Et si Facebook nous transformait en vieux schnocks ?

vieille dame ordinateur

Des vieux ! Des vieux schnocks, voilà en quoi nous transforme Facebook. Je n'arrivais pas à mettre un nom sur ce phénomène que j'éprouve chaque fois que je me connecte sur le réseau de Zuckerberg. Et c'est ce week-end que j'ai eu cette révélation. Je vais vous expliquer comment j'en suis arrivé là. 

Tout a commencé en lisant un excellent article sur le site du magazine ChEEk intitulé « Pourquoi Facebook et Instagram font-ils de nous des losers ?« . Dans cet article, la journaliste Julia Tissier explique que les réseaux sociaux peuvent nous rendre malheureux. Le spectateur est souvent seul et désœuvré face à la comédie qui est jouée sur le théâtre des réseaux sociaux.

Pour le psychologue Sébastien Dupont :

Face à des gens qui ont plein d’amis, plein d’activités, on dévalorise son propre capital social alors même qu’il était satisfaisant (…) Comme dans les films, on ne voit jamais le héros se brosser les dents, on le voit au top, à 19 heures, sur la plage, avec une lumière de crépuscule, en train de siroter un cocktail.”

Bien sûr, Facebook n’est pas le seul réseau social à être ainsi montré du doigt. Instagram nous culpabilise « à coups d’intérieurs nickels et de daronnes parfaites qui jouent du ukulélé, c’est les filles mégabonnes qui prennent des photos au Club Med Gym alors que t’as repris trois fois de la brioche au petit-déjeuner ». 

Et lorsqu’on navigue sur Instagram, on est souvent au lit, avec les cheveux gras, l’haleine chargée… et on regarde des photos de gens heureux, beaux et parfaits. Bref, c’est surtout parfait pour déprimer et avoir une image négative de soi. En étant spectateur du bonheur des autres, le nôtre peut paraître plus triste.

Comme disait Desproges :

« Il ne suffit pas d’être heureux. Encore faut-il que les autres soient malheureux. »

Mais nous sommes tous complices de ce genre de comportement en allant sur les réseaux sociaux. Je suis aussi le metteur en scène de ma vie, je fais des choses formidables et je vous cache celles dont je suis moins fier. Je les garde peut-être aussi pour mes amis, ceux que je connais bien. Mais ça, vous ne le saurez jamais sur Facebook.

Bref, je venais de lire cet article qui tente tant bien que mal de finir sur une note positive du genre : tout ça n’est qu’une partie de la vie, et on le sait bien, ce n’est pas là que ça se joue. Je me suis alors dit qu’il fallait que je déconnecte et que j’aille prendre l’air.

vieux schnock

Nous sommes tous des vieux schnocks !

Pour renouer avec la vie, la chaleur humaine, le contact, je suis allé au marché. Je flânais entre les étals du marché Cristal à Toulouse, je tâtais des prunes et des pêches de vigne quand une conversation m’a horrifié.

J’ai entendu une dame d’âge canonique qui expliquait à son « amie » que son petit-fils était en Australie, l’autre a répondu en parlant des brillantes études de sa petite-fille… la guerre du meilleur héritier venait d’être déclarée. Cette guerre se gagne à coup d’école supérieure, de promesses d’avenir brillant, de petites amies superbes, intelligentes et étrangère (la promesse de beaux voyages) et de trophées sportifs. Mes souvenirs d’enfance sont alors revenus avec une fulgurance insoupçonnée.

J’ai grandi dans une ville où il y avait 65% de la population qui avait plus de 65 ans. Autant vous dire que les vieux, je connais. J’ai eu le temps de les observer quand ils déambulaient en bande sur les trottoirs armés de cane. Je peux vous dire qu’il y a 30 ans, ils essayaient déjà de montrer que la vie de leur famille était plus intéressante que celle des autres.

Et finalement, c’est quoi Facebook ou Instagram ? C’est juste la mise en avant de vie parfaite vécue par procuration puisque personne n’est dupe de la supercherie. C’est ainsi que j’en suis venu à la conclusion que Facebook et Instagram transforment leurs utilisateurs en vieux que je croisais dans la rue il y a 30 ans !

Facebook et Instagram sont des accélérateurs de sénescence morale et comportementale. On se comporte exactement comme des vieux schnocks sauf qu’on s’imagine plus cool, puisqu’on utilise un ordinateur et qu’on peut le dire à nos 800 amis en un seul clic.

Et le pire dans tout ça, c’est que nous ne nous en rendons pas compte. Quand on regarde un mur sur Facebook, on voit que la majorité des publications servent à montrer son propre bonheur, le malheur des autres ou des vidéos/photos amusantes avec des animaux (qui sont donc sans conséquence).

Alors pourquoi cet article ? Je n’en sais rien, c’est juste une réflexion que je voulais partager avec vous.  Vous avez certainement votre propre vision du sujet, n’hésitez donc pas à la partager aussi en commentaire, je prendrai le temps de les lire et de vous répondre si besoin.

Tags :Sources :ChEEk
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Bonsoir, très bien le texte! Merci. Facebook sert surtout à nous faire perdre notre temps. Nous briser le coeur. Voir des photos et commentaires de gens qui nous manque où que nous verrons jamais. Tout ce beau bourrage de crâne pour nous rendre encore plus débiles. Voilà ce que je crois.

    1. Ce n’est pas facebook en lui même mais ses utilisateurs qui définissent son contenu.
      Il suffit d’àrrêter d’être dupe. C’est deja le cas de pas mal de monde. Avec un peu de chance au final on se rendra tous compte qu’on se fait tous chier dans un appart plein de poussière, trainant une vieille angine tout en se masturbant sur le même film de Bailey Jay.

      Et là on s’aimerà tous.

  2. J’ai eu le même sentiment en repensant à la prise d’otage de l’hypercasher et a la couverture médiatique de BFM qui insistait lourdement sur l’endroit ou était réfugié . Et si c’était juste pour provoquer l’événement ?????????????????

  3. Personne n’est dupe effectivement maintenant la seul chose c’est déjà savoir faire la part des choses ensuite avoir 804 amis LOL c’est merveilleux mdr sa sert a rien c’est juste de l’esbroufe pour la frime mais sa on le sait également ;).
    On est vieux non pas à cause des réseaux sociaux mais par ce qu l’on se laisse souvent abrutir par toutes ses technologies moi ce qui m’inquiète le plus c’est que les vieux a l’époque comparait certainement leur vie certe mais au moins ils communiquaient entre eux sans interface sans se cacher derrière un pseudonyme ect..
    Non nous on on est jeune plus cool derrière un superbe écran à 800€ avec un pseudo et on ne regarde rien autour mise a part certe lumière devant soi si captivante et envoûtante (sa me rappel les
    tues-mouches tient mdr ;).
    C’est pas les réseaux sociaux qui nous rendent vieux au final c’est surtout qu’on a oublié de s’apercevoir qu’il n’y a pas QUE la technologie autour de nous, faut surtout savoir faire la part des choses il ne tient qu’à nous de s’en rendre compte je suppose non ??
    Enfin merci pour ton petit coup de gueule c’était bien sympathique 😉

  4. Il aura fallu 10 ans pour vous rendre compte de cela ? Vous avez un énorme retard dans cette analyse. C’est effrayant…

    Avoir une page personnelle lorsque l’on a rien à dire est quelque-peu égocentrique.

    Alors beaucoup de gens se mentent à eux même, s’invente une vie qu’il non pas, recherche l’admiration etc… Bref que des comportement expliqués par des sociologues depuis au moins 50 ans.

    1. Si ça peut leur faire plaisir, je ne vois pas le problème. S’ils sont heureux ainsi et qu’il ne font de mal à personne. Qui est-ce que ça peut déranger ? Nul n’est contraint d’avoir un compte Facebook. Il n’empêche qu’avec du vent, les créateur de Facebook sont devenus milliardaires. La connerie humaine peut donc encore rapporter beaucoup. Voilà ce que je retiens et cela m’inspire considérablement.

  5. j’essaie d’organiser des sorties le we pour ma famille dont femme et enfants sont handicapés autant vous dire que cest une fois par mois et encore. he bien des photos vont orné le mur facebook de ma femme a peine 30 minutes apres etre rentrer . et noyé dans le mur on a l’impression qu’on fait la fête ts les we.

  6. pour la majorité qui l’utilise, facebook et co, ce sont les 7 péchés capitaux.

    pour les autres ce sont des outils de communication pour être toujours en contact avec ses proches, sa famille pour se sentir moins seul et garder le sourire.

  7. Et si fb permettait plus simplement d’avoir un autre regard sur nos « petits » événements et d’en considérer la valeur en les partageant ….

    1. Il s’agit de traiter le cas général. Et finalement, les gens se like entre eux en espérant le retour. ça reste dans l’idée de Noredine, et même plus perfide, car il s’agit là d’un comportement autement manipulateur et calculateur: 1 like à 10 amis différents, ça fait 1 like pour chacun d’eux. En retour, j’ai 10 like (car au final, on se cré un groupe de commentaires positifs respectifs sur le repas du midi). Donc 1 like pour 10 like, le rapport est narcissique au plus haut niveau.

      Mais ton idée est belle et attirante.

  8. Sincèrement, j’aime la façon dont ce sujet est traité. On voit que l’auteur, fait ressortir du bon dans le corps du texte.
    Continuez vous avez vraiment du talent.

  9. « Que voulez-vous, je m’entête à adorer la liberté libre » disait Arthur Rimbaud, je m’entête à penser que tout un chacun est libre d’écrire ou ne pas écrire sur ce réseau dit social, tout un chacun est libre d’ouvrir son ordinateur, sommes-nous adultes ou non ? L’ennui serait le moteur principal de l’utilisation de facebook. Nous devenons comme les adolescents qui n’ont plus qu’une main, l’autre étant utilisée pour le portable à attendre le si précieux message qui viendra d’ailleurs là où l’on n’est pas et il est si tellement primordial de s’éloigner de soi et des autres. A-t-on raté quelque chose ? jamais ? j’ai répondu à certains pseudo messages et je n’ai jamais obtenu de réponse, avec des mots vrais, beaux, seulement des « j’aime » ou « le contraire », je m’aperçois qu’il n’y a vraiment pas de communication réelle et c’est pour cela que je vais cesser de croire aux miracles des réseaux sociaux (je n’y suis que depuis quelques mois). Sans compter les propos nauséabonds, les fôtes d’Hort’hograffe, je sais qu’un jour, on nous a dit que l’écriture était la science des ânes, mais mille excuses, je n’en ai jamais cru un mot. Le vrai monde est beau, la vraie vie est belle et il s’agit de « ne pas porter au monde ses dégoûts » pour finir avec Arthur. Encore une fois, chacun voit midi à sa porte…

  10. J’ai lu vos commentaires, je n’envie pour ma part ni les belles photos qui semblent sortir d’un livre d’images ni le bonheur qui émane du visage de mes amies je suis heureuse pour elles.

    il faut dire que j’ai peu d’amies et c’est bien ainsi…… (facebook me sert à prendre de leurs nouvelles j’ai vite fait le tour elles sont neuf

    …………….Lorsqu’on m’envoie une invitation je décline…. facebook c’est comme tout il faut garder son équilibre … Suis-je un vieille schnock ? nous sommes tous un jour par notre comportement un vieux ou une vieille schnock l’important est de s’en rendre compte est redresser la barre …. (sourire)

    Anne Vivien

  11. Ou alors on peut le voir dans l’autre sens, les petits vieux ne sont que des êtres humains qui toute leur vie ont essayé de se vanter de leurs prouesses.
    En se disant que c’est dans la nature humaine, ça devient charmant. C’est aussi commun que le fait de chercher à avoir une belle voiture, une belle femme, de beaux trophées de chasse, ça n’a rien à voir avec l’âge.
    Et puis par définition, c’est intéressant d’avoir des choses à faire et une vie excitante, plutôt qu’une vie de labeur et d’ennui… La procuration n’est pas propre aux petits vieux, on la vit tous les jours dans la littérature, l’art, la télé et le cinéma. Que voudriez vous imaginer à part des histoires de conquêtes, de sexe et de domination? Quand vous rendrez vous compte que l’homme est un animal comme les autres?
    On pourrait imaginer une espèce avec des centres d’intérêt différents, mais même pas, nous sommes comme ça.
    Même les gens les plus hippies que j’ai rencontré m’ont parlé de « réussir sa vie », de « losers » et de « winners ». Les gens sont très simples, ils écrivent des romans de 10 000 pages pour changer cette simplicité en une complexité incompréhensible que l’on appelle le « mystère de la vie », tout ça pour paraitre plus nobles et s’élever « au dessus » d’une image d’échec qu’ils ont construit eux même. Les gens se battent même contre eux mêmes, et ils cherchent la victoire.

    1. L’idée, c’est qu’on a tous des moments de galère, d’ennui, de déprime…..a quoi bon chercher à le nier ? Même la plus belle des filles sur instagram a parfois une bonne diarrhée……….Pourquoi vouloir devenir parfait en permanence……Marre !

  12. Adulte mais reste -t-il une place ailleurs ?tout simplement Facebook (la cote de popularité on s’en fiche le must!a profit sur des réseaux de partager et pour commentaire a vous seule de ne pas aimez et détestez a chaque présences de lien que du wave air particularitée Facebook une seconde chance de s’étendre ou apprendre a élaborer des stratégies de groupes indépendant…

  13. Très bien résumé. Facebook est une illusion de vie parfaite, idéale. Tout est tout beau tout rose : Mariages, vacances, bébés, travail passionnant, diplômes…..C’est la tyrannie du positif et de la bonne nouvelle. Il FAUT être heureux, le négatif est effacé, il n’a pas sa place. Cette fausse représentation de la réalité est malsaine au possible.

    Montesquieu : «Si on ne voulait qu’être heureux, cela serait bientôt fait. Mais on veut être plus heureux que les autres, et cela est presque toujours difficile parce que nous croyons les autres plus heureux qu’ils ne sont.»

    Un visionnaire ?

    La fadeur n’a pas sa place et, à de rares exceptions près, les choses tristes n’ont pas lieu d’être exposées. Le design même du site – la présence d’un bouton «j’aime» et l’absence d’un bouton «je déteste» correspondant – renforce cette manipulation positive.

    Mais les principaux responsables, ce sont tout les utilisateurs qui postent postent et repostent le moindre évènement positif, pour rentrer dans cette concurrence malsaine : « Hey moi aussi j’ai une vie au top regarde MOI MOI MOI ».

    J’en ai la nausée.

  14. Pour ma part, je suis assez attiré(sans être drogué) par »facebook »mais s’il devait disparaître aujourd’hui je m’y ferais car la vie a ce pouvoir de détruire, mélanger et à nouveau de reconstruire.Cependant « facebook » a été crée par l’occident(c’est juste une partie de l’humanité)afin de combler un vide humanitaire;comme les contacts sont difficiles, il fallait le créer quelque part !Il paraît que Zuckerberg(et ses potes)a mis au point « FB »pour draguer sa future copine…

    1. Bonjour,

      Je ne crois pas que les contacts spontanés employant le langage, le toucher, l’expression corporelle et l’expression faciale soient difficiles, bien au contraire, car ils sont riches en informations. Et cela bien plus que l’écriture qui n’utilise qu’une partie de la vision et en fait une communication très simplifiée. C’est la quête de l’immédiat, de l’omnipotence qui a plutôt mené à ce genre de communications qui ne sont pas très satisfaisantes.
      Confondre l’Occident et l’entreprise Facebook c’est grossier, les deux termes ne fonctionnent pas du tout ensemble.

  15. Bonjour l’auteur de l’article,

    J’aime beaucoup ton point de vue parce que tu fais le lien entre la situation présente et la situation d’il y a trente ans, entre deux générations différentes, entre deux supports différents, entre des intérêts différents. Ou du moins que l’on cherche inconsciemment à différencier.
    Parce que s’il y a bien quelque chose de remarquable dans l’évolution des mœurs d’une société, c’est combien ils changent lentement au gré des événements, d’autant plus que la nôtre a sensiblement évoluée durant le dernier siècle de par la technologie justement à laquelle on peut faire face avec un sentiment d’inconnu, alors qu’au final on ne va y retrouver que ce qu’on avait avant mais sous une forme à peine masquée.
    Très bon article que je partage en tout cas car il est plaisant et enrichissant.

  16. Bonjour
    Article très intéressant.
    En revanche, je ne parviens pas à la même conclusion que vous:
    Vous dîtes que facebook nous transforme en vieux schnoks, je dirais plutôt qu’il est révélateur d’un trait de caractère foncièrement humain, que l’on trouve donc à chaque âge:
    vouloir paraître sous son meilleur jour, faire partie du meilleur clan, être le couple alpha etc…
    Que voulez-vous, nous sommes des primates.

    Voilà, mon point de vue.

    1. N’oublions pas non plus la pression sociale écrasante qui nous contraint pour la plupart à jouer ce jeu et nous conformer à une certaine image de la perfection et ceci dans tous les domaines. Le problème est que nous vivons dans un monde où on vous colle rapidement une étiquette, souvent au mépris de ce que vous êtes. Il faut donc paraître et non être. Face aux personnes qui semblent satisfaire les critères d’une perfection fantasmée (qu’elle soit physique ou d’une autre nature) les moins avantagés ont au moins Facebook pour faire illusion dans un monde où de toute façon tout est illusoire.

  17. On ne lit que du mal de FB et pourtant il y a tant de monde dessus! Je publie des photos sur FB, même des photos de mes enfants (ohhhh). Effectivement je ne publie pas de photo de nous en train de nous brosser les dents parce que je ne vois pas qui ça peut intéresser… Effectivement je publie parce que j’ai envie de montrer qu’on peut être heureux dans ce pays ou tout le monde passe son temps à se plaindre. Les grands parents et arrières grands-parents (90 ans) qui habitent loin sont très heureux d’avoir de temps en temps des photos des filles et j’aime partager avec mes amies mamans le dernier parc sympa que j’ai visité pour qu’elles puissent en profiter. Je suis aussi contente de voir si un tel est en vacances ici ou là ou a fait un truc sympa… Ou est le mal???

    1. Publier des photos de vos enfants sans leur accord est contraire à leur droits.

      Quant à vos grands parents qui veulent de photos , les E mails, la poste, ça existe ;).

      1. La poste, ben oui, on post 😀
        Avec le courrier, les grands parents ne peuvent pas commenter (pardon répondre) de suite. Avec Facebook, ils pourraient (au conditionnel)

    2. le mal…j’appelerai ceci plutôt le danger..!
      je m’explique : sans t’en rendre compte tu dévoile ta vie privée à beaucoup de monde et pas forcément que ceux à qui tu crois t’adresser..! tu ne dois malheureusement pas bien comprendre comment FB fonctionne et je te conseille de te renseigner un peu..!

  18. « Facebook et Instagram sont des accélérateurs de sénescence morale et comportementale.  »

    Bim, toujours aussi lourd (dans le bon sens hein…) ce Norédine !

    L’observation n’est pas nouvelle, mais l’analyse du vieux shnock, j’y avais jamais pensé, c’est tout à fait vrai et excellent.

    Je vais pousser un peu plus le truc et viser une certaine partie des utilisateurs en faisant un parallèle avec ton observation Norédine.
    On s’aperçoit que c’est souvent les mamans ou grands mères qui sont le plus dans cette « guerre du meilleur héritier ».
    On s’aperçoit aussi que ce sont les femmes les plus enclines à étaler leur tranches de vies les plus positives sur Facebook et autres, tout en plaquant bien ce qui ne va pas. Quitte même à mentir (suffit de voir les photos retouchées ou sous un angle où elles paraissent 30kg de moins).

    Pas d’antifeminisme ou de machisme primaire mais simple observation qui mériterait d’etre encore creusée.

  19. Arretez de vouloir tout stegmatiser . FB permait aussi a des gens qui sont seuls de pouvoir se sentir moins seules…. Il y a pleon d’amitiés qui naissent sur le net….laissons aux gens la liberté de penser par sa tête

    1. Encore une fois, dans son usage, chacun a une bonne raison d’utiliser Facebook ou Instagram. Souvent, il s’agit d’un cas particulier qui ne concerne qu’une poignée de personne de son entourage (famille, amis proches…).

      L’objet Facebook nous transforme en vieille schnock quand on est dans le collectif. Le mur Facebook ou Instagram, malgré tous les différents émetteurs, devient un mur uniforme où Narcisse est roi.
      Comme disait J. Swift : « J’ai toujours détesté les nations, les professions et les communautés et tout mon amour est destiné aux individus…. »

  20. Moi je me demande comment ce genre d’article peut être référencé en haut de page par google lorsque l’on tape facebook dans la barre de recherche. Hypothèse : Confronter deux idées d’apparences lointaines dont une à forte popularité. Ici Facebook et vieux schnock. Puis inventer une histoire abracadabrante pour que ça puisse sembler logique (avec un max de pathos genre mon enfance tralala…) et le tour est joué. Aller je me lance avec un super titre : Et si facebook pouvait prévenir du sida. et buzz (ah mince, ça déjà été publié) !!!!!

    Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
  21. En ce qui me concerne, je trouve que cette article est très intéressant mais je pense que Facebook ou d’autre réseau sociaux n’ont pas vraiment ce but mais un autre.
    En effet, en partageant nos vies sur Facebook ou d’autres réseaux sociaux ou même juste en s’y inscrivant on permet de fournir des informations sur notre personne. Même si nous avons tous différents objectifs en s’inscrivant dessus. Je pense que Facebook lui en a qu’un seul enregistrer toutes les informations possibles sur chacun de nous. Je pense qu’il sert à nous contrôler et à pouvoir nous épier à chaque nos fait et geste. En effet en créant un site ou tout le monde croit prendre des nouvelles, publié juste des photos, ou encore donner ses informations sur sa journée passé tous sa n’est pas innocent envers l’état ou le monde du business. Tous le monde se laisse manipuler par ce genre de réseau sociaux et les stars nous font tomber dans le piège également en effet en voyant une star que nous aimons sur un site nous sommes prêt à y foncer pour prendre part aux événements.Alors oui c’est ce que je pense tout ça n’est qu’une manipulation pour surveiller nos moindre faits et gestes et nous localiser plus facilement. Comme la télé et autres… notre cerveau est dirigé par une information et nous y sommes pris au piège alors qu’en réalité ce n’est qu’une petite partie de la réalité tout le reste est mensonge. Même une guerre rien est au hasard toute est calculé.

  22. Bon si je commente, je rentre le cercle vicieux facebookien (car finalement, Ubergizmo même combat, non?, allez on dit que si).
    Mince, j’ai une page facebook… Y a t’il un vaccin? En fait une page anti-facebook que j’ai volontairement bridé à donf avec un mur explicite et critique (resox sociox pour les curieux).

    3 choses me gène dans facebook:
    1 – tout devrait être bridé de base, et on devrait décadenasser ce qui nous intéresse. Et c’est l’inverse, on vous livre une arme chargée, cran(s) de sûreté oté(s).
    2 – on a du recul, nous sommes nés avant facebook. Mais nos enfants n’ont pas ce recul.
    3 – on ne peut pas dire « j’aime pas » (pauvre schtroumpf grognon, Facebook n’est pas pour lui), du coup, tout ce qu’on fait est beau, sympa, et forcemment ne peut être QUE liké.

    Bref, c’était un bel outil, mais l’utilisation générale en fait une arme malsaine (je préfère ce terme à dangereuse). Un marteau c’est fait pour taper les clous, pas pour enfoncer son égo. Donc je LIKE cette page (LOL, mdr, ptdr, et autre respectueusement.com)

  23. Je pense qu’il faut toujours essayer de voir le côté positif des choses … Et FB a aussi du positif. C’est dans ce sens que je l’utilise, et donc que je le considère comme un OULTIL, rien de plus. Sans addiction.
    Mais les vieux « schnocks », selon moi, sont plutôt ces personnes qui fustigent toute nouveauté, en ressassant que … c’était mieux de leur temps ! Il faut, au contraire, utiliser les moyens dont nous disposons, en n’oubliant pas les balises !!!
    Et les amis, les vrais … ils se comptent sur les doigts d’une main, et pas sur FB :-)

  24. Cheek est pas mal je confirme!
    Facebook me sert de marque-page avant tout où je colle des sites, des pages de vente/créations/arts/concerts ou d’auteurs, de films etc qui me seront utiles plus tard. Il me sert aussi pour communiquer avec ma promo de fac assez facilement pour les stages, travaux et quelques sorties organisées.
    Sinon je ne communique qu’avec la famille à 1000 km (mais je favorise bien plus le skype ou le tél), mes amis d’enfance et ceux avec qui je partageais des activités déjà avant la fac, le reste ne sont que des contacts et je le sais. Pas de photo en particulier, pas de posts sauf de l’extérieur mais filtrés. Confidentialité contrôlée.
    J’y passe du temps pendant l’année scolaire principalement à cause des cours sinon il est éteint sans problème (2 semaines et + sans souci pendant les vacances).
    Voir les selfies en permanence des mêmes personnes, ou voir se réjouir les contacts pour des mêmes futilités et buzz ça ne me donne pas envie de creuser plus que ça dans leur direction. Pour l’instant ça me réussit. Et sur les quelques autres groupes (féministes, droits des femmes, voir des personnes ne faire que se plaindre et critiquer sans agir vraiment, ça me gave).
    Voilà pour moi.

  25. Etant donné que Facebook dispose de plus d’un milliard d’utilisateur, je suppose que c’est suffisamment élevé pour dire que ce réseau social…fonctionne.
    On parle ici d’un réseau SOCIAL, pas d’un site de jeu vidéo ou de recettes de cuisine…
    C’est le but même du site de créer les liens entre les personnes (et maintenant avec les sociétés, les « people » etc etc) et/ou d’informer/être informé des news de son réseau.

    Et vous quand vous êtes dans un bar, à un mariage, à la machine à café, vous racontez quoi aux gens autour de vous ? Que vous vous êtes bien brossés les dents après le pti dej ou que vous êtes allés voir tel groupe en concert et que vous le conseillez ?
    –> Vous racontez ce que les gens vont trouver intéressant d’après vous. (Mais peut-être adorez-vous discuter avec votre collègue qui vous raconte que chez lui il a 12 fourchettes et seulement 10 cuillères.)

    Et bien là c’est pareil !
    Sans faire de chasse aux « likes », j’améliore ma « sociabilité » au fur et à mesure que je vois que telle publication ou telle photo ou tel partage ne suscite aucun ou très peu de réactions de mon entourage.
    La prochaine fois que je serais avec mes amis / collègues etc etc, je ne parlerais pas de ces sujets qui n’intéressent personne et la soirée / journée n’en sera que meilleure car seuls les sujets qui intéressent mes proches seront discutés.

    Après certains cherchent à se mettre en valeur, d’autres à se plaindre en permanence, quelques-uns vous harcèlent, d’autres sont passifs (la majorité) mais « like » des publications, ce qui leur permet de rester « dans le coup ».

    Bref, chacun son avis 😉

    1. Je ne suis pas d’accord sur un point (mais le reste si, proche de ce que dit l’auteur d’ailleurs).

      Dans ton milliard d’utilisateurs, il faut enlever les fakes, les doubles-utilisateurs, les pages pros, les pages pubs, les morts, les pages plus utilisées……… Facebook ne marche pas autant qu’il veut le faire entendre. On essaye de nous vendre un phénomène pour faire du fric, c’est tout.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité