Que ressent-on quand on est sur le point de mourir ?

Scream

Que se passe-t-il exactement dans votre corps lorsque vous êtes sur le point de mourir ? Si c'est évidemment une situation que l'on ne souhaite à personne, la question est intéressante, certains scientifiques s'y intéressent de très près. Voici quelques éléments de réponse, avec une vidéo qui plus est.

Peur et douleur, voici les deux sentiments que nous ressentons, selon des chercheurs de l’American Chanel Society. Dans leur vidéo postée sur YouTube, ils tentent d’expliquer ce qu’auraient pu ressentir les victimes de Freddy, du tueur de Scream, et des nombreux autres grands tueurs du cinéma.

C’est d’abord la peur qui vous assaille. Réaction réflexe d’un danger, elle vous fera « fuir ou combattre« . « Quand le signal atteint la substance grise périaqueducale, on passe à un état de vigilance« . À ce moment, la fréquence cardiaque s’accélère, les sens sont en alerte et l’énergie est décuplée.

Si la fuite est inutile et que le meurtrier est passé à l’acte, c’est évidemment la douleur qui prend le relais, « les neurones sensitifs envoient un message au thalamus, zone du cerveau responsable de la souffrance afin qu’il prévienne le corps que quelque chose va mal et puise dans ses ressources pour survivre.« 

Si, pour une raison ou une autre, le meurtrier vous laissait un quelconque répit et que vous en profitiez pour vous échapper, la réaction naturelle serait de crier, des cris « instinctifs« , pour « alerter les autres« .

Malheureusement, le grand méchant vous rattrape : « Donc, maintenant, vous êtes mort, vous gisez sur le sol. En supposant qu’aucune lésion cérébrale majeure n’ait été infligée, à ce stade, vous seriez supposé cliniquement mort. » Votre cœur va s’arrêter de battre, la respiration est coupée. Si le cerveau n’a pas été endommagé, il continue de travailler, vous laissant dans un « état de conscience », lequel pourrait justement expliquer les cas de « mort imminente » vécue par certains personnes ayant été déclarées cliniquement mortes.

Si enfin le cerveau s’éteint, c’est la mort biologique. Et là, la science n’a, pour l’heure, aucune réponse.

Tags :Via :20 minutes
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Les expériences de mort imminente ou NDE ne sont à mon avis qu’un effet de « reflexe » du cerveau dans lequel les transmission chimique se font de manière heratique créant un imaginaire, un réalité chimique idéalisée par une conscience défaillante.

  2. He bien C est un sacrée hasard que les millions de personnes avant vécu une NDE aient les mêmes dysfonctionnement heratiques ! Il y a plus de probabilités que la vie après la mort existe plutôt que théorie soit vrais.. Certaines NDE ont été vécus par des patients en état de mort cérébrale…

    1. Mort cérébrale = mort définitive. Alors que la personne est revenue pour en témoigner. Je penche plus vers une erreur de diagnostic de la mort. On ne connaît pas le cerveau comme on connaît le moteur d’une voiture par exemple. C’est comme une voiture qu’on croit foutue, si elle redémarre c’est qu’elle n’est pas vraiment HS, même si on la croit irrécupérable. Par contre si elle est en morceaux après accident, là y’a plus de chances qu’elle démarre !

  3. Que ressent-on quand on est sur le point de mourir ? (lac est ce t’ions kit eu)
    Pour les cul riz oeufs, C simple a verifier,,,, (5 etages suffisent)

    Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
      1. Ça vous fatigue, déjà, et pour les autres, vous vous rendez pas compte de c’que c’est. Moi quand vous faites ça, ça me fout une angoisse… j’pourrais vous tuer, j’crois. De chagrin, hein ! J’vous jure c’est pas bien. Il faut plus que vous parliez avec des gens.

        1. 2 toit a mois ,,,,
          jeu panse a voir tu & +2 monts 2 cut oie !!
          EYE AM A REALLY PSYCH0 !!!

          Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
  4. Bonjour,
    Comment expliquer dans ce cas ces récits d’Expérienceurs aveugles de naissance qui ont pu décrire les médecins, la pièce et « lire » des dossiers ? Comment expliquer le témoignage d’EMI d’accidentés de la route qui « entendent » ce que se disent les pompiers et policiers loin du corps et peuvent décrire les gestes des secouristes pratiqués sur leur corps inerte ?
    On retrouve des témoignages d’EMI dès le 15ème siècle et des jeunes enfants vivent également ce genre de chose; avec toujours des similitudes dans le schéma de l’EMI quelle que soit l’époque et quel que soit l’âge.

    Pour ce qui est de l’étude « Que ressent on quand on va mourir », c’est plutôt « quand on va être tué » et vu les conclusions, on n’avait pas besoin de scientifiques pour arriver aux mêmes ! ^^

    Bonne soirée.

    1. C’est justement le fait que toutes ces expériences soient les mêmes qui rendent ça logique. Et puis un aveugle n’a pas la capacité de voir car son nerf optique ou autre organe de la vision est déficient. Je pense plutôt que notre corps est autrement mieux foutu que ce qu’on pense lui connaître, et que simplement ce n’est pas explicable avec les techniques actuelles. Par exemple moi qui suis myope comme une taupe, j’ai besoin de mes lunettes pour voir clair, mais je dors sans mes lunettes et perçoit parfaitement ce que je vois dans mes rêves !

      1. C’est justement le fait que toutes ces expériences soient les mêmes qui rendent ça logique. Et puis un aveugle n’a pas la capacité de voir car son nerf optique ou autre organe de la vision est déficient. Je pense plutôt que notre corps est autrement mieux foutu que ce qu’on pense lui connaître, et que simplement ce n’est pas explicable avec les techniques actuelles. Par exemple moi qui suis myope comme une taupe, j’ai besoin de mes lunettes pour voir clair, mais je dors sans mes lunettes et perçoit parfaitement ce que je vois dans mes rêves !

        Et puis bah si c’est vraiment c’est un aperçu de l’au-delà, on peut en conclure que mourir n’est pas si désagréable qu’on le pense. La mort n’est rien en soi, c’est un passage de l’état de vivant à celui de trépas été, le tout en plusieurs étapes…

  5. « Peur et douleur, voici les deux sentiments que nous ressentons, selon des chercheurs de l’American Chanel Society »… quand Morgan poste un nouvel article sur Üdergizmerdo?

    « C’est d’abord la peur qui vous assaille. Réaction réflexe d’un danger ». C’est pas faux, ça me le fait effectivement à chaque fois. Et à chaque fois, je me dis que tout ça n’est pas réel en fait.

    « Si la fuite est inutile et que [Morgan] est passé à l’acte, c’est évidemment la douleur qui prend le relais ». Ça oui, son français approximatif, ça pique les yeux.

    « Si, pour une raison ou une autre, [Morgan] vous laissait un quelconque répit, la réaction naturelle serait de crier, des cris instinctifs, pour alerter les autres ». Fuyez, pauvres fous! Ne cliquez pas!!

    « Si le cerveau n’a pas été endommagé, il continue de travailler ». Le mien oui, le sien…

  6. Moi je me suis marié et effectivement j’ai senti que je mourrais!! douleur et peur m’ont assaili. J’ai alors ressenti une réelle privation de mes facultés motrices m’empêchant de pouvoir agir librement et à ma guise… le tout en étant parfaitement conscient encore en plus… :)

  7. eh bé !! si c’est pas parler pour ne rien dire ça !!
    et donc si on est mort dans son cerveau mais que quand même on a envie de faire pipi ??? avec le coeur arrêté, 3 couteaux plantés dans le dos, et l’assaillant qui continue à vous tabasser la tête avec une poêle à frire ????

    1. Mort cérébrale = mort définitive. Alors que la personne est revenue pour en témoigner. Je penche plus vers une erreur de diagnostic de la mort. On ne connaît pas le cerveau comme on connaît le moteur d’une voiture par exemple. C’est comme une voiture qu’on croit foutue, si elle redémarre c’est qu’elle n’est pas vraiment HS, même si on la croit irrécupérable. Par contre si elle est en morceaux après accident, là y’a plus de chances qu’elle démarre !

      Je vois ça un peu comme la sensation de voir des étoiles quand tu t’es pris un coup sur la tranche, ça m’est arrivé après avoir eu un malaise dans une file d’attente, pendant quelques instants ma perception de la réalité était altérée (je voyais l’endroit où j’étais sans l’identifier mais sans ressentir ni peur ni sérénité, je n’arrivais plus à marcher, puis j’ai perdu connaissance et me suis réveillée 2h après aux urgences, alors que pour moi même pas un quart de seconde n’avait passé. En fait il paraît que je m’étais violemment cogné la tête à la rampe de l’escalier, mais je ne l’ai su qu’après m’être vu en vidéo par une personne qui m’avait filmé (qui n’avait que ça à foutre apparemment)

  8. « Si enfin le cerveau s’éteint, c’est la mort biologique. Et là, la science n’a, pour l’heure, aucune réponse. » : Si : la conscience, l’esprit, est le fonctionnement du cerveau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité