La campagne de pub choquante d’Universal Music contre le piratage

Universal Music

Qu'Universal Music continue son combat contre le piratage, pourquoi pas après tout. Même s'il a régulièrement été prouvé que combattre frontalement les pirates ne donnait jamais de bons résultats, on ne peut pas en vouloir à l'entité de vouloir défendre son business. Maintenant, quand le même Universal Music se met dans l'idée de lancer une campagne gore et complètement décalée - malheureusement pas dans le "bon" sens du terme -, c'est déjà un peu plus gênant.

Les maisons de disque dépensent encore de jolies sommes dans la lutte frontale contre le piratage, et c’est peut-être ça le plus choquant. Sans doute autant que la campagne incriminée d’Universal Music, au slogan évocateur : « Stop Destroying the Band You Like: Say No to Music Piracy » (« arrêtez de détruire les groupes que vous aimez : dites non au piratage »), illustrée sur des photographies dépeignant des doigts tranchés et des oreilles arrachées, enroulées dans du papier journal.

Imaginée par l’agence Saatchi & Saatchi, basée à São Paulo, cette campagne a déjà suscité de nombreuses réactions. Forcément…

Universal Music

Universal Music

Au final, ça nous évoque cette parodie, aperçue dans l’excellente série IT Crowd :

Tags :Via :boingboing
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Quand les maisons de disques se rendront comptent que la technologie ne peut etre arrêtée ils auraient du s adapter a internet et non l inverse
    Ils se sont gavés pendant des années c est un juste retour des chose la culture appartient a tout le monde

  2. à force de vendre à prix d’or de la soupe insipide…pas étonnant qu’on télécharge le peu de choses potables dans la mer.. totale qui sort tous les jours…

  3. Je remercie Universal pour ces images dégueulasses accompagné de ce genre de message qui ne sert que sont propre intérêt.
    C’est complètement nul.
    On dirai qu’il souhaite une mort atroce aux pirates qui téléchargent illégalement… de la musique… et… des films…

  4. J’ai 40 ans, donc j’ai grandis avant internet, et je n’ai JAMAIS acheté de musique.
    Par contre je ne copie plus de musique depuis 10 ans.
    Je pense que je n’ai jamais autant contribué à donner de l’argent aux studios qu’en ce moment grâce à la pub des plateformes de stream de musique.

    Par contre je n’ai jamais payé pour une plateforme de zik, si les studios avaient permis de tout mettre, je serais sans doute abonné depuis un moment et ils auraient eu plus de brouzoufs. Dommage.

  5. Cherchez l’erreur: écouter de la musique gratuitement sur Youtube est légal mais la télécharger pour l’écouter hors ligne est illégal…

    Je ne paie pas pour la musique mais je vais aux concerts des groupes que j’écoute et j’achète t-shirts et goodies.

  6. Il n’y aura jamais mieux que d’acheter l’album de l’artiste en cd. !!
    C’est peut-être ringard, mais c’est le plaisir
    de l’objet et c’est honnête pour les artistes.

  7. N’achetez plus aucun contenu musical !! Ils faut cesser d’engraisser ces gens ! Ce sont des minables qui paniquent car ils sentent bien que l’epoque à laquelle ils se gavaient comme des porcs est finie ! Des porcs qui se sont engraissés sur le dos des artistes !

  8. C’est une plaisanterie?

    Il suffit d’allumer une radio pour se rendre compte des réalités :
    Les mêmes morceaux passent en boucle 15 fois par jour pour faire vendre le single probablement sous la pression de ces grandes maisons de disques.

    Les petits groupes que ces maisons de disques prétendent protéger, ils n’en ont rien à foutre. Sinon, pourquoi n’en font-ils pas la promotion?

    Ce qu’ils cherchent à protéger, ce sont leurs bénéfices et uniquement leurs bénéfices. Ce qui est le plus piraté, c’est le dernier morceau à la mode qui passe en boucle à la radio, le mois en cours et ça concerne des « artistes » (« produits »?) qui ne sont pas à plaindre.

    Messieurs les producteurs, ayez un minimum d’honnêteté vous aussi :
    – admettez que c’est votre pognon que vous protégez (et vous en avez le droit)
    – arrêtez votre hypocrisie
    – faites votre boulot en ouvrant l’accès aux radios aux petits artistes que vous prétendez protéger!

    C’est comme vos pub de m… au début des DVD/Bluray, elles emmerdent ceux qui les achètent honnêtement et son absentes sur les versions pirates…tout ce qu’elles donnent envie de faire, c’est de pirater.

    PS : j’achète mes CD…oui, des CD. Pas envie de télécharger des mp3 de moindre qualité, sur lesquels vous n’avez pas de frais de fabrication et de distribution, ils sont bien trop chers pour du dématérialisé!…ce sont souvent des groupes dont 95% des gens n’ont jamais entendu parler.

    1. Monsieur se présente comme un mélomane et il achète des cd les vrais mélomanes achètent des vinyles
      Ne me repond meme pas je ne suis plus là

    2. Idem à la télé on n’a droit à aucun concert. Je compare à ce que je connais: l’Allemagne et là bas ils ont plein de concerts de qualité (pas la soupe française)
      Ne regardant pas la télé je n’ai pas payé la redevance. Par solidarité citoyenne j’ai décidé de le payer cette année, mais je suis désolé il n’y a aucun contenu donc je ne la reprendrai pas cette année, les webradios étrangères sont bien plus riches.
      Y a pas photo..

  9. Pascal Nègre veut se faire passer pour un défenseur des artistes, alors qu’il défend juste le juteux business des majors. Le débat sur le modele gratuit ou payant de l’écoute n’a rien à voir avec le piratage, et il a tout fait pour brouiller ce débat. Hier la radio, la télé ou les médiathèques, aujourd’hui le streaming de type Spotify, on peut tout à fait rémunérer les artistes sans faire payer directement les auditeurs ou en les faisant payer sur des modèles économiques different comme des forfaits mensuels, comme le prouve le succès actuel de ce type d’offres. Ce monsieur Nègre, à travers sa compagnie prédatrice, opère inconsciemment une bien belle accusation en miroir: les vrais pirates ce sont les majors, et la sienne en particulier, et elle nous montre dans cette horrible pub ce dont elle est capables pour défendre son business !

  10. Le premier à tuer la musique c’est bel et bien Universal Music; grand faiseur de soupe musicale indigeste pour les masses !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité