Recalé de son Master 2 pour manque de présence sur les réseaux sociaux !

Recalé

En général, dès lors qu'un étudiant a de bonnes notes, il peut légitimement passer dans la classe supérieure. Ce ne fut pas le cas de cet élève de l'université d'Angers, qui a attendu un mois avant d'obtenir une raison à son refus en M2 : Pas de Master 2 pour cause d'"Aucune présence sur les réseaux sociaux (Twitter, Linkedin)". Pas de Twitter... Pas de Master, de quoi faire réagir...

Etudiant en Webmarketing, ce jeune homme de 22 ans s’est donc fait recaler au grief d’un manque de présence sur les médias sociaux, ce qui lui aura coûté son passage en seconde année de Master. Offusqué par cette raison douteuse, il a donc saisi le tribunal administratif de Nantes.

A demi-mot, le Président de L’université précise cette décision, qui tiendrait finalement plus d’une formulation maladroite : « S’il n’était pas possible d’inscrire cet étudiant en M2, c’est parce que ses résultats étaient insuffisants, et que sa motivation n’a pas convaincu l’équipe pédagogique. La présence sur les réseaux sociaux est accessoire. Ce n’est qu’un élément parmi d’autres »

Il aurait sans doute fallu invoquer cette explication de prime abord et éviter de mettre un mois à répondre à un étudiant recalé. Une histoire qui ne manquera pas de relancer le débat sur les sélections orchestrées par les universités pour les passages en troisième cycle, sélections pourtant interdites, cela va sans dire. En effet, légalement, l’accès en cycle 2 est ouvert à tous les diplômés de cycle 1.

La décision de l’université est donc pour l’heure, suspendue.

Tags :Sources :lemonde
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. C’est pas la question, les réseaux sociaux sont fondamentaux dans le webmarketing. Si on rejette leur utilisation alors qu’on va devoir s’en servir de façon massive dans le travail, c’est bien de se poser la question du choix de filière. J’ai envie de féliciter cette université qui a le courage de ré-orienter un étudiant qui manifestement n’est pas fait pour la branche qu’il a choisie. Et j’ajoute qu’on peut être actif sur les réseaux sociaux de façon professionnelle. Mon compte fb est privé mais mon compte twitter n’a quasi que du contenu pro :-)

    1. Cela n’a rien avoir…
      C’est tout comme reprocher à un cuisinier de ne pas vouloir cuisiner chez lui…
      Il peux très bien maitriser parfaitement les réseaux sociaux, mais ne pas s’en servir a titre personnel…

      1. C’est plutôt comme ne pas vouloir écrire de recette alors qu’on est cuisinier.

        Le fait est que ses comptes sur les réseaux sociaux sont le portfolio dont il a besoin pour ensuite trouver du travail.

        C’est comme être photographe et ne faire des photos que pour le boulot.
        Bref, c’est stupide de sa part, et l’université a bien raison.

        1. Que je sache pour l’instant il est étudiant donc il n’a pas besoin de réseaux sociaux pour l’heure.. Il aura tout le temps de s’inscrire sur Viadeo LinkedIn ou autre au moment voulu ..
          Pour moi la réaction de l’université frôle juste le ridicule ..

    2. La maîtrise du Web marketing n’inclut pas la nécessité d’être présent sur les réseaux sociaux à titre personnel et privé , ça nécessite entre autres de connaître les réseaux sociaux et savoir s’en servir de manière efficace pour mettre en avant une entreprise ou des produits (voir même des personnalités éventuellement) , on peux être un crak en web market et maîtriser tous les réseaux sociaux sans pour autant avoir un compte FB ou TW ..

      1. Oui, je bosse dans le web marketing et j’ai plusieurs comptes sur chaque plateformes.
        Par contre aucun n’est sous mon vrai nom, même le compte « perso ».
        Il y a une histoire à ce propos avec des cordonniers…
        Mais de plus en plus de personnes s’imaginent geek ou expertes en web avec des connaissances plus que superficielles. Et j’ai peur d’avoir à être jugé un jour par des personnes dont l’unique compétence a été d’ouvrir un jour un pauvre compte facebook.

        La théorie du « cool » est cool, par contre il ne faudrait pas cela devienne juste le dictat de la frime superficielle.

        1. Le souci ne venait pas du fait qu’il n’ai pas de compte perso, mais pas de compte du tout. Bien sur que personne n’est obligé d’avoir un compte à son nom, ce qui compte c’est de pouvoir le mettre en avant au moment de la sélection, non ?

          (Et j’avoue que j’ai du mal à avoir ce que tu souhaites mettre en avant avec tes deux derniers paragraphes, parce qu’a priori c’est l’équipe pédagogique de ce master qui a décidé de recaler l’étudiant, pas des personnes lambda sur le web)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité