Des drones-abeilles pour purifier l’air de nos villes

drone abeille

La pollution de nos villes est une préoccupation qu'il convient de prendre en considération. Pour purifier l'air urbain, les méthodes sont nombreuses, mais leur déploiement est souvent très coûteux. Avec ces drones-abeilles cependant, le travail pourrait être fait de manière invisible, ou presque, et à moindre frais.

Dès que leurs capteurs indiquent une pollution trop élevée, les essaims de drones-abeilles prennent leur envol. Leurs ailes mécaniques montées sur un filtre à particules en forme d’abdomen leur permettent d’arpenter nos villes pour dépolluer l’air environnement, en voletant simplement à quelques mètres au-dessus des habitants. Une fois leur mission terminée, elles rentrent pour y être nettoyées et rechargées.

Cette jolie idée est un projet d’une jeune étudiante argentine de la Sustainable design school de Nice. Elle a remporté un prix au concours de design d’Air Liquide. Le thème était « Respirer dans la ville ». 110 étudiants issus de 10 écoles de design ont participé. Les projets étaient aussi divers que variés, et même si la faisabilité technique n’était pas toujours au rendez-vous, ce genre de concours a le mérite d’encourager la réflexion.

Alors, à quand des drones-abeilles dans nos villes ?

Tags :Via :Usine nouvelle
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Moi aussi je vais remporter un concours de design, alors j’imagine une boite verte (ecolo c’est rigolo) avec un gros bouton rouge, et quand on appuie dessus, la terre entière est dépolluée. Et ‘oila, bon, je ne dis pas comment ça fonctionne, ni combien ça coûte, ni même si j’ai fait le moindre test, ce serait trop simple… faite moi confiance, je vous dis que c’est génial !

      1. Vive les pollueurs pour que vive le prix de l’innovation verte et les belles écoles.

        Hydropel, ça existe déjà, le bouton rouge, mais personne n’a eu l’audace de l’utiliser. Pas sûr que ça dépollue totalement la surface de la planète de son espèce dominatrice. 😉

    1. Mdr, le même genre de reflexion m’est venu a l’idée. A croire que le seul truc écolo dans l’article c’est le fait que le drone est un design d’abeille.

  2. Le truc que je pige pas (conceptuellement, même en me mettant à la place d’un des cerveaux malades qui ont conçu ce prix débile), c’est pourquoi ils déplacent leur dépolueurs de tout poil ? Pourquoi ils les font voler ? (le déplacement le plus énergivore)
    Pourquoi ils les mettent pas sur un camion qui roule au diesel ?
    Pourquoi ils les font revenir à la base au lieu de les jeter sur le lieu d’intervention ? (après les avoir dissous grâce à un petit réservoir embarqué de dioxine)

    1. Attends, c’est des étudiants d’écoles de design qui ont pondu ça ? Je croyais que c’était des gosses en maternelle.

    2. A mon avis Air Liquide a tout intérêt à valoriser les projets ecolo les plus mediocre du monde, afin de continuer à nous vendre du gaz, et si tout va bien pour eux, bientôt de l’air ?

    3. Comme vous, au départ je me suis dit:  »pourquoi polluer, pour dépolluer ???

      Peut-être que le bio-mimétisme y arrivera un jour ?

      Sinon, d’après-moi, dans un futur très-très proche, si nous n’avons plus de boulot, nous les pays dits riche, nous pourrons fouiller les déchets qui nous viendrons des ‘nouveaux’ pays/continents émergeants. L’Asie par exemple avec ses milliards d’habitants …

      C’est mon avis bien sûr !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité