L’un des scénaristes du prochain Star Trek critique la culture geek

Simon Pegg

On peut avoir joué des rôles dans Shaun of the Dead ou Star Trek, aimer donc assez largement la fantasy, la science-fiction, et la "culture geek" dans son ensemble et pourtant être très critique envers elle. Pour Simon Pegg, cela ne fait aucun doute, dans sa vision actuelle, elle tend à faire plonger le "niveau vers le bas".

Interrogé par le magazine Radio Times récemment, celui qui est notamment co-scénariste du prochain film Star Trek, n’a pas mâché ses mots. Simon Pegg explique par exemple « qu’avant Star Wars, c’étaient des films d’art sans concession, amoraux comme Le Parrain, Taxi Driver, Bonnie & Clyde et French Connection qui étaient des succès commerciaux ». C’est la saga intergalactique qui aurait changé la donne. Et désormais, « nous consommons tous essentiellement des choses très infantiles, des comic-books, des super-héros… des adultes regardent ça et le prennent au sérieux !« 

Ses déclarations auront rapidement fait un tollé sur la toile, io9 lui reprochant d’être « intérieurement contradictoire » et de mal connaître son sujet. Sur son blog, Simon Pegg tente d’expliquer sa pensée. Pour cela, il évoque notamment la « french theory », qui fait référence au livre Amérique de Jean Baudrillard. Celui-ci explique que la société est infantilisée par divers nombreux processus dans des buts de contrôle et de protection.

Simon Pegg cite ainsi plusieurs événements récents : les bandes-annonces de l’Épisode VII de Stars Wars et de Batman V Superman et le tremblement de terre au Népal ou les élections britanniques. Sur les réseaux sociaux, les deux premiers événements, liés à des univers purement imaginaires, ont suscité davantage de réactions que les deux autres, bien réels.

Concernant le « nivellement vers le bas » cela dit, le scénariste avoue une « gigantesque généralisation« . Mais d’après lui, « plus le spectacle visuel devient la priorité du processus créatif, moins les films sont exigeants et réfléchis. […] Ces films sont en fin de compte motivés par les forces du marché et quelqu’un, quelque part, va arrondir les angles... »

Simon Pegg ne manque en tout cas pas d’humour, terminant son billet en précisant que « ses passions et ses préoccupations restent intactes » et qu’il « ferait mieux de monter dans son hypocropter et de retourner écrire » le prochain Star Trek.

Tags :Via :Le Monde
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Il n’a pas tort mais ce n’est pas spécifique à la culture geek. Tout le business du divertissement est basé là dessus, et ce n’est pas pour rien que ce sont des secteurs en croissance !
    C’est aussi ça la liberté : choisir de se faire plaisir plutôt que de s’inscrire dans de grandes causes ou des sujets importants. Internet sert davantage au pr0n qu’à l’humanitaire. Ainsi est fait l’homme : il préfère largement satisfaire à se besoins propres à court terme plutôt que de chercher à faire progresser son espèce! Et puis les geeks cherchent davantage à se retrouver autour de sujets communs qu’à confronter de grandes convictions…
    Ceci dit dans un registre « geek », il y a aussi de belles choses et de beaux messages. Le plaidoyer pour l’exploration de Nolan dans Interstellar est très beau par exemple.

  2. Infantiliser la population, niveler le niveau intellectuel vers la bas, il a raison : y’a cas voir les « nouvelles » émissions qu’on passe sur la tv (non la tv n’a pas toujours proposé des programmes de merde).
    Après dire que c’est depuis Star Wars.. je ne vois pas le rapport. Je pense que que Star Wars soit le premier film à succès tout public.

  3. Simon Pegg est juste lucide.

    La majorité qui le critique veut juste vivre de manière puérile dans un monde rêvé qui n’existe évidement pas mais qui surtout ne supporte pas (par peur le plus souvent) la confrontation au réel bien concret lui.

    Simon Pegg n’aurait jamais fait le moindre « buzz » avec ce genre de remarque il y a 40-50 ans car pour l’immense majorité le constat si contesté qu’il fait aujourd’hui était une évidence.

    L’occident est devenue une fabrique d’idiots récompensés de manière permanente et d’enfants qui ne deviennent jamais adultes ni responsables. C’est certainement d’ailleurs pourquoi l’occident est en déclin généralisé et aussi pourquoi la passation de flambeau est inévitable.

    Vous (la majorité) refusez de vous réveiller ce que nous (tous) paierons très cher.

    1. J’ai rarement vu autant d’auto-suffisance transpirer a travers des commentaires. Descendez de votre nuage les gars vous faites une généralisation a croire que vous avez tout vu tout compris.

      1. je comprends que vous soyez braqué puisque de toute évidence vous n’avez absolument rien compris à ce j’aie écris.

        le terme « auto suffisance » que vous employez en est la démonstration, mon com’ en étant totalement dépourvue.

        quand au désir de descendre je vous le dis de suite : non très cher monsieur, cela fait 40 ans que l’on m’explique qu’il faut descendre, niveler par le bas, se mettre à niveau… on voit le résultat de cette philosophie de la misère.

        alors non je ne vais pas descendre, par contre je vous invite à vous élever, vous verrez nous serons tous gagnants à très court terme.

  4. Infantilisation, ça ne passe effectivement pas que par la culture, mais par tous les aspects de la société telle qu’on la connaît aujourd’hui : ne pas fumer, mangez des fruits et légumes, perdez du poids, roulez lentement, triez vos poubelles. Infantilisation par une pseudo-responsabilisation digne de ce qu’on dirait à nos enfants « mouche ton nez », « dis merci à la dame » etc.
    La société nous rend responsable de tous les maux de la terre mais veut nous prendre par la main pour nous dire quoi faire et comment le faire

  5. C’est vrai que la culture geek est devenue de la merde depuis qu’elle est à la mode.
    Mais ne vous inquiétez pas, nous allons redevenir des ringards – ou une élite.
    Dans une génération…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité