Freevolt nous débarrassera-t-il de la recharge des wearables ?

Freevolt

L'Internet des objets n'en est qu'à ses balbutiements et déjà, il suscite un intérêt impressionnant, et ce dans tous les domaines. Malheureusement, ces objets connectés trainent toujours derrière eux le même boulet, la recharge. Et s'il était possible de s'en débarrasser ? Ce pourrait être chose possible grâce à Freevolt.

Comment générer de l’énergie lorsque l’on embarque pas de batterie ? Grâce aux ondes de fréquence RF émises par la radio, la télévision, le Wi-Fi et tous les autres réseaux sans fil, par exemple. Pour Freevolt, c’est une source d’alimentation sans fin, idéal pour charger perpétuellement les wearables low-energy.

Selon Drayson Technologies qui présentait cette innovation, Freevolt est le premier dispositif du marché permettant d’alimenter un appareil via les ondes RF ambiantes. Et nul besoin d’un émetteur dédié. Dans les entrailles de Freevolt, trois composants principaux : une antenne multibande – pour capter un maximum d’ondes -, un redresseur – qui transforme cette énergie en électricité – et un module de gestion de l’alimentation – pour booster, améliorer et délivrer l’énergie.

Dans un environnement chargé d’ondes RF, le Freevolt standard peut générer 100 microwatts de puissance, bien trop faible pour faire fonctionner un smartphone mais tout à fait suffisant pour les capteurs disséminés un peu partout dans une maison connectée, par exemple – détecteur de fumée, caméra faible puissance, sonde de température, etc -.

Premier exemple d’utilisation, le système CleanSpace, 110 capteurs de pollution répartis autour de Londres pour réaliser une carte de la pollution en temps réel. Avant de pouvoir en profiter, il faudra malheureusement patienter… À suivre !

Tags :Via :Objet Connecté
Dernières Questions sur UberGizmo Help

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité