Orange pris au piège par le conflit israélo-palestinien

orange israel

Il aura suffit de 3 mots malheureux de Stéphane Richard, le PDG d'Orange, pour fragiliser la position de l'opérateur en Israël mais également en France et dans le monde arabe.

Historiquement basé en France, Orange est présent à travers le monde et notamment au proche Orient où l’opérateur dispose d’une filiale en Egypte, d’une filiale en Jordanie et d’un accord de licence de marque en Israël avec Partner, un opérateur avec lequel Orange ne dispose toutefois d’aucun lien capitalistique.

Interrogé au Caire sur la poursuite de cet accord de marque, mis en place en 1998 avant que France Telecom ne rachète la marque Orange, Stéphane Richard a expliqué qu’il était prêt à mettre un terme « dès demain » à un tel accord.

Une déclaration qui a immédiatement mis le feu aux poudres en Israël, certains voyant dans cette déclaration un soutien à la campagne de Boycott du pays et notamment une réponse favorable aux pressions de la fédération internationale des droits de l’homme (FIDH), qui pointaient récemment les « Les liaisons dangereuses d’Orange dans le territoire palestinien occupé ».

Malgré les dénégations d’Orange et la volonté de limiter cette déclaration à une simple stratégie visant à reprendre le contrôle de sa marque partout dans le monde, et en particulier en Israël, l’opérateur est sous le feu des critiques des nombreux partisans de l’état juif, certains appelant même au boycott d’Orange par les français de confession juive.

Une situation particulièrement explosive pour Stéphane Richard et Orange, qui pourrait fragiliser sa position au moment même où l’opérateur cherche à poursuivre son expansion internationale.

 

 

 

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Franchement vouloir s’éloigner de ce conflit en refusant toute forme de dialogue avec l’oppression est légitime, du coup pouce en l’air pour Orange. Le fait que le gouvernement français y prenne part notamment par Laurent Fabius qui dit « la France n’accepte aucun boycott d’Israël  » prouve que notre pays n’est plus souverain. Ensuite le fait que le pdg d’Orange s’excuse prouve que les pressions doivent être énormes contre lui donc soumission malgré le fait qu’orange est l’un des plus gros groupe français. Pour finir on aura oublié cette histoire dans une semaine donc voilà…

  2. Je ne vois evidemment pas le rapport avec le site Gizmodo… Qui risquerait contre son gré de se retrouver aussi, pris a parti pour un article HS.
    Au demeurant, la situation est un peu plus compliqué que juste un conflit d’intérêt.
    Ces propos ont été dit en Egypte lors d’une conférence de presse au Caire, où le Pdg d’Orange effectuait une visite auprès de l’opérateur égyptien Mobinil.
    Quel rapport peut-il y avoir entre la déclaration et le fait qu’elle est été dit en Egypte? Pourquoi pas en France? Quelle rapport entre le marché égyptien et le marché israélien??
    Votre article montre beaucoup de légèreté concernant le professionnalisme et la conscience journaliste et certainement aussi les orientations politiques de l’auteur…

  3. En fait vous ne citez que les premiers articles alors que des explications ont déjà été données hier par la direction d’orange et notamment l’utilisation de leur nom par une entreprise sur laquelle ils n’ont aucun contrôle..
    Enfin comme d’habitude les « journalistes » du site s’en sont tenus au buzz sans même essayer d’expliquer la situation..

    1. D’un point de vue economique, c’est une chose qu’ils veuillent se désengager. Cependant Si ils ont prolongeé jusqu’en 2025, c’est peut etre que c’est pas si mal gérer. On parle d’un opérateur dans le top 3 israelien.
      La probleme est qu’on parle bien d’un souci politico-économique. On parle qu’il y a eu des pressions qui ont été faites sur Orange de la part d’organismes de boycott, parce que Orange Israel (Partner) propose aussi son service aux gens (citoyens d’Israel) qui habitent des « colonies » en Cisjordanie( qu’est ce que ca peut faire a ce cher mr Richard du point de vue de son entreprise?).Ca a été dit en Egypte, un pays qui compte 40 millions d’habitants qui n’a guère d’affection pour son voisin et se soucie bien de savoir ce que fait Orange en Israel. Et donc 40 millions de potentiels clients ca vaut le coup comparé à un pays de 8 millions d’habitants qui compte une franchise alors que Orange est 100% propietaire de Mobinil.
      Donc c’est Orange lui meme qui s’est mis dans le pétrin, disant indirectement qu’ils sont prets a rompre avec Israel pour pourvoir exister en Egypte.
      Et maintenant le rattrapage ne vaut plus rien, le ver est dans le fruit. Ils essayent officiellement de rattrapper le coup, ils ne vont pas dire officiellement ce genre de propos…
      Gizmodo etant une revue de technologie et non un journal politique ou de finance ne vous l’expliquera pas.
      Moi je prefere lire des tests sur le nouveau macbook ou des articles sur les guepes de Thailande parce que c’est un peu pour ca que je viens ici, pour se detendre un peu.

  4. Comme par hasard, les égyptiens condamnent la présence d’Orange dans les territoires israéliens disputées et hop, le PDG annonce le retrait d’Orange d’Israël lors de son voyage en Égypte ! Ça sent le PDG soumis ça non ?
    J’imagine que les pays du Maghreb ont dû faire pression sur Orange pour quitter israélien, et c’est une forme de boycott ça.
    Bref, si Orange part, ils devront payer quelques millions à Partner ^^

  5. Propos particulièrement RACISTES n’ayant rien à faire sur ce site, non censuré, mais bien révélateurs de l’état d’esprit des israéliens dont même un nazi serait choqué.
    Enfin bref, l’histoire étant un éternel recommencement, faudra pas venir se plaindre après, si vous pouvez encore :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité