Test : Samsung Galaxy S6 Edge Plus

Samsung annonce le Galaxy S6 Edge ! 2

Le public a déjà voté : il préfère le Galaxy S6 Edge au Galaxy S6. Tellement, en fait, que la demande n'a pas pu être satisfaite. La bonne nouvelle, c'est que le nouveau Galaxy S6 Edge Plus est un rêve pour les amateurs de grand écran. Il offre tout ce que nous avions aimé sur le S6 Edge, dans un smartphone de 5,7 pouces plus grand et plus confortable.

Quel effet cela fait-il de l’avoir dans les mains ? Comment s’en sort-il face au Galaxy Note 4, au Galaxy Note 5 ? De bonne questions auxquelles nous allons tenter de répondre. C’est parti.

Design industriel (excellent)

Samsung Galaxy S6 Edge Plus

Il est aujourd’hui clair que le design du Galaxy S6 Edge est très plébiscité par le public, et Samsung a eu bien des difficultés à prédire son succès. Heureusement, la Galaxy S6 Edge Plus était prévu depuis le début, et c’est exactement ce que nous imaginions pour le Galaxy Note 5, sans le stylet.

Le Galaxy S6 Edge Plus apporte aussi un design très réussi dans le monde des écrans de 5,7 pouces. Avec sa finesse, il rend sa très grande diagonale confortable à tenir dans la main ou à mettre dans une poche.

L’avant du téléphone est très propre, et à part le logo Samsung, rien à déclarer. Ses bords incurvés donnent l’impression que le cadre autour de l’écran est plus fin qu’il ne l’est vraiment. En fait, tous ceux qui l’ont vu ont été très intéressés, si ce n’est plus, par son design. Si vous ne l’avez pas déjà vu sous toutes ses coutures, voici les photos.

Samsung Galaxy S6 Edge Plus

Le lecteur d’empreinte digitale a été grandement amélioré depuis le Galaxy S5. Sa précision est bien meilleure, de quoi offrir une alternative crédible, plus rapide et plus sécurisée au classique code PIN à 4 chiffres. La précision n’est pas de 100%, le lecteur peut se comporter bizarrement, a fortiori si vos doigts sont mouillés, mais j’ai fini par me débarrasser complètement du code PIN depuis la sortie du S6.

Les bords du S6 Edge Plus ressemblent trait pour trait à ceux du S6 : en haut, l’émetteur infrarouge et l’emplacement pour la carte SIM. L’interrupteur d’alimentation est à droite, tandis que le bouton de gestion du volume est à gauche. En bas, on trouve le connecteur audio 3,5 mm, le port micro-USB et le haut-parleur. Les micros sont en haut et en bas du téléphone. Comme pour le S6 et le S6 Edge, il n’y a pas de slot microSD, inutile de le chercher.

À l’arrière, on retrouve la même caméra 16 MP que celle du Galaxy S6. Les appareils que j’ai pu prendre en main n’avaient aucun logo d’opérateur visible, ni quoi que ce soit d’autres gravés à l’arrière, ils sont bien plus sobres que les S6 Edge que l’on peut acheter aujourd’hui, avec leur lot de marques à l’arrière.

S6 Edge Plus vs S6 Edge

Samsung Galaxy S6 Edge Plus

Comme vous pouvez le voir, le S6 Edge Plus est littéralement un grand Galaxy S6 Edge avec un écran de 5,7 pouces. Le cadre a d’ailleurs la même taille. Sans appareil de comparaison, il serait bien difficile de dire si nous avons ou non affaire au S6 Edge Plus.

Le S6 Edge Plus paraît un peu plus grand, comme vous pouvez l’imaginer, mais il est bien plus mince que le Note 4 par exemple. Ceci rend le grand écran agréable à utiliser, le clavier virtuel et la police de caractères étant suffisant grands pour réduire au maximum les erreurs de frappe et la difficulté de lecture.

Écran

test-samsung-galaxy-s6-edge-plus-4

Le Galaxy S6 Edge Plus utilise un écran Super AMOLED de 5,7 pouces très efficace, le tout avec des bords incurvés. Cette courbure ne gène en rien l’utilisation quotidienne du téléphone, elle paraît même plutôt naturelle, de mon expérience avec le S6 Edge. Ici, c’est simplement plus grand.

L’écran Super AMOLED offre une définition de 2 560 x 1 440 pixels (518 ppi) et paraît très net lorsqu’il affiche des photos HD prises avec l’appareil embarqué ou téléchargées depuis le Net. Les films en 1080p, à une distance confortable, offrent un très haut contraste (l’OLED permet d’ailleurs un contraste presque infini) et des couleurs très saturées.

C’est un vrai régal pour l’œil et ce, peu importe ce que vous faites : lire, prendre des photos, regarder un film, jouer. Toujours paraît meilleur avec un tel écran.

Logiciel

Avec Android 5.1 comme base, le Samsung Galaxy S6 Edge Plus embarque toujours TouchWiz, la surcouche maison de Samsung. Elle ressemble grandement à celle que l’on retrouve sur le S6, plus propre et plus réactive.

Écran Dual Edge

En plus de son design, l’écran Edge permet d’accéder et d’afficher un certain nombre d’informations. Après avoir présenté le Galaxy Note Edge en 2014 et le S6 Edge en 2015, Samsung a eu largement le temps de prendre en considération les usages de cette interface et de faire les améliorations qui s’imposaient.

Le dock Edge peut maintenant apparaître depuis n’importe quel écran, il était auparavant contenu à l’écran d’accueil. Ce qui signifie qu’il est désormais disponible à tout moment, le rendant bien plus utile. Il permet aussi d’afficher des raccourcis vers vos contacts favoris ou vers vos applications préférées. Le tout en étant totalement personnalisable, évidemment.

La zone de balayage de l’interface Edge peut être personnalisée pour correspondre précisément à la zone où votre pouce touche l’écran. De quoi limiter les activations indésirables et augmenter le confort d’utilisation en même temps. Ingénieux.

Les fonctionnalités précédentes, comme l’affichage de l’horloge ou des notifications, sont toujours disponibles. Je n’utilise pas les notifications, trop subtiles, mais pour l’horloge, c’est plutôt cool. Toujours affiché, c’est un bon moyen d’afficher l’heure de manière discrète, parfait pour regarder l’heure la nuit. On peut aussi s’en servir pour afficher les appels manqués, tweets, cours des actions et bien d’autres informations que les gens aiment vérifier constamment.

Et parce que les pixels des écrans OLED ne consomment de l’énergie que lorsqu’ils sont allumés, afficher un petit texte sur le côté de l’écran n’entamera pas (trop) l’autonomie de l’appareil.

Samsung Galaxy S6 Edge Plus

Samsung Pay a été présenté au Mobile World Congress 2015, mais il est encore en phase de test en Corée du Sud. La bêta devrait démarrer bientôt aux États-Unis, il va falloir tester la chose dans des conditions réelles.

L’idée est en tout cas très intéressante : le Galaxy S6 Edge Plus (et les S6, S6 edge et Note 5) peut envoyer un signal électromagnétique qui reproduit celui de la bande d’une carte de crédit. De quoi rendre l’appareil compatible avec les millions de points de vente existants. Certains auraient par contre besoin d’une mise à jour logicielle.

Il y a cependant de petits problèmes, comme dans les pompes à essence, où le lecteur magnétique est inséré trop profondément dans la pompe. D’une manière générale, cela devrait fonctionner avec la plupart des machines, excepté celles qui n’ont qu’une fente. Mais c’est plutôt cool et nombreux devraient être les marchands devraient être étonnés de voir leurs clients payer avec leur smartphone sur leur vieux terminal.

Sidesync 4.0 est une fonctionnalité qui permet de contrôler son smartphone depuis un ordinateur (Windows ou Mac). C’est utile si vous avez besoin d’utiliser une application avec un vrai clavier, pour envoyer des SMS par exemple, ou pour toute application de messagerie instantanée.

Il est aussi possible de glisser/déposer des fichiers depuis et vers l’appareil Android, un moyen très simple de visualiser et transférer des photos. Bien sûr, on peut faire pareil via USB, mais on s’affranchit ici de devoir le brancher. Et il est aussi possible de répondre à un appel et d’utiliser son ordinateur comme haut-parleur. Plus besoin de garder le téléphone à la main. Toutes les notifications sont aussi immédiatement affichées.

Ultra High Quality Audio (UHQA) : cet acronyme correspond à un « réhausseur » de signal audio. C’est un filtre qui prend un flux audio compressé ou de basse qualité, et le traite pour le rendre de bien meilleure qualité.

Cela fonctionne de la même manière que dans les TV par exemple qui retraitent un signal 720p pour le rendre meilleur sur un écran 1080p (ou 1080p sur un écran 4K). Bien sûr, cela ne vaut en aucun cas d’avoir un fichier haut de gamme dès le départ, mais le résultat est meilleur qu’un banal MP3 – ça vaut le coup d’essayer -.

À noter, si n’importe quel casque filaire est compatible avec l’UHQA, les accessoires Bluetooth, eux, devront être spécifiquement compatibles. Évidemment, Samsung en a déjà plusieurs modèles…

Caméra

Samsung Galaxy S6 Edge Plus

Le Galaxy S6 Edge Plus utilise la même caméra que le S6 Edge : un capteur 16 MP avec une ouverture à f1.9. L’objectif intègre un stabilisateur optique d’image pour réduire les tremblements. Et Samsung a ajouté un système de stabilisation d’image numérique pour l’enregistrement vidéo.

Celui-ci fonctionne en réduisant légèrement le champ de vision pour donner à l’algorithme de stabilisation une marge pour permettre à la caméra de compenser les mouvements, ce qui n’est pas possible pour le système de stabilisation optique.

En parlant d’enregistrement vidéo, on pourrait aussi évoquer la fonctionnalité Live Broadcast qui permet au téléphone de streamer directement sur YouTube. Très pratique parce que cela vous affranchit d’une caméra dédié, et c’est extrêmement simple à paramétrer, sans ordinateur. Partager un live devient aussi simple que partager un lien YouTube, tout le monde peut le faire.

Le S6 Edge Plus est donc un téléphone avec une caméra très haut de gamme, comme le S6 Edge avant lui – et le score DXOMark le confirme -.

Performances

En terme de performances, dans les tâches habituelles, le Galaxy S6 Edge Plus devrait être très proche des S6 et S6 Edge. La raison est simple : ils sont bâtis sur la même plateforme matérielle. Il y a bien quelques changements mineurs ici et là (dont 4 Go de RAM au lieu de 3), mais c’est quasiment le même équipement.

Le Samsung Exynos 7420, c’est le SoC qui fait tourner tout le smartphone. Il est 64 bits, octocore (4+4), et utilise des semi-conducteurs 14 nm, ce qui se fait de mieux à l’heure actuelle pour des smartphones. Nous verrons comment s’en sort l’iPhone 6s.

Comme les Galaxy S6 et S6 Edge, la réactivité était l’un des aspects les plus importants de ce téléphone. Samsung a fait un gros travail sur son logiciel pour réduire voire éliminer le moindre ralentissement. Et cela fait une énorme différence quand on compare aux Galaxy précédents.

Autonomie (très bonne)

Avec 3 000 mAh, la capacité de la batterie du Galaxy S6 Edge Plus est grande, mais pas énorme. De nombreux autres téléphones peuvent faire concurrence de ce point de vue, ce n’est donc pas un critère de différenciation. Lorsque j’ai demandé à Samsung pourquoi, on m’a répondu qu’il y avait de nombreux paramètres à prendre en considération lorsque l’on cherche le meilleur équilibre entre design, taille, poids et capacité de batterie. Ah, et la batterie n’est pas amovible.

Pour oublier cette légère déception concernant la capacité de la batterie (surtout lorsque l’on se souvient que le Galaxy Note 4 embarque une batterie de 3 200 mAh), Samsung s’emploie a convaincre les utilisateurs que le rechargement rapide et sans fil peut compenser cette « petite » capacité.

Et c’est assez vrai : la différence entre 3 000 et 3 200 mAh n’est pas remarquable à l’ausage. Mais si vous pouvez combinez la recharge rapide (que le Note 4 possède aussi) et la recharge sans fil au bureau et/ou à la maison, cela fera une énorme différence.

Le côté négatif, c’est que vous devrez acheter des socles de rechargement qui coûtent entre 15 et 30$. Heureusement, ils devraient toujours être compatibles avec de futurs téléphones. J’ai par exemple pu réutiliser un chargeur sans fil de 2013 avec mon S6 Edge.

La recharge rapide via un câble USB est aussi une très bonne option si vous avez un chargeur adapté (high-Amp, le chargeur Samsung fourni ou un Qualcomm Quick Charge 2.0). Vous pourrez alors recharger à 50 mAh/mn, de quoi remplir votre batterie de moitié en seulement 30 minutes.

Accessoires, avec le fameux clavier physique

Samsung Galaxy S6 Edge Plus

Samsung a de très nombreux accessoires pour le S6 Edge Plus, des étuis aux packs pour le rechargement rapide. Mais il faut admettre que c’est le clavier physique qui m’a le plus surpris.

Je ne l’ai testé que durant quelques minutes, le logiciel est plutôt bien conçu : lorsque le clavier est en place, l’écran adapte sa taille pour que rien ne soit caché. Par contre, la sensation des touches et le design n’étaient pas très bons. On est bien loin du niveau de BlackBerry, ce que tout le monde attendait. Reste à espérer que des fabricants tiers y parviennent.

Conclusion

Samsung Galaxy S6 Edge Plus

Le Galaxy S6 Edge Plus prend tout ce qui a fait le succès du Galaxy S6 Edge, et l’agrandit. Si vous aimez les smartphones à grand écran, vous savez qu’augmenter la taille de l’écran améliore considérablement l’expérience utilisateur. C’est d’autant plus vrai lorsque l’écran est de très bonne qualité.

Dans un monde parfait, le S6 Edge Plus et le Galaxy Note 5 n’auraient fait qu’un. Mais il était impossible d’intégrer correctement un stylet dans le châssis du S6 Edge Plus. C’est la raison principale pour expliquer le lancement de deux téléphones 5,7 pouces.

Si vous cherchez un grand téléphone, les deux appareils devraient être sur votre liste. Si vous ne pouvez vous passer d’un stylet, le choix est évident. Mais sinon, le S6 Edge Plus paraît meilleur, légèrement plus fin (6,9 mm contre 7,6 mm) et plus léger (153 g contre 171 g).

(article publié à l’origine sur Ubergizmo US)

Tags :Sources :Ubergizmo
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Voilà un test surprenant et absolument superficiel ! Aucune photo ne vient monter la qualité de l’APN et l’autonomie de l’appareil, surement modeste et loin d’être  » très bonne » n’a pas été testé non plus.

    Le Note 4 a une autonomie vraiment bancale, et le S6 Edge aussi ! Alors un S6 Edge+ avec un écran bien plus grand et une batterie de 3000mah ne fera pas des miracles mais décevra presque certainement !

    J’espère que vous allez bientôt publier un test bien plus approfondi.

  2. Ben en voilà un test qu’il est bâclé … Première fois que je vois ça : aucun chiffre, une autonomie décevante c’est quoi ? 1 jour ? 2 jours ? 10 h ? Et dans quelles conditions ?
    Plus personnellement, il est erroné d’affirmer qu’une recharge iQ compense un manque d’autonomie. Je dirai même que c’est pire qu’une recharge filaire : impossible d’utiliser son tel pendant la charge. Bref un test qui n’en est pas un.

  3. Ah oui j’oubliais : une autonomie ne s’exprime pas en mah, mais en unité de temps. Une autonomie de 3000mAh ne veut rien dire … Encore un exemple de la légèreté technique du test.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité