Vous avez peut-être mangé de l’agneau-méduse !

agneau

Quoi que l'on puisse en penser, les recherches génétiques sur les animaux sont nécessaires pour faire avancer la science. Mais si d'ordinaire les animaux modifiés restent dans des circuits bien isolés, un "agneau-méduse" s'est retrouvé par erreur dans les assiettes de quelques consommateurs.

Dans le cadre d’un programme de recherche en cardiologie humaine, l’Institut national de la recherche agronomique (Inra) avait modifié génétiquement une agnelle, Rubis, avec une protéine de méduse. La Green Fluorescent Protein permet de rendre la peau fluorescente ou transparente, de quoi permettre de voir directement le système interne de l’animal.

Mais comment cet animal a-t-il pu se retrouver dans notre chaîne alimentaire ? L’enquête interne diligentée par l’Inra aurait déjà permis de mettre en lumières des « comportements délibérés » de deux agents, lesquels entretenaient des relations conflictuelles depuis plusieurs mois. L’un d’eux aurait, au début du mois d’Août 2014, ajouté Rubis dans un cheptel d’animaux non génétiquement modifiés avant de l’envoyer à l’abattoir. La viande est sortie d’un abattoir francilien en Novembre 2014. L’autre agent aurait décidé de garder l’affaire sous silence en attendant sa titularisation définitive au sein de l’institut. L’un de ces deux individus aurait ensuite fini par prévenir sa hiérarchie.

Le parquet de Meaux, en charge de l’affaire, a transmis le dossier au pôle de santé publique du Tribunal de grande instance de Paris. Mais si la justice devrait rapidement parvenir à établir toute la chaîne de responsabilité, il sera bien plus délicat d’identifier l’acheteur de Rubis, un particulier.

Inutile cependant de vous inquiéter – vous n’aurez pas la peau transparente, ni fluorescent ! -, l’Inra l’a bien précisé : « la consommation de cette viande ne présente pas de risques sanitaires« . Ouf !

Tags :Via :20 minutes
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. l’Inra l’a bien précisé : « la consommation de cette viande ne présente pas de risques sanitaires«
    OUI « je les crois » un agneau avec des genes de meduse , lol, c’est tellement normal, qu’on nous prends ouvertement pour des cons.

  2. je bouffe régulièrement de l’agneau, je suis francilien, et cette news ne me fait ni chaud ni froid. Ma santé craint bien plus quand je bouffe les saloperies habituelles (mac do, cahuettes, snacks, légumes en conserve, plats préparés, etc…)

  3. Ça nous rappelle que l’homme est toujours le maillon faible de toute procédure … et que celle-ci doit être conçue en conséquence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité