Les États-Unis restent maître de la structuration d’Internet

Internet

On l'utilise tous les jours, parfois s'en rendre compte, et pourtant la machinerie d'Internet est extrêmement complexe. Il faut une grosse organisation pour en faire tourner tous les rouages. C'est l'ICANN qui chapeaute tout cela. Problème, certaines fonctions clef sont encore et toujours aux mains des États-Unis.

L’une des fonctionnalités principales de l’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers (« société pour l’attribution des noms de domaine et des numéros sur Internet »), c’est l’adressage IP, la fonction IANA – qui gère notamment les TLD (les .fr, .com, .org, et puis peu, les .paris et .bzh et consort) -. Celle-ci est aujourd’hui dirigée par les États-Unis, alors qu’il y a un an, il avait été annoncé que sa gestion reviendrait à l’ICANN dans son ensemble. Autrement dit, les États-Unis gardent un œil très attentif – et intéressé – sur la structuration d’Internet.

Et pourtant, Internet est un réseau mondial, qui concerne des milliards d’utilisateurs sur la planète. Difficile donc de gérer tout cela avec des intérêts si proches de ceux des États-Unis. Le pays avait donc fini par céder du terrain en Mars 2014 : « Pour soutenir et accroître le modèle multipartite de la gouvernance d’Internet, l’Administration nationale des télécommunications et de l’information (NTIA) du département du Commerce américain annonce son intention de transférer les fonctions-clés concernant les noms de domaine d’Internet à la communauté multipartite.« 

Mais le gouvernement américain a estimé, il y a quelques jours, qu’aujourd’hui les conditions n’étaient pas encore réunies. Il entend bien garder la main sur ce rôle ô combien important jusqu’à « Septembre 2016 au moins« , tout en s’adjoignant une sérieuse option : « Au-delà de 2016, nous avons comme option d’étendre le contrat [avec l’ICANN] pour trois années additionnelles si besoin.« 

Cette décision intervient au moment-même où de nombreuses propositions ont justement été faites pour répartir au mieux entre tous les acteurs du secteur le pouvoir décisionnel sur le réseau. L’enjeu est de taille… et les États-Unis font tout pour garder leur mainmise – sous couvert d’empêcher d’autres gouvernements comme la Russie ou la Chine de faire la même chose -.

Tags :Via :Nouvel Obs
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Quelle autre démocratie que les USA, quel autre pays libre est capable de maintenir l’internet tel qu’il existe. Aucun. La Chine et la Russie sont des dictatures. La France pas loin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité