Des poils et tissus mous conservés sur un mammifère inconnu vieux de 125 millions d’années

Spinolestes mammifère

Il y a 125 millions d'années environ, un petit mammifère ressemblant à un rat se baladait dans un marécage  se trouvant dans ce qui allait devenir l'Espagne. Malheureusement pour cette petite créature, elle s'est noyée et a fini recouverte par des sédiments très fins. Cet animal reposait en paix jusqu'à ce qu'une équipe de scientifiques le mette au jour en  2011 et soit surpris par son état de conservation. 

Le fossile de l’animal a été retrouvé sur se site de Los Hoyas Quarry, qui a déjà révélé des milliers d’autres fossiles : plantes aquatiques et terrestres, amphibiens, poissons, insectes, crocodiles, dinosaures… il ne manquait qu’un mammifère ! Avec ce petit animal, c’est chose faite.

Baptisée Spinolestes xenarthrosus, cette petite créature a étonné les chercheurs à plusieurs niveaux. Il avait des poils mais aussi de courtes épines sur le haut de son dos. Les plus anciennes épines jamais retrouvées avaient 65 millions d’années, (avec Spinolestes, on vient de doubler ce chiffre). D’autres épines étaient collées de manière à former des plaques comme le pangolin.

Ensuite, même si d’autres animaux comme les hérissons ou les porc-épics ont une fusion de poils et d’épines, le Spinolestes n’est pas un de leurs ancêtres. Il fait partie d’une espèce qui a été entièrement décimée  et n’a laissée aucune descendance : les eutriconodontes (une sorte d’hybride entre le pangolin et les marsupiaux).

Spinolestes xenarthrosus fossile

L’autre découverte, c’est que l’animal a été incroyablement bien conservé. « Non seulement le squelette et les dents, ce qui est classique, le pelage, ce qui est plus rare, mais plus exceptionnel encore, les tissus mous« , a rapporté Romain Vullo au Monde.

Ils ont même pu réaliser un moulage de l’oreille externe de l’animal, un pavillon caractéristique de nombreux animaux actuels. « Ça n’a l’air de rien, mais jusqu’ici, nous ne pouvions que supposer que les premiers mammifères en étaient pourvus, explique le paléontologue. À présent, nous en avons la preuve. »

Les chercheurs ont aussi pu voir avec un microscope électronique l’intérieur des poumons, et décrire les bronchioles de l’animal. Une première ! Ils ont pu délimiter le diaphragme, et valider les hypothèses qu’ils avaient : à l’ère Mésozoïque, le système respiratoire des mammifères était déjà en place.

Les scientifiques ont même détecté des problèmes de peau sur l’animal puisqu’ils ont découvert des poils tronqués très caractéristiques des dermatophytoses. En même temps, s’il traînait dans des zones marécageuses, il fallait bien qu’ils s’y attendent. Surtout qu’à l’époque, les vétérinaires ne courraient pas les rues.

Illustration : Oscar Sanisidro

Tags :Sources :Eurekalert
Dernières Questions sur UberGizmo Help

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité