16% des emplois pourraient être assurés par un robot mais…

Robot Pepper

L'humanité court elle à sa perte en continuant d'investir dans la robotique ? On pourrait le craindre quand on parcourt « The Future Of Jobs », le rapport de Forrest Research consacré à l'impact de l'automatisation sur l'emploi.

Comme le rapportent nos collègues de Silicon.fr,  les déploiements de robots et d’applications d’intelligence artificielle vont se traduire par la destruction de 16 % des emplois aux États-Unis (soit 22,7 millions de postes), d’ici 2025.

Mais ces robots ne feraient pas que des dégâts. Selon les projections de Forrester, l’automatisation devrait également contribuer à 9 % des emplois créés (soit 13,6 millions) outre-Atlantique sur la période, notamment dans le logiciel et la maintenance. La perte nette d’emplois engendrée par l’automatisation serait donc de 7% aux États-Unis d’ici 2025.

Une autre analyse, celle du cabinet Gartner publiée en 2014, prévoit que les robots, les machines intelligentes et les logiciels remplaceront un emploi sur trois dans le monde d’ici 2025

Mais au delà de ces destructions ou créations d’emplois, une autre étude, réalisée par  l’économiste Carl Benedikt Frey, estime que près de 50% des emplois seront impactés significativement par l’informatisation dans les décennies à venir.

Bref, si votre emploi est répétitif et à faible valeur ajoutée, il est sans doute temps de vous poser des questions ou de vous reconvertir dans la fabrication et la maintenance… de robots.

 

Tags :Sources :silicon.fr
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Ce n’est pas l’humanité qui est menacée par la robotique, c’est la règle implicite « tu bosses ou tu crève de faim » qui deviendra définitivement caduque. Une meilleure redistribution des richesses est inéluctable. Cela pourrait se faire par l’introduction d’un « Revenu de Base Inconditionnel ».

  2. Une meilleure redistribution des richesses est inéluctable.

    Pas si sûr…Car rien n’empêche d’imaginer un monde encore plus dur et plus totalitaire ou les robots seraient amenés progressivement à remplacer tous ceux qui seraient devenus inutiles et n’auraient plus qu’à se débrouiller autrement pour assurer leur survie. Un monde à la Mad Max, par exemple, ou les nantis seraient retranchés dans des forteresses blindées gardées par des machines, loin des miséreux et autres crevards.

    Cela pourrait se faire par l’introduction d’un « Revenu de Base Inconditionnel ».
    En savoir plus sur http://fr.ubergizmo.com/2015/09/03/16-des-emplois-pourraient-etre-assures-par-un-robot-mais.html#MM3wzQO2ArvgUAYV.99

    Depuis le temps qu’on en parle, je ne vois aucune proposition politique en ce sens, mais au contraire une ultralibéralisation des esprits selon le principe : qui ne travaille pas, non seulement ne doit pas manger mais doit tout simplement être éliminé ou rééduqué. Même un gouvernement prétendument socialiste n’a pas osé cette révolution du revenu de base, alors que c’est une réalité en Suisse.

    1. La Suisse a une configuration totalement différente, ce n’est pas qu’une question de volonté politique.
      Sinon, il faut quand même préciser que le RSA a été ré-évalué de 350€ par an il y a quelques jours.
      Les progrès sont lents mais ils sont tout de même.

      1. Sauf que le RSA est loin d’un revenu universel et que son montant ne permet pas grand chose. La Suisse a une configuration totalement différente. C’est en effet un pays bien plus démocratique et non aux mains des oligarques comme la France. Ce n’est pas qu’une question de volonté politique mais au moins à 95%. Bref, quoi qu’il en soit, il ne faut pas rêver. Il n’y aura jamais (pas avec les gouvernements libéraux que nous mettons au pouvoir) de revenu universel en France, pays extrêmement conservateur où la population lobotomisée reste encore très attachée aux concepts de travail, de mérite et d’effort…

  3. la suisse ne doit-elle pas justement voter en 2016 pour le revenu universel? il me semble que celui qui est 1er ministre en finlande l’avait mis dans son programme!?

  4. En changeant notre vision du travail et en rationalisant nos ressources afin de stopper la surconsommation, On pourrait atteindre un équilibre entre peu de travail et beaucoup d’apprentissage. En ayant plus de temps libre, on peut créer des emplois dans le domaine des loisirs. Il faut seulement que les gens aient toujours des raisons de vouloir s’améliorer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité