Terre 2.0 : découverte d’une planète cousine de la Terre

Kepler 452b Terre

Ce 23 juillet, la NASA a tenu une conférence de presse pour annoncer une découverte importante réalisée par le télescope spatial Kepler spécialisé dans la recherche des exoplanètes (les planètes hors du système solaire). La NASA confirme avoir découvert une planète cousine de la Terre, un peu plus grande et un peu plus vieille, située dans une zone habitable, autour d’une étoile du même type que notre Soleil !

Baptisée Kepler-452b, cette deuxième Terre est la plus petite exoplanète jamais découverte dans une zone habitable. La zone habitable est une zone de l’espace où une planète n’est ni trop proche, ni trop éloignée de son étoile ainsi, il ne fait ni trop chaud (l’eau ne s’évapore pas), ni trop froid (l’eau peut être à l’état liquide). On parle aussi de planètes Boucle d’or, en référence au conte Boucle d’or et les ours qui se régale d’un chocolat chaud juste à la bonne température et se couche dans un lit juste à sa taille.

Cette planète cousine de la Terre est 60% plus grande que la Terre. On parle donc d’une super-Terre. Même si sa masse et sa composition ne sont pas encore connues, il y a de fortes chances que cette planète soit rocheuse. Kepler tourne autour de son étoile en 385 jours et se trouve légèrement plus loin que nous.

Kepler-452b est en orbite autour d’une étoile exactement comme notre Soleil. Sauf que cette étoile a 6 milliards d’années, ce qui est 1,5 milliard plus âgé que notre Soleil. Cette étoile a la même température que notre Soleil, est plus lumineuse de 20% et son diamètre est légèrement plus grand de 10%.

Comparaison Terre Kepler 452b

Cette vue d’artiste compare la Terre (à gauche) avec Kepler-452b, la nouvelle planète découverte par la NASA, qui est 60% plus grande que la Terre. Illustration : NASA/JPL-Caltech/T. Pyle

Pour Jon Jenkins, le chef de l’analyse des données sur la mission : « cela frappe l’imagination de considérer que cette planète a passé 6 milliards d’années dans la zone habitable de son étoile. C’est une occasion substantielle pour que la vie émerge, si tous les ingrédients et les conditions nécessaires à la vie existent sur cette planète. »

Mais inutile de rêver, nous ne sommes pas prêt d’envoyer une sonde sur cette planète pour voir si elle est habitée puisqu’elle se trouve à 1400 années-lumières. Elle est donc très largement inaccessible, surtout quand on voit qu’il a fallu attendre 2015 pour survoler une planète naine comme Pluton.

Avec cette confirmation de Kepler-452b, le nombre total d’exoplanètes est de 1030. Il reste encore de nombreuses données récoltées par Kepler à examiner, puisque le nombre de planètes candidates est de 4 696. Il va falloir affiner les observations et les analyses pour vérifier qu’il s’agit bien de planètes. Il est donc très probable que la NASA découvre un grand nombre de planètes cousines de la Terre dans les années à venir.

Tags :Sources :NASA
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Super intéressant. Il est évidemment impossible pour notre niveau technologique actuel de sonder la planète, par contre je suppose que la Nasa émet des ondes radio dans sa direction. Une idée du temps pris par ce genre de tentatives pour atteindre sa destination ?

    1. Puisqu’elle se trouve à 1400 années lumières, et qu’une onde radio va à la célérité de la lumière dans le vide, il faut 1400 ans pour recevoir un signal de cette planète. Ce que voit Kepler est donc (à peu de choses près), la planète comme elle était il y a 1400 ans.

    1. dieu nous a posé sur cette planète bleu et je ne crois pas q’ont peux arriver a vivre dans les autres planètes sincèrement y’a plus de vie dans les autres galaxies ça c’est garantie

      Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité