Attentats à Paris : les réseaux sociaux face à la crise

Facebook Safety Check

Dès le début des tragiques événements qui ont secoué Paris et ébranlé l'Humanité toute entière, les réseaux sociaux ont été très largement sollicités, parfois à très juste titre, mais souvent pour relayer rumeurs et on-dit. Twitter avait son hashtag #PorteOuverte et Facebook validait tout l'intérêt de son bouton "Safety Check".

#PorteOuverte puis #PrayForParis, deux hashtags qui étaient très présents sur Twitter durant cette effroyable soirée, et dans la nuit, du Vendredi 13 Novembre. Un bel élan d’entraide, de compassion et d’altruisme. Mais comme c’est souvent le cas, les fausses informations, rumeurs, et malheureusement aussi publicités – qu’on aimerait juste voir disparaître à cet instant précis -, circulaient aussi tandis que certains tentaient désespérément d’obtenir des nouvelles de leurs proches.

En Octobre 2014, Facebook dévoilait son « Safety Check », un moyen simple et rapide de se déclarer « en sécurité », en cas d’urgence de grande ampleur. Et force est de constater que cet outil a très bien fonctionné. Activé très rapidement sur Paris et la région parisienne, nombreux ont été les utilisateurs du réseau à se définir « en sécurité » pour réussir leurs proches. Simple, mais ô combien efficace et rassurant.

Tags :Sources :FBIT Espresso
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Comment ça marche exactement ?
    on clique toute les 15 secondes ?
    safety check a 10h10, & plus check a 10h11 ?

    Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
  2. T’as un problème de pseudo, «Futé»…
    On parle de Paris, pas de Beyrouth, il n’y a pas un attentat toute les 10 min…
    En gros, si tu t’es déclaré «safe» après 23h hier, à priori très proches peuvent être rassurés. T’as pigé ? Malin hein ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité