La France lance la construction de sa première route photovoltaïque

route photovoltaïque

Il existe de nombreux moyens pour recharger les véhicules électriques. Les plus intéressants, et écologiques, sont sans aucun doute ceux qui tirent parti des énergies renouvelables. Et si en plus, on pouvait recharger un tel véhicule alors qu'il roule, ce serait parfait. Les routes photovoltaïques présentent ainsi un intérêt certain. Et la France s'y met.

Certains pays s’y sont déjà lancés, c’est le cas notamment des Pays-Bas. La France n’est pas à la traîne. Après cinq ans de recherches en collaboration avec l’Institut National de l’Énergie Solaire (INES), l’entreprise Colas – filiale de Bouygues – a mis au point un revêtement de route fait de cellules solaires. Chaque carreau est en réalité composé d’une seule et unique cellule photovoltaïque de 15 centimètres carrés. Ils seront ensuite collées sur une route existante et enduits d’une résine spéciale pour résister au trafic.

Comme l’explique Hervé Le Bouc, directeur général de Colas : « Cette surface se vend sous forme de dalles qu’on applique sur les routes ou les parkings. À Chambéry et Grenoble, un flot continu d’un million de véhicules a été testé sur Wattway, équivalent à vingt ans de trafic habituel, et la surface ne bouge pas.« 

Si la technologie représente en elle-même un gros progrès, ce revêtement, lui, pourrait faire double emploi : renforcer nos routes existantes et produire de l’énergie propre, locale et renouvelable. Les équipements à pouvoir en profiter sont aussi nombreux que variés – éclairage public signalisation lumineuse, transport public, véhicules électriques, maisons, bureaux, etc -.

En terme de rendement, 20 m² de Wattway génèrent assez d’énergie pour une maisonnée. Et avec le seul soleil, un kilomètre de route fournirait assez d’énergie à une ville de 5 000 habitants. Selon Hervé Le Bouc, il suffirait qu’un tiers des routes françaises en soient recouvertes pour que le pays soit autonome en énergie…

Pour accélérer son déploiement, ce revêtement sera commercialisé sous le nom de « The Wattway » dans pas moins de 400 agences françaises, avant un export à l’international.

Tags :Via :Konbini
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. L’énergie solaire c’est bien, mais les déchets que cela génère par la suite n’est pas propre. Les panneaux photovoltaïques ont comme base du silicium, mais aussi de différents métaux lourds.
    Le recyclage de ceux-ci est très compliqué, car les différentes couches qui constituent les cellules sont très fines. Le développement de l’industrie du recyclage pour ce type de produits n’est pas encore assez développé en France pour que nous équipions nos routes avec cette technologie.

  2. Je suis toujours un peu sceptique vis à vis de ce genre de technologies… Outre l’aspect écolo, technologie dans l’air du temps etc…

    Le reproche qui est fait sur le photovoltaïque actuellement, est que c’est une technologie encore trop coûteuse, intermittente, et difficile à stocker. Je n’ai pas l’impression cependant que ce soit la place qui manque pour l’instant. Or, j’ai vu sur un autre site qu’ils comptaient commercialiser ces dalles pour un prix de 6€ par Watt-crête… Les systèmes photovoltaïque conventionnel tourne entre 1,3 et 2,5€ le watt-crête avec l’installation… Je n’ai pas vu d’informations sur le rendement de ces cellules,sur le raccordement électrique, ni si le prix inclus les onduleurs qui seront forcément nécessaire… sans parler de batteries pour le stockage éventuel.

    Donc selon moi, cela se résume à profiter d’un effet de mode pour vendre une technologie bien plus chère sans qu’elle ne réponde à aucune problématique réelle… je ne remet pas en cause le fait que des routes solaires soit une idée intéressante, mais je pense qu’elle sera viable quand les coups de productions seront bien plus bas.

    Avec un rendement estimé à 10%, ça donnerai 600€ le m² de dalle… Si la largeur d’une route fait 3,5 mètres… ça revient à la modique sommes de 2,1 millions d’euros le km de route. Installé directement sur le toits des habitations en questions cela reviendrai 2 à 3 fois moins cher.

    1. Sauf que installer sur le toit des maisons… tu ne contrôles pas l’électricité (même si la législation oblige de revendre à EDF à un prix plus cher que ce que EDF te revends pour ta consommation).

      Installé sur les routes… Bah Vinci and Co peuvent ensuite revendre l’électricité au prix qu’ils veulent… (enfin au même prix que le nucléaire… sinon ca ne se vendrait pas).

  3. Il faudra pas de neige alors… Car c’est bien en hivers qu’on a besoin de plus de courant – chauffage etc… – et la neige va recouvrir ces panneaux.
    De plus quid de la nuit ? On mets le chauffage chez soi pour etre au chaud et c’est pas la lune qui va éclairer les panneaux, même si je connais des lunes qui font faire des étincelles…

  4. Pourquoi pas mais le prix ? Nerf de la guerre …
    Déjà que le coût de construction kilométrique d’une route est exorbitant alors, la je me pose des questions …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité