Cette seconde qui pourrait casser internet aujourd’hui, 30 juin 2015

Casser internet

La Terre est facétieuse : sa rotation ralentit très légèrement, ce qui oblige les scientifiques à ajouter une seconde de plus aux horloges atomiques afin de re-synchroniser tout ce beau monde. Le hic, c'est que les ordinateurs eux, ne sont pas vraiment d'accord...

La dernière fois que l’ajout d’une seconde a été nécessaire, cela s’est passé en 2012 et on se rappelle encore des ravages que cela avait causé à Internet. De nombreux supports technologiques se synchronisant avec l’horloge atomique n’étaient pas du tout préparés à absorber une seconde supplémentaire.

Rebelote donc pour le 30 juin à venir, ce sera la 26 ème seconde ajoutée depuis 1972. Cependant, nous sommes devenus de plus en plus dépendants des ordinateurs et des systèmes GPS qui se synchronisent grâce au Network Time Protocol ou Le Protocole d’Heure Réseau. Chaque seconde ajoutée risque donc de faire un peu plus mal.

Il est pourtant fondamental de conserver ses secondes intercalaires sans quoi le lien primordial entre notre notion d’un jour et la rotation de la Terre pourrait être à jamais perturbé. Si les ordinateurs ne tolèrent pas cette seconde en rab, les conséquences directes iront de sites fermés, à des transactions perdues dans le néant, voire des conducteurs envoyés à des dizaines de mètres de l’endroit prévu.

Bref, il y a de quoi se faire du mouron aujourd’hui… Sinon, il suffit de faire comme Google en 2012 !

« Nous avons modifié nos serveurs internes NTP afin d’ajouter progressivement quelques millisecondes à chaque mise à jour. Lorsqu’il a fallu ajouter une seconde de plus à minuit, nos horloges l’avaient déjà prise en compte. Tous nos serveurs étaient alors alors en mesure de continuer à fonctionner comme à l’accoutumée, parfaitement inconscients qu’une seconde intercalaire venait d’être implantée ».


Cette seconde va-t-elle casser Internet ? par chroniques2geeks

Tags :Sources :telegraph
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. oui mais sachant que selon la théorie de la relativité restreinte le temps se dilate quand on va vite suivant les lois de la transformation de Lorentz, ne serait-il pas possible de mettre des propulseurs à la terre pour changer « un peu » sa vitesse afin de rattraper « cinématiquement » cette seconde ?
    C’est quand même plus simple que de reprogrammer les ordinateurs, et changer la date de leur horloge, non ?

    1. Il faut tourner sa langue sept fois dans sa bouche avant de parler…

      Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
  2. Faut arreter de croire des trucs comme ca, le changement d’heure, il se prend plus d’une seconde en plus ou en moins, et ca en pause pas de pb.

    C’est sur que si vous voulez faire passer 1mn = 61s, ca risque de pas le faire, mais ca c’est normal, tout comme si 1km = 1001m, vous aurez du mal à mettre à jour des mètres rubans par exemple.

    « Rebelote donc pour le 30 juin à venir, ce sera la 26 ème seconde ajoutée depuis 1972 », donc déjà fait plusieurs fois et tout fonctionne bien, internet aussi.

    D’ailleurs, vous-êtes encore là depuis la fin du monde de 2012 ????

    1. Oui, mais lors des changements d’heure, l’heure universelle (GMT) ne change pas (midi à l’heure du soleil au niveau du méridien de Greenwich…). L’heure de plus ou de moins, c’est seulement le faire un +1 ou +0 sur l’heure locale qui en France est décalée d’une heure par rapport à l’heure universelle.
      Donc, en été, nous avons l’heure GMT +2, et en hivers nous avons l’heure GMT +1.
      -> en été, le soleil se trouve au plus haut dans le ciel à 14 h (+/- selon la position où l’on se trouve) ;
      -> en hiver, le soleil se trouve au plus haut dans le ciel à 13 h (+/-…).

      Ajouter une seconde à l’heure universelle un jour, revient à intégrer une soixante-et-unième seconde à une minute de la journée. Cela peut se passer de plusieurs façons :
      – entre 23h59’59 » et 0h00’00 », ajouter l’heure 24h00’00 » ;
      – entre 23h59’59 » et 0h00’00 », ajouter l’heure 23h59’60 » ;
      – repeter deux fois l’heure entre 23h59’59″…

      Mais le principal problème est que tout le monde doit avoir la même heure en même temps.
      A part ça, j’ai peur que les pingouins ne survivent pas à cette nième seconde ajoutée….

      1. cela se nome la « leap second » introduit au debut des années 70

        tous les systemes a base d unix la gere parfaitement, en gros on passe de 23:59:59 a 23:59:60 puis a 24:00:00

        aucune problemes dans les system. par contre dans les systeme de facturation qui gerent eux meme le temps, et pas en utilisant des librairies standarts ca plante. je ne dirais que cela RTFM

  3. Le temps n’est qu’une notion inventé par l’homme et il est variable.
    Picoles et tu perdras cette notion de temps (n’est pas Ben).

    Si la Terre ralentie, qu’une journée maintenant dure 1s de plus, les PC se retrouveront avec 1s de plus pour bosser par jour, donc un « pseudo boost », vu qu’ils auront fait plus d’opération en 1 journée.
    Par contre l’espérance de vie perdra 1s pour nous.

    Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
    1. Non, le temps n’est pas une notion inventée par l’Homme. Il est une composante à part entière de l’univers. C’est notre mesure du temps qui n’est qu’une notion inventée par l’Homme.. ce n’est pas tout à fait pareil quand même…

  4. Pardon, mais…  » La dernière fois que l’ajout d’une seconde a été nécessaire, cela s’est passé en 2012 et on se rappelle encore des ravages que cela avait causé à Internet »

    Ah bon ? Donc tu écris un article avec une parcelle d’info de 2012, et tu supputes que tout le monde est au courant ?!!! …

  5. L’ajout d’une seconde intercalaire est nécessaire à environ tous les 500 jours! C’est nécessaire pour les GPS, satellites, ordinateurs, avions, etc…

  6. Le protocole NTP ne sert-il pas justement à ca ? Si les serveurs maîtres disent aux clients qu’ils ont 1 seconde de retard, ils se réajuste et puis c’est tout, non ?

    1. Non, car on n’a pas une seconde de retard, mais une seconde de +, ce qui implique 61s dans une minute de la journée au lieu de 60s comme toutes les autres, et ça, c’est un soucis car les PC ne sont pas conçus pour compter jusqu’à 61s du coup quand le NTP leur dit qu’il est 23h59min61s les PC pigent pas, en tout cas, c’est comme ça que je le comprend xD

      1. et lors du changement d’heure hiver/été, les PC sont-ils conçus pour compter des journées de 23h ou 25h ?
        Le NTP n’est pas con, il ne dit pas 23h59m60s (qui n’existe pas = 24h00) puis 23h59m61s (qui n’existe pas non plus), il dit 23h59m59s puis la seconde d’après il dit la même chose au lieu d’incrémenter et la seconde en plus est ainsi ajoutée sans que ça ne pose un problème.

        1. faut

          il dit justement 23:59:60 justement.

          http://doc.ntp.org/4.1.2/leap.htm

          For the most precise coordination and timestamping of events since 1972, it is necessary to know when leap seconds are implemented in UTC and how the seconds are numbered. The insertion of leap seconds into UTC is currently the responsibility of the IERS, which is located at the Paris Observatory. As specified in CCIR Report 517, a leap second is inserted following second 23:59:59 on the last day of June or December and becomes second 23:59:60 of that day. A leap second would be deleted by omitting second 23:59:59 on one of these days, although this has never happened. A table of historic leap seconds and the NTP time when each occurred is available via FTP from any NIST NTP server.

    2. Biensur que si, il n’y aura pas de problème si 1 seconde est ajoutée.
      Mais trop LOL cet article, le seul problème est si un traitement cherche la seconde qui a été décalée, genre tu attend qu’il soit 01h30 et 6sec mais ton serveur s’est synchronisé à 01h30 et 5sec donc elle ne sera jamais trouvée !

  7. Conneries, comme si toutes les machine sur le net étaient toutes à la même heure… Faut arrêter les articles débiles, les leap seconds sont supportées depuis bien longtemps par les serveur NTP, et toutes les autres machines y compris nos ordi ne sont que des subordonnées de ces serveurs.
    Bref, un article bullshit, fondé sur du vent, que toutes les personnes un minimum connaisseuses seront reconnaître.

  8. Du grand n’importe quoi pour faire du fric.
    De pseudo-ingénieurs vont faire monter la mayonnaise de la peur et ainsi pouvoir comme les plombiers 24/24h, vous faire une facture bien salé !

  9. Les systèmes ne le gèrent pas si parfaitement que ça…
    En 2012 plusieurs services JAVA tournant sous nos serveurs Linux ont commencé à dysfonctionner gravement, entravant pas mal le fonctionnement de la société. Impossible de résoudre le problème en les relançant.

    C’était incompréhensible, y compris pour le support technique des concepteurs des logiciels en questions. Après quelques jours, le support de technique de l’un d’eux (JIRA en l’occurrence) a trouvé la raison : un bogue dans le kernel Linux (http://serverfault.com/questions/403732/anyone-else-experiencing-high-rates-of-linux-server-crashes-during-a-leap-second) dans la gestion de la seconde intercalaire survenue quelques semaines auparavant….

    Il « suffisait » de redémarrer les serveurs eux-mêmes pour résoudre tous les problèmes, ce qui n’avait pas été fait car
    1. le serveur lui-même semblait fonctionner très bien, seuls certains programmes déconnaient
    2. On ne redémarre pas pour rien un serveur de production.

    Cette fois, je sais que dès le 1er juillet, je redémarrerai la totalité des serveurs, juste au cas où…

  10. Merci de cette information très incomplète. La différence avec 2012 ? Le kernel le plus utilisé dans le monde d’internet a changé. Et le « nouveau » comporte une faille sur la plupart des distributions, un « bug » qui potentiellement fait planté la machine à ce moment. Après avoir réalisé plus de 2 millions de tests en labs et une étude de 2 semaine sur ce sujet, le rapport ne remonte aucun problème sur les 2 millions de tests et une anomalie qui aurait moins de 0.002% de se produire au plus probable (SUSE).

    Il y a eu un petit vent de panique en découvrant cette faille du kernel qui en faite s’est avéré bidon, des correctifs sont sortis depuis évidemment mais aucune recommandation n’a été faite pour les appliqué au vue de la très faible probabilité d’occurence.

    Bref, tout va bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité