Cet homme a utilisé un drone pour fabriquer un hoverboard

drone hoverboard

L'hoverboard est le rêve ultime pour le geek qui sommeille en chacun de nous. Pourtant, aujourd'hui, on ne peut que compter les projets oubliés - Lexus saura-t-il nous faire mentir ? -. Mais quand on est bricoleur, on peut essayer de construire son propre appareil. C'est ce qu'a fait cet homme, avec un drone comme base de travail.

On ne sait pas grand chose de ce projet si ce n’est que c’est bien un drone – ou plusieurs – qui sert de base à cet hoverboard tout à fait fonctionnel. L’homme ne semble pas avoir trop de difficultés à contrôler l’engin…

Et il s’offre même le luxe de rentrer dans le Guinness World Record pour avoir effectué le plus long trajet en hoverboard ! Plutôt pas mal, non ? Allez, il est temps de foncer dans votre garage, de sortir tous vos outils et de réaliser votre hoverboard maison !

Tags :Via :eBaum's World
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Un drone electrique sur batterie qui envoit 100kg de poussée ?? Mmmwwèèè…. Pas sûr que ce soit plausible, ya des chances que ce soit un fake.

    1. Pas du tout. Par contre, il n’a surement pas la réserve de poussée lui permettant d’être un demi-surfer : il a intérêt à assurer.
      C’est hyper casse gueule quand le centre de gravité est au dessus des rotors et qu’il peut sortir de la zone corrigeable (de plus, le drone ne corrige que son assiette, sans tenir compte de la position du centre de gravité : il faudrait que le pilote soit debout sur une plateforme disposant de capteurs de poids).
      Pas évident de voler ailleurs que sur l’eau, et à moins de 1 ou 2m de haut.
      Il faudrait essayer de baisser ce centre de gravité (soit en faisant léviter un siège suspendu, soit en couchant le pilote et en mettant les rotors principaux un peu au dessus de ses flancs)

      1. Bon, j’en sais rien en fait. En tout cas le pilote à l’air de tenir l’équilibre par lui même : comme s’il était debout sur un dispositif incapable de corriger ses déséquilibres (un rondin de bois, pas un segway). Il faudrait mettre des capteurs de force dans l’attache des godasses de ski.

  2. Aucune autonomie. Facile de coler 38 hélices de drones sous les pieds pour voler 30 secondes… de plus s’il faut nettoyer ou recréer un « hoverboard » après chaque chutes dans l’eau, le rendement est plutôt négatif… il y a mieux, et il y aura mieux. Croyez moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité