Des scientifiques ont craqué le code d’Agatha Christie

Christie Agatha algorithme

Il est possible de citer pléthore d'écrivains talentueux et capables d'écrire d'excellents policiers. Pourtant l'une d'entre eux se distingue par son génie, femme de lettres anglaise, il est impossible de passer à côté d'Agatha Christie. Pour fêter son 125ème anniversaire, un groupe d'étudiants a conçu un algorithme capable de prédire quel sera le tueur de ses intrigues.

D’aucuns diront que c’est gâcher le plaisir, ou invoqueront la création d’une sorte de super outil de spoilers. Difficile de ne pas être d’accord, toutefois, cet algorithme existe bel et bien, inutile de le bouder.

Un panel d’universitaires comprenant des analystes de données et des chercheurs de l’Université Queen, Belfast, a analysé 27 des 83 romans publiés par Agatha Christie. Tel Hercule Poirot, ils ont cherché des indices et ceux-ci foisonnent dans les livres, à commencer par les modes de transport, la nature des sentiments, le lieu de l’histoire ou la façon dont la victime a trépassé.

Bien sur, cela ne suffit pas à surpasser Agatha… Les chercheurs ont également constaté que lorsque le criminel était une femme, elle était introduite de façon négative par l’auteure. Inversement, un meurtrier de sexe masculin était mentionné avec plus de neutralité, voire d’un point de vue positif.

« Du point de vue du lecteur, le tueur peut être identifié en examinant les caractéristiques clés du roman. »

La façon même dont la mort était donnée était un indice notoire. En cas d’étranglement, dans 75% des cas, un homme était coupable. Un victime assassinée en dehors du territoire nationale ? 75% de chances que ce soit une femme. D’ailleurs, dans la majorité des scénario, la victime était liée par le sang ou était un conjoint du tueur, ce qui en dit long.

Toutes ces informations compilées ont permis de mettre au point un algorithme plus efficace qu’un privé. Il est alors capable de construire une image de l’assassin et d’en définir l’identité la plus probable.

Le Crime de l’Orient-Express, Dix petits nègres, Mort sur le Nil n’auront plus de secrets pour vous.

Tags :Sources :theguardian
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. J’adore ce que les gens peuvent vouloir faire dire aux maths …

    un peu comme dans les films ou un personnage aligne des lettres et des sigles sur un tableau et l autre personnage dit : « c est genial, tout est elucide »…

    dans le cas de la dite formule de l article je ne vois qu’un formalisme qui dit  » l identite K du tueur depend d autres parametres, (dont on ne sait pas quelle valeur leur attribuer, ni quelle formule leur appliquer)

    en bref , a part dire que statistiquement sur 27 des 83 romans, dans 75% des cas c est une femme ou un homme … ca ne dit rien, surtout que la formule affiche semble fausse : apres « c » il y a une parenthese ouvrante ‘( » qui n’est pas fermee …

  2. En gros elle fait toujours la même chose et des « génies » ont trouvé ça cool d’écrire son principe d’écriture sous forme d’une formule.

  3. ouai en gros la formule dit que :

    Le tueur est définie par l’ensemble :
    relation avec la victime, la facon dont il est allé vers la victime, la methode d’elimination, et le chapitre ou lequel le tueur est introduit.

    mouai. encore heureux qu’on parle du tueur dans le bouquin ^^

    et accessoirement la formule ne veut absolument rien dire si ce n’est : on fout tout dans un chapeau et on tire au sort

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité