Cyprien Verseux, 25 ans, passera un an comme s’il était sur Mars

Cyprien Verseux

Sous son équipement d'astronaute, Cyprien Verseux, 25 ans, un astrobiologiste français. Non, il n'est pas sur Mars mais fera comme si pendant un an. Le jeune homme et cinq autres scientifiques ont été choisi par la NASA pour participer à une énorme simulation : passer 365 jours dans les conditions de vie telles qu'imaginées sur Mars.

C’est sur une zone volcanique à Hawaï que le dôme de 11 mètres de diamètre qui servira de maison pendant toute une année à l’équipe, trois hommes et trois femmes, a été installé. Pour la mission HI-SEAS IV (« Hawai’i Space Exploration Analog and Simulation« ), ils vivront isolés et devront apprendre à survivre dans des conditions drastiques. Pour les besoins de l’expérience, ils seront monitorés en permanence et porteront tout un tas de capteurs.

Pour avoir le privilège de participer à cette mission, Cyprien Verseux avait contacté la NASA en 2013 pour son stage de fin d’études : « J’ai d’abord mis au point un projet que j’ai proposé à un chef de branche à la NASA dont j’avais trouvé le contact sur Internet. Nous avons échangé quelques emails, fait une interview sur Skype et, finalement, le projet a été accepté. Je suis alors parti là-bas pour le développer. Depuis, j’ai continué à travailler avec la NASA et me suis porté volontaire pour cette mission financée par l’institution.« 

Le projet en question aura pour but d’étudier le développement d’organismes vivants capables de produire des ressources vitales pour la survie des astronautes. Une jolie consécration pour le jeune homme. Mais sur son blog, Walking on red dust, Cyprien Verseux explique qu’il aura bien d’autres choses à faire, apprendre « à parler russe, à dessiner (et il y a du boulot), à jouer d’un instrument, et à savoir danser la salsa« , tout un programme !

HI-SEAS IV est la plus longue simulation de séjour sur Mars jamais réalisée par une agence spatiale. La NASA espère ainsi pouvoir peaufiner davantage un voyage sur Mars, lequel durerait trois années… À suivre !

Tags :Via :BFM TV
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. « dans une zone volcanique.. » en cas d’éruption, ils doivent rester sur place pour ne pas perturber les tests?

    comment ils vont faire pour vivre dans les mêmes conditions martiennes alors que la pesanteur (70kg c’est environ 25kg) et les températures (-60° en moyenne) sont bien différentes du sol terrestre? sans parler que d’un point de vue psychologique ils se sauront sur Terre donc en sureté au moindre accident. les transmissions se feront avec le décalage Mars/Terre? en cas d’accident, ils devront se débrouiller seuls?

    dans l’état leur projet ça fait plus « on va tourner une télé réalité privée ».

    1. La pesanteur est une accélération en m/s^2 (ou N/kg). Vous voulez certainement parler du poids de 70N sur terre qui est proche de 25N sur Mars?

    2. En effet des expériences de ce type ont été fait de nombreuses fois et on se demande pourquoi . Car comme vous le soulignez dans un contexte où la survie dépend de soi même et de ses équipiers le moral n’est absolument pas le même que quand on sait qu’il suffira d’ouvrir le sas pour voir apparaître une équipe médicale au complet.
      Tous ceux qui connaissent un tant soit peu les mécanismes liés à la survie savent que plus de 80 % de la réussite est liée au mental, le mental est lié au contexte (du moins partiellement, mais pour une grande part malgré tout) ôtons le contexte et nous avons une expérience coûteuse, et tellement biaisée qu’elle n’en a quasiment plus de valeur (du moins en ce qui concerne le but officiel de celle-ci).

  2. L’auteur de cette article ignore probablement ‘ »Mars 500″ programme européen qui durait 500 jours et qui est terminer depuis un petit moment déjà… Le dernier paragraphe est à corriger

  3. C’est pas un fake ils ont interviewé le mec aux infos
    Il s agit d une étude sur le comportement et les conséquences physiques sur des personnes lors d’un confinement prolongé dans le but de préparer une expédition sur mars qui sera obligatoirement très longue.
    On peut pas reproduire toutes les conditions sur terre mais un environnement volcanique est peut être ce qu’ils ont trouvé de mieux. Peut être que surveillé le volcan et les activités sysmique ça fait parti du programme.

    Et oui ils auront droit qu aux mails avec retard de 20 minutes pour simuler le temps de traversée des signaux même si on peut supposer qu’en cas de danger de mort ils stopperont l expérience illico

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité