Google : une intelligence artificielle capable de discuter du sens de la vie

google_logo

Les recherches sur l'intelligence artificielle vont bon train et les domaines sont nombreux. Parmi les objectifs des chercheurs, il y a bien évidemment la réussite au célèbre test de Turing. Google vient de dévoiler une intelligence artificielle assez impressionnante, capable par exemple de discuter du sens de la vie.

Dans le jargon, on appelle ces programmes des « chatbots », des « robots bavards » en somme. Leur fonction première est donc de répondre aux questions, d’entretenir la conversation. Celui-ci, développé par des chercheurs de Google est prometteur. Jugez plutôt :

Humain — Quel est le but de la vie ?
Machine — Etre au service du plus grand bien.
Humain — Quel est le but des êtres vivants ?
Machine — Vivre éternellement.
Humain — Quel est le but des émotions ?
Machine — Je ne le sais pas.

Rien d’extraordinaire ici, pensez-vous. Nombreux sont les programmes à parvenir à un résultat similaire. L’innovation se situe dans le fonctionnement même du robot. D’ordinaire, un chatbot fonctionne par mot-clef. Dès qu’il en repère un, il puise dans ses connaissances – un dictionnaire d’associations, en fait – et propose la réponse adéquate. Ce dictionnaire d’associations est remplie à la main, un travail long et fastidieux, comme l’explique Jean-Gabriel Ganascia, chercheur au laboratoire d’informatique de Paris 6.

Mais ce chatbot n’a aucune réponse préconçue. Il puise dans ses nombreuses données pour façonner ses réponses et apprendre de nouvelles règles. Le programme a par exemple ingéré quelques 62 millions de phrases issues de scripts de films. Le robot peut alors, de lui-même, tenir la conversation ci-dessous :

Humain — Qui est Skywalker ?
Machine — C’est un héros.
Humain — Qui est Bill Clinton ?
Machine — C’est un millionnaire.
Humain —  Le ciel est-il bleu ou noir ?
Machine — Bleu.
Humain — Combien de pattes a un chat ?
Machine. — Quatre, je crois.
Humain — Que penses-tu de Bill Gates ?
Machine — C’est un homme bon.

Des résultats extrêmement prometteurs, certes, , un robot « à prendre très au sérieux et à suivre avec attention« , évidemment, mais il « nécessite des modifications substantielles pour être capable de mener des conversations réalistes« . Difficile par exemple de réussir à garder une cohérence lorsque les questions s’enchaînent :

Humain — Quel est ton travail ?
Machine — Je suis avocat.
Humain — Que fais-tu dans la vie ?
Machine — Je suis docteur.

Le test de Turing – être capable de convaincre, en discutant, qu’un programme est un humain et non une machine – est donc encore loin mais les progrès sont bel et bien là. À suivre !

Tags :Via :Le Monde
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Ben voilà, on tiens presque notre petit Skynet sauf qu’il s’appellera Google :)
    Quand ce dernier aura compris que la race humaine est un parasite pour elle même et son environnement, on aura droit à une jolie pluie de bombes sâles, de belles aurores nucléaires et « bonne nuit les petits »… Un petit « reset » en somme pour que nous puissions, éventuellement, à l’avenir, appréhender avec plus d’exactitude « le sens de la vie »… 😀

  2. D’un autre cote pour sortir que Bill Clinton est un millionnaire et Bill Gates est un homme bon,
    le robot n’a qu’une vue tres partielle des choses (malgre les toutes recherches qu’il a pu faire) (je dirai perso qu’il a plein de m…. dans les yeux)

    Humain – Qui etait Hitler?
    Machine – Un homme politique

    –> waoh l’intelligence !!!!!! La machine passe a cote de pas mal de choses quand meme (ca arrive aussi chez les humains, par exemple comme chez le mec de google qu’a remonte cette info… quoiqu’il en soit dans les 2 cas de figure on est mal barre !
    circulez y’a rien a voir (google buzz)

  3. Ce serait bien que le test de Turing ne porte pas sur des questions personnelles (comme « que fais-tu dans la vie »), ce qui permettrait d’éviter d’apprendre à nos machines à mentir pour avoir l’air humaines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité