’options gadgets qui ne vous serviront sans doute jamais, comme d’applications installées en natives que vous n’ouvrirez jamais non plus. Un phénomène de surenchère et d’accumulation fort regrettable au regard d’une capacité de stockage interne non extensive…

APN, Samsung maître en la matière

Petite nouveauté sympathique de l’appareil photo, il est désormais possible de lancer l’application en double cliquant sur le bouton Home, ce qui évite l’ajout d’un énième bouton sur les fins côtés de l’appareil. A ce titre, l’appareil photo est bluffant et impressionnant de rapidité, sans négliger la qualité des clichés. Par ailleurs, l’ouverture f/1.9 permet de prendre des photos très correctes, même en basse luminosité. Les amateurs apprécieront la stabilisation optique et un zoom à faire pâlir d’envie Superman. L’interface est bourrée de fonctionnalités en tout genre et d’une rapidité à toute épreuve, c’est vraiment de la belle ouvrage.

La batterie intégrée

La batterie du S6 est intégrée… Samsung s’est fait houspiller, croyez-le bien. Mais elle reste très performante, et de là à ce qu’elle ne meure, votre smartphone sera obsolète (certes, pour le principe ce n’est pas bien, ni pour l’obsolescence programmée des appareils, mais ça ne devrait pas vous impacter au quotidien).

Par ailleurs, le S6 dispose d’une fonction de recharge rapide particulièrement efficace et désormais, du rechargement sans fil. L’autonomie est donc cohérente, pas exceptionnelle, mais vous n’aurez pas à recharger l’appareil 3 fois par jour et pourrez largement gérer en cas de besoin. Perfectible certes, dramatique ? Il ne faudrait pas pousser mémé dans les orties…

On a aimé

L’écran

Cela fait des années que le public attend que Samsung se réveille et cesse de mettre un horrible et cheap plastique sur ses smartphones haut de gamme. En plus de matériaux superbes, le S6 dispose d’un écran à se damner, doté de noirs profonds et de couleurs vivifiantes.

L’APN

L’appareil photo est une valeur sûre chez Samsung et c’est fort heureux vu le prix du joujou, outre sa rapidité, même dans de mauvaises conditions de prises de vue, l’appareil restera pertinent. Enfin, ceux et celles qui apprécient la macro seront également satisfaits de son travail.

La puissance

Que dire des performances de ce processeur, si ce n’est qu’elles sont exceptionnelles et rendent l’expérience utilisateur fluide et sans heurt. Une variable que l’on ne peut qu’apprécier au cours d’un usage quotidien et qui devrait ravir les férus de jeux vidéo. Les benchmarks sont catégoriques et place l’appareil devant ses concurrents.

benchmark

On n’a pas aimé

La batterie, mauvaise élève

La durée de vie de la batterie aurait pu être plus convaincante. Elle est tout a fait correcte, entendons-nous bien. Toutefois au regard du prix de l’appareil, on pouvait espérer mieux. Samsung a rogné le design de son appareil jusqu’à laisser dépasser le capteur de l’appareil photo, ce millimètre aurait largement pu être utilisé pour implémenté une pile plus pertinente.

benchmark batterie

Surcouche, peut mieux faire

TouchWiz – qui depuis une longue tradition n’a de cesse que d’handicaper les appareils Samsung – a progressé. L’épuration fait un bien fou, bien que la surcouche soit améliorée, elle est encore loin derrière HTC en termes de convivialité, et c’est à des kilomètres d’un Android pur, intégré par exemple dans les derniers smartphones Motorola. Par ailleurs, l’écurie d’applications inclue en natif est encore énorme, tout autant qu’inutile pour la majorité des apps.

La carte microS quoi ?

Encore une fois, lorsque l’on voit le prix de cet appareil en simple version 32 Go, il est regrettable que Samsung ait négligé l’ajout d’un port microSD particulièrement puisqu’ils l’ont fait pendant des années. Par ailleurs, si vous commencez à filmer en 4K ou à prendre des photos en haute résolution, vous allez rapidement déchanter sur le stockage interne du téléphone… Gros carton rouge pour Samsung qui s’essaye à la stratégie d’Apple en commercialisant des téléphones au stockage non extensif et dans des modèles extrêmement onéreux qui n’offre que 3 possibilités, 32 64 et 128 Go.

Ca nous a étonné

La perte de l’étanchéité par rapport au GS5 est décevante

La résistance à l’eau est une caractéristique géniale. Bien plus utile que gadget, il est regrettable que ce jouet n’en soit pas pourvu. On sait qu’il fait bon à Cupertino, mais en France (et ailleurs), le monde est nettement plus humide.

La capteur d’empreintes digitales

Voici ce que nous pensions du capteur d’empreintes digitales du S5… « Concernant ce gadget… C’est capricieux, au mieux. Non fonctionnel, au pire » . Pour cette itération, le scanner digitale tient ses promesses : il est efficace et précis, il s’agit d’une réelle amélioration. Au lieu de l’horreur que nous avions connu au lancement, celui-ci fonctionne a peu près 9 fois sur 10. Chapeau.

Et alors ? J’achète ?

Très franchement, il est rare que dans les points forts d’un test nous mettions à la fois l’écran, l’appareil photo et la puissance. Ce smartphone est un champion, c’est un fait, qui plus est depuis qu’il est pourvu de matériaux haut de gamme. Il est tellement performant que nous ne sommes pas surs qu’il soit nécessaire d’avoir autant de puissance pour un simple téléphone.

Un appareil sous Android Lollipop, à plus faible tarif pourrait tout autant faire votre bonheur. La question n’est pas de savoir si ce téléphone est performant, c’est l’un des meilleurs Android, voire même, LE meilleur. Le tout est de savoir s’il est capital pour vous de jouir du tout dernier téléphone haut de gamme pour jouer un peu les m’as-tu-vu. Les fervents défenseurs de Samsung pourraient largement retourner leur veste au regard de la trahison de l’absence de MicroSD et de batterie amovible… La nouvelle stratégie ressemblant un peu trop à celle de l’ennemi, Apple.

Vous ne serez aucunement déçu de ses performances et beaucoup vous regarderont avec convoitise…. Si, et seulement si, vous avez au minimum 710 euros à dépenser. Dans le cas contraire, d’autres appareils sans doute moins chers sont à envisager, avec des spécifications tout à fait suffisantes et une puissance quasi comparable (ou amplement satisfaisante dans le cas d’un téléphone. Ce n’est pas un ordinateur, juste un téléphone).

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
    1. Faut faire la différence entre réalité virtuelle et réalité augmentée , ce n’est pas la même chose. Vous vous êtes trompé de terme.

  1. « L’écran du Edge annonce un très généreux ratio de 577 PPI, … une telle définition sera appréciable pour les personnes utilisant des casques à réalité augmentée. »

    –> C’est quoi le rapport avec le casque ?
    Ce n’est pas parce que l’écran du tel est à 577 PPI que celà fait que le casque virtuelle passera donc aussi à 577 PPI …

    En témoignent la place des haut-parleurs ou celle de la prise de branchement.
    –> Sur le Note 4 aussi la connexion est en bas, cela semble plus au nouveau design de Samsung qu’un choix propre au S6. (déjà sur le Note 2 d’ailleurs)

    1. Pour ceux qui ont essayé le Google Cardboard par exemple. On met le téléphone dans le casque, c’est l’écran du téléphone qui voit devant nos yeux, littéralement à 5cm des yeux. Avec les lentilles du casque, on voit clairement les pixels.

      Donc meilleurs résolutions pour les casques de VR, je dis yes.

  2. Le Samsung S6 est donc super, mais finalement un ZTE Blade S6 comme le mien, octo coeur, 2+16Go, carte microSD 128Go, APN 13Mpixels, … Le tout pour 200€ plus 70€ de microSD…est une « tuerie », non ?

    1. Bonjour je suis aussi intéressé par le ZTE et l as tu depuis longtemps et en es tu toujours aussi content.
      Merci pour les réponses .

  3. Dommage que Samsung ajoute une surcouche logicielle a androïd qui transforme leur téléphone en machine à bug…

  4. Et encore un smartphone à taille inhumaine. Pour moi il n’y a aucun mérite de sortir un smartphone puissant avec une batterie qui tient longtemps avec une telle taille. L’exploit serait d’avoir un smartphone petit mais puissant.

  5. J’ai acheté ce téléphone et au bout de trois semaines il a commencé à chauffer et ensuite il y a eu une colonne de lumière qui est apparue sur l’écran, quand je l’ai renvoyé en SAV ils m’ont dit qu’il a été exposé un environnement humide alors que ça n’a jamais été le cas et pire encore à son retour la téléphonie ne fonctionne plus il n’arrive plus à s’enregistrer sur le réseau et quand j’ai recontacté Samsung pour leur réclamer ça ils m’ont complètement ignoré, fuyez-les produit Samsung fuyez, c’est de la daube et le SAV n’est de la merde, plus jamais de Samsung; j’ai toujours acheté des téléphones Android (Sony, HTC, Motorola) et je n’ai jamais été déçu mais j’ai voulu tester Samsung et j’ai payé cher, fuyez cette merde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité