Test : nouveau MacBook, tellement mince

Nouveau MacBook

Le nouveau MacBook est une merveille d'ingénierie. Il est magnifique et bien plus fonctionnel qu'un ordinateur de cette taille pourrait l'être. Mais il n'est pas fait pour moi, et je doute qu'il soit fait pour vous. Il est juste tellement mince.

De quoi s’agit-il ?

Le dernier ordinateur extrêmement fin d’Apple – un ordinateur portable de 12 pouces avec un écran haute-résolution incroyable. Tellement fin que vous pourriez le ranger dans un grand portefeuille. Tellement fin qu’il a fallu qu’Apple crée un tout nouveau type de clavier ultra-plat pour pouvoir l’intégrer. Tellement minimaliste qu’il ne possède qu’un port d’entrée-sortie – un port USB Type-C à tout faire qui représente clairement l’avenir, mais qui pour l’heure nécessite plusieurs dongles. Un peu cher pour la version de base, 1 300$, mais vous avez droit à 8 Go de RAM et 256 Go de SSD.

Pourquoi est-ce important ?

En 2008, les journalistes s’étaient bien moqués du premier MacBook Air. Alors oui, vous pouviez le mettre dans une grande enveloppe, mais il était trop cher, manquait de puissance et présentait quelques choix de design plutôt discutables. Mais une fois qu’Apple a réussi à maximiser les forces du Air et à minimiser ses faiblesses, c’est toute l’industrie de ce secteur qui en a profité. Quasiment tous les ordinateurs portables ultra-fins vendus aujourd’hui doivent quelque chose au MacBook Air.

nouveau MacBook

Apple se retrouve dans cette même position. Le nouveau MacBook indique non seulement la direction que vont emprunter les futurs ordinateurs portables d’Apple mais il ouvre aussi la voie, voie que les concurrents suivront très certainement. La question est la suivante : quelles fonctionnalités de ce nouveau MacBook représentent « le futur », et lesquelles sont des erreurs ? C’est une question à laquelle je vais tenter de répondre.

Coup de foudre

Splendide. Il n’y a pas d’autre mot. Même si l’on peut en avoir un peu marre de tous ces portables en aluminium, le nouveau MacBook a un charme que l’on ne saurait renier. Et c’est en partie grâce à ses dimensions et son poids réduits ; il fait d’ailleurs passer le MacBook Air de 13 pouces pour un gros. Et avec ses 900 petits grammes sur la balance, il se porte très facilement d’une seule main. Le clavier fait la même largeur, l’écran est un tout petit peu plus petit, mais l’encadrement est réduit dans toutes les directions.

nouveau MacBook

C’en est enfin fini de cet aluminium sur les côtés du clavier et de la large zone pour poser la paume des mains. En fait, cette zone est maintenant tellement réduite que mes poignets ne viennent que rarement y buter – quelque chose que j’avais toujours détesté sur le Air et ses nombreux clones. C’en est aussi fini de ces larges bords en aluminium entourant l’écran. Le nouveau MacBook a toujours des bords, mais ils sont noirs grâce à une seule couche de verre qui va d’un bout à l’autre de l’appareil.

Et quel écran ! Il s’agit d’un écran Retina super-haute résolution de 2 304 x 1 440 pixels, aussi net, précis et riche en couleurs que tous les écran d’ordinateur portable que j’ai pu voir. Peut-être même meilleur. On dirait un iPad géant, à tel point que j’ai été déçu en me rendant compte qu’il n’était pas tactile. Mais comme pour l’iPad – et contrairement à la plupart des ordinateurs haute-résolution -, cette machine n’est pas suffisamment légère pour être confortable lorsqu’on le porte à ses yeux pour observer le moindre détail d’une image d’un film ou une photo.

Mais l’écran n’est pas la seule raison pour laquelle vous adorerez regarder des films sur ce MacBook – cet ordinateur offre une qualité de son impressionnante pour son gabarit. J’ai lancé Pandora et j’ai vraiment été surpris en constatant les capacités de ce petit portable en la matière. Il y a une scène dans un épisode au début de la série Les Soprano dans un concessionnaire, j’aurais juré que les bruits de moteur que j’entendais provenaient de la pièce dans laquelle j’étais.

Le plus difficile dans l’histoire, c’est finalement de trouver comment mettre ces films et ces photographies sur cet ordinateur. L’autre jour, je voulais écrire un article pour Gizmodo dans le train et j’avais besoin de photos qui se trouvaient dans mon appareil Canon. Il n’y a pas de lecteur de carte SD, pas d’adaptateur SD – seulement un seul port USB Type-C qui fait aussi office de câble pour la charge. (OK, c’est plutôt cool.)

Je savais à quoi m’attendre alors j’avais acheté un adaptateur USB Type-C vers USB, utilisé un autre ordinateur portable pour mettre mes photos sur une clef USB et… j’avais laissé ce satané adaptateur à la maison. Je m’étais dit que j’allais adorer l’USB Type-C, mais pour le moment, c’est une vraie plaie.

Force Touch

Et c’est exactement ce que je pense de la fonctionnalité Force Touch d’Apple. Vous voulez impressionnez votre monde ? Éteignez le nouveau MacBook et appuyez sur le pavé tactile. Il ne se passe rien – il s’enfonce, tout simplement -. C’est parce qu’il n’y a pas de véritable bouton dessous. Ensuite, allumez-le et appuyez encore dessus. Boom : un clic en bonne et due forme.

C’est un électroaimant qui offre un retour haptique en réponse à votre pression. Quel intérêt ? Cela permet à Apple d’avoir un pavé tactile sur lequel on peut appuyer fort – et selon différents niveaux – pour effectuer tout un tas d’actions.

nouveau MacBookLes clics en deux temps sont désormais monnaie courante. D’abord un clic puis un appui plus profond pour un Force Touch.

Appuyez plus fort dans Maps et vous pourrez marquer une localisation précise. Appuyez fort dans Quicktime et vous accélèrerez la lecture d’une vidéo. Appuyez fort sur un mot dans Safari et vous afficherez sa définition dans le dictionnaire, sur une adresse pour avoir un plan ou sur un numéro de téléphone pour l’appeler.

nouveau MacBook

Mais pour le moment, Force Touch offre davantage de problèmes que de solutions. Par exemple, Force Touch ne peut pas faire grand chose actuellement, et le peu qu’il sache faire se limite à des applications Apple – des applications que je n’utilise presque jamais, comme Maps, Safari et Calendrier -. (Google et Microsoft font mieux qu’Apple sur ces points-là.) Autre exemple, l’utilisation de Force Touch n’est jamais évidente – comme appuyer longuement sur l’écran d’un iPhone, il faut savoir qu’il y a une commande cachée ou tomber dessus par hasard.

nouveau MacBook

Mais le plus gros problème de Force Touch, si vous me demandez, c’est qu’il n’est pas plus facile d’appuyer fort – et souvent assez étrange – que de presser de manière répétée sur l’écran par exemple. Des années d’utilisation d’un MacBook Air m’ont appris que cliquer sur un pavé tactile est assez lourd lorsque l’on peut simplement tapoter dessus, et les fonctions que Force Touch permet ainsi de simplifier sont vraiment rares.

Cependant, comme pour l’USB Type-C, j’ai l’intime conviction que Force Touch pourrait devenir important pour une tout autre raison. L’Apple Watch utilise exactement le même genre de retour haptique pour vous permettre d’atteindre un contact sur votre poignet et tapotant sur l’écran. Et si Apple proposait cela sur ces pavés tactiles ? Sur leurs futurs téléphones ? Ou pour d’autres notifications ? Ce pourrait être le début d’une plate-forme de messagerie intéressante. Et vous n’auriez pas spécialement besoin de cet ordinateur pour en profiter.

Le point positif de ce Force Touch, finalement, c’est qu’il n’est pas imposé : vous pouvez le désactiver, l’ignorer, comme il vous plaira, et pourtant toujours profiter de l’un des meilleurs pavés tactiles du marché. Il est rapide, réactif et extrêmement doux. Le simple fait d’utiliser ses deux doigts pour faire défiler une longue page web – grâce au défilement inertiel – est un vrai régal.

Ce satané clavier

J’aimerais vraiment pouvoir dire la même chose à propos du clavier de ce nouveau MacBook. Je l’utilise depuis une grosse semaine de travail maintenant, écrivant de nombreux emails, quelques articles Gizmodo et quelques conversations avec mes collègues. Oh, et chaque mot de ce test que vous êtes en train de lire. Je pense que l’on peut facilement dire que je me suis habitué à ces switches ultra-fins.

La bonne nouvelle, c’est qu’après une semaine de pratique, j’arrive à taper aussi vite que d’habitude. Peut-être même plus vite. Les touches étant très fines et répondant très précisément, il est très facile de laisser ses doigts courir sur le clavier sans rater la moindre lettre.

nouveau MacBook

La mauvaise nouvelle, c’est qu’elles sont extrêmement inconfortables. Même si je tape rapidement et précisément, je déteste le faire. J’ai l’impression que mes doigts frappent une surface dure. Je ressens chaque impact dans mes os. Et dès l’instant où je repasser sur un autre ordinateur portable – pas nécessairement mon fidèle ThinkPad X240 mais n’importe lequel des 5 ou 6 portables que j’ai dans la maison -, je me sens soulagé.

nouveau MacBook

Le pire, ce sont les flèches haut/bas avec leur hauteur réduite de moitié. Naviguer dans un document avec ces flèches est une vraie cause de stress.

J’ai tenté de passer du MacBook Air 13 pouces au nouveau MacBook 12 pouces pendant un temps, pour apprécier les deux claviers, et les touches de celui du 12 pouces paraissent définitivement plus précises.

En tout cas, bravo à Apple d’avoir réussi à intégrer un clavier rétroéclairé dans un ordinateur portable aussi fin – les LEDs individuelles sous chaque touche se révèlent bien pratiques et elles ont fière allure.

L’angoisse des performances

Lorsque j’ai appris que le nouveau MacBook embarquait un processeur Intel Core M et un tout nouveau design de batterie pour pouvoir caser un maximum de cellules Lithium-ion dans son petit châssis, je me suis dit que cette machine serait certainement peu puissante mais durerait longtemps. C’était logique : toutes les machines Windows que j’ai pu tester avec des processeurs Core M ont donné cette impression – mais Apple est plutôt doué en ce qui concerne l’optimisation de son système d’exploitation OS X pour en tirer la meilleure autonomie possible.

Et à ma grande surprise, c’est tout le contraire – on dirait qu’Apple a optimisé le Core M pour la vitesse. Ce nouveau MacBook semble assez peu différent de mon vieux MacBook Air pour les tâches basiques et il est plus rapide que des machines comparables sous Windows. Je ne l’ai pas vu à la peine jusqu’à ce que je tente d’installer Photoshop, que je tente de lancer deux navigateurs différents et que j’utilise Evernote simultanément – mais il était vraiment à la peine.

Les benchmarks des sites comme AnandTech montrent clairement qu’il ne vaut pas un nouveau MacBook Air équipé d’un Core i5, mais je ne suis pas certain que l’on remarquerait la différence sans jouer ou faire de l’édition photo/vidéo – à noter que tout ceci est tout de même possible. Dans un test tout à fait non scientifique où je convertissais un film de 10 Mo en GIF animé dans Photoshop, le nouveau MacBook n’a mis que quelques petites secondes de plus que mon ThinkPad X240 (core i5 Haswell). Pour les gros jeux, c’est délicat mais Borderlands 2 et BioShock Infinite peuvent techniquement tourner avec les réglages les plus faibles sur le nouveau MacBook. Je ne suis par contre pas certain qu’ils soient « jouables ».

Comme je l’ai déjà dit, par contre, l’autonomie en prend un coup. Je n’obtiens qu’environ 6 heures de travail avec le nouveau MacBook contre 8,5 heures avec un MacBook Air. Ce n’est pas mauvais du tout et plutôt assez incroyable pour un ordinateur aussi fin mais cela fait toute la différence entre prendre le chargeur avec soi et le laisser à la maison.

Tout du moins jusqu’à ce que l’USB Type-C se généralise, en tout cas. Si le nouveau connecteur USB devient aussi standard que le micro-USB (et il semblerait que ce sera le cas), un jour vous pourrez recharger votre MacBook aussi simplement que vous rechargez votre téléphone. Mais n’utilisez pas un câble autre que celui d’Apple. Vous vous rendrez compte que le nouveau MacBook peut être rechargé relativement rapidement avec le bon adaptateur – j’ai vu la batterie gagner environ un pourcent chaque minute.

On a aimé

La charnière est parfaite. On peut relever l’écran d’un seul doigt en laissant le MacBook sur la table, et la base ne bougera pas d’un iota. Il est possible de repositionner l’écran selon n’importe quel angle – même si malheureusement il ne dépasse pas les 45° – et il restera parfaitement en place.

J’adore les écrans qui offrent un ratio 16:10, et je ne comprends pas pourquoi Apple est le seul à en intégrer dans des ordinateurs portables – mais je suis heureux qu’ils l’aient fait ici.

Cet écran me rend heureux, point. Je pourrais le regarder pendant des heures, sous n’importe quelle luminosité. Il est suffisamment lumineux pour une utilisation en extérieur, et a un traitement anti-reflet, comme l’iPad Air 2. Et il sait aussi diminuer suffisamment sa luminosité pour ne pas réveiller ma femme dans le lit. J’adore.

Un Core M, ça veut dire pas de ventilateur bruyant, et ce MacBook ne chauffe pas non plus beaucoup ! Il y a juste un point chaud sur le bas de la machine, à l’arrière à côté de la charnière. Mais ce n’est jamais inconfortable.

Le câble de recharge USB Type-C est un simple câble USB Type-C qui sort du chargeur. Plus besoin de remplacer un chargeur MacBook qui coûte la peau des fesses parce que le câble s’effiloche ou que votre chien a décidé de mordre dedans (histoire vraie !).

Ce sont probablement les meilleurs haut-parleurs que j’ai pu tester sur un ordinateur de cette finesse.

Grâce au fabricant, il y a toujours une prise jack.

Pouvoir choisir le coloris pour un MacBook est aussi un vrai luxe. J’aime beaucoup le modèle Gris Sidéral, et le modèle Or n’est pas si criard finalement.

On n’a pas aimé

Pourquoi cet ordinateur est-il si fin ? Je n’ai jamais eu l’impression d’avoir besoin d’un MacBook plus fin. Avec un meilleur écran ? Certainement. Plus léger ? OK. Mais toutes les autres innovations de ce nouveau MacBook semblent être au service de sa finesse. Et qui a besoin de ça ?

Le clavier me rend fou. Comment quelque chose peut-il fonctionner si bien et pourtant paraître si horrible ?

L’USB Type-C, c’est bien, mais un seul port USB Type-C, c’est vraiment, vraiment, nul. Pourquoi pas deux ? Pourquoi pas un lecteur de carte SD, que l’on ne trouve même pas dans les dongles Apple ?

Vous faites souvent des vidéoconférences ? La caméra Facetime ne fait plus que 480p. Elle est tellement granuleuse. Bien pire que celle de votre iPhone. Je ne sais pas pourquoi.

Aucun des trois réglages de sensibilité de Force Touch ne me convient. Le réglage de base a l’air le meilleur, mais demande d’appuyer trop fort, et le réglage léger est trop superficiel, comme si je passais mes doigts dans le verre.

Force Touch a un SDK, alors je ne m’inquiète pas de son adoption, mais je suis déçu de voir qu’il lui faudra être implémenté dans chaque application plutôt que globalement dans le système d’exploitation. Ce serait vraiment cool que le nouvel OS X puisse reconnaître automatiquement les numéros de téléphone et les adresses n’importe où, pas uniquement dans Safari.

Et alors, j’achète ?

Non. Attendez. Voilà ce qui devrait arriver : comme le premier MacBook Air en 2008, ce nouveau MacBook sera le prélude d’une machine plus commune, abordable et sensée tout en étant aussi splendide. Comme toujours, les premiers acheteurs paieront le prix des efforts de R&D d’Apple, mais nous en aurons bientôt tous les bénéfices – pavé tactile Force Touch, port USB Type-C, design plus compact et l’excellente nouvelle charnière seront intégrés dans les futurs vrais successeurs du MacBook Air.

Pour l’heure, Apple continue de vendre des MacBook Air avec un design et un écran qui commencent à paraître vraiment datés et qui ne tiennent plus la comparaison avec leurs concurrents sous Windows – excepté en terme d’autonomie, bien sûr – et le nouveau MacBook ouvre la voie à l’évolution. Mais lorsqu’ils le feront, Apple voudra maintenant son avancée en terme d’autonomie, et cela passera, espérons-le, pas un ordinateur un peu plus épais et avec un clavier plus confortable.

Mais si vous voulez tout de suite un ordinateur extrêmement fin… que faire ? Honnêtement, le MacBook Air 13 pouces est toujours un très bon choix, mais il faudrait aussi regarder du côté du Dell XPS 13, du HP Spectre x360 et peut-être du Asus UX305 si vous aimez Windows. Ce sont toutes des machines relativement fines qui ne font pas dans l’excès comme le MacBook, qui coûtent quelques centaines d’euros de moins et qui offrent un clavier confortable, avec des ports comme on les aime.

Si vous achetez le nouveau MacBook, cela dit, vous aurez un bon ordinateur, mais pas celui que vous attendez. Cette machine n’est pas comme un billet première classe sur une compagnie aérienne. C’est plutôt comme un siège au premier rang à un concert. Ça coûte un bras et une jambe, c’est bruyant et inconfortable, et on pourrait attendre de vous que vous applaudissiez. Certes, c’est le meilleur fauteuil de la maison, mais vous avez intérêt à être un sacré fan du groupe.

(article publié à l’origine sur gizmodo.com)

Tags :Via :Gizmodo
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. C est pas pour faire de la pub mais moi je viens de me prendre un asus g551j un monstre de puissance a 900 euros
    Donc je me marre un peu quand je vois les config apple et surtout le prix qu ils les vendent

        1. À un laptop similaire en diagonale d’écran, poids et config.

          Comparer un tank 15″ i5 de 2,5kg avec carte graphique à un ultraportable de 900g relève de l’idiotie.

    1. Ca n a rien à voir, ton pc portable est plus fait pour pour le jeux. L ‘écran n est pas retina, le ssd n est pas en 256 GO. l autonomie, le poids et la finition ne doivent rien avoir en commun… Faudrait comparer ce qui est comparable…

      1. Retina c’est dépassé..
        Un ssd 256go c’est 100 euros.
        L’autonomie et le poids dependent de ce qu’il a dans le ventre.
        Et là sur le coup je voudrai bien voir ce laptop faire du photoshop pendant 4h doit pas rester grand chose de la batterie..

    2. @gamer dans l âme
      900€ oui, mais il fait 2,4Kg !!! autant comparer avec un PC fixe de 8Kg alors, il sera encore plus puissant que ton asus.

    3. Merci pour la référence :-)

      Comparer ce qui est comparable ? L’Asus G551j et le MacBook sont des PC portable, je ne vois pas pourquoi ils ne seraient pas comparables.

      1. il y a portable, ultraportable, transportable,…
        chacun joue dans sa catégorie. la miniaturisation et la recherche de légèreté joue sur les performances de l’appareil. sur l’asus de 2.4KG on ne recherche pas la finesse mais la performance, donc on conçoit une machine rapide et ensuite on met le couvercle, peu importe l’épaisseur que ca va faire.
        Sur un ultraportable on défini une finesse et une masse et ensuite on conçoit la machine. Plus elle est fine plus il est difficile de dissiper la chaleur donc on ne peut pas mettre n’importe quel processeur.

  2. Je comprend pas. Vous êtes journaliste. Votre rôle c’est de manipuler et détourner les faits et les mots pour convaincre ceux qui vous sponsorise ou pourrait le faire.

    A quoi ça sert de faire un première article à l’introductrice mirobolante alors que vous êtes obligé par souci de minimum de crédibilité…de parler de la performance pourri, du clavier affreux et du seul port usb…

    …pour finalement reposter le même test 1 mois après, ce qui consiste en du martèlement marketing, si c’est toujours aussi négatif?

    Et puis je dis « journaliste » mais on sait que ça existe plus vraiment et qu’il s’agit de stagiaire qui n’ont aucune pertinence et n’en auront jamais étant donné que c’est déjà le cas de leur ainé.

    Vous pourriez par exemple dire que Apple a sorti le Macbook Retina un an trop tôt, car la quasi absence de port est symptôme de l’arrivée anticipée du prochain processeur d’Intel, qui drive toute l’innovation des ordis Apple depuis 4 ans, nommé Skylake et qui a pour particularité d’embarquer des nouvelles technologies sans fils comme WiGig qui permet de transférer à la vitesse du USB 3 sans fil, le WiDi, qui permet de diffuser en HD jusque 4K à 60fps du contenu vidéo ou écran, et la technologie Rezence qui permet le rechargement et l’alimentation électrique sans fil…Raison pour laquelle Apple a sorti ce Macbook Retina avec une performance aussi peu élevée et un seul port. Quant on clavier merdique, c’est une énième preuve de la merde qu’est devenu Apple sans Jobs, mais les rumeurs chinoises parlent déjà de Force Pad…

    1. Je ne sais pas si Gizmodo.fr reçoit des sous de la par d’Apple (Gizmodo.com peut être), mais ce qui est sûr c’est que les news Apple rapportent un nombre énorme de clics (clics des pro-Apple + anti-Apple + curieux) et le clic c’est de l’argent !

  3. Ca me fait marrer les gens qui comparent toujours le prix à la puissance.
    C’est bien pour toi si t’as réussi à avoir un ordi plus puissant et moins cher mais ça n’a rien à voir.

  4. Quand on traduit un article, il faut le traduire correctement. Il suffit de regarder le titre pour comprendre que le reste n’est pas un traduction Stupidly Thin = Tellement fin ? Superbe réecriture partiale

  5. Bon, il faut que ce soit dit :
    L’architecture hardware c’est une tablette.
    L’ecran est un écran d’ipad retina même pas tactile.
    D’ou le seul port USB, comme sur les tablettes.
    Dommage, Apple nous avait habitué à mieux.
    C’est un produit type offrande à la divinité : Tu donne de la nourriture, tu recois du vent.

    1. Faudrait peut-etre pas généraliser, tu parles d’un écran rataché à un clavier, je veux pas etre mechant, mais rien ne ressemble plus à un ultraportable qu’un autre ultraportable.
      C’est comme comparer 2 tablettes de même taille, l’interieur change, mais l’extérieur faut être plus que physionomiste pour trouver les différences. ( sauf si tu compares une gamme actuelle face aux premières générations )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité