31 immeubles posés comme des pièces de Jenga !

The Interlace by OMA/Ole-Scheeren. Photography: Iwan Baan

Quand l'agence d'architecture de la démesure construit dans le pays le densément peuplé, ça donne ça : 31 immeubles posés comme des pièces de Jenga, sur six niveaux et une surface de 170 000 mètres carrés. Bienvenue à l'Interlace !

Le bâtiment (peut-on encore appeler cela un immeuble ?) vient de remporter The World Building of The Year au début du mois, une récompense décernée lors du World Architecture Festival, qui s’est tenu du 4 au 6 novembre à Singapore.

Problème n°1 : la surpopulation

C’est dans cette cité-Etat d’Asie qu’il a justement été construit par l’architecte Ole Scheeren de l’agence OMA, celle du mondialement connu Rem Koolhaas, l’auteur du non moins monumental De Rotterdam. Ou Den Haag. Jugez par vous-même. A Singapour, Interlace est un programme d’habitations qui souhaite répondre au problème n°1 de l’architecture mondiale : Comment faire face à la surpopulation ? Ou en d’autres termes, comment caser tout le monde sur Terre. La question se pose depuis longtemps et des réponses ont commencé à émerger concrètement depuis les années 1950, au moment de la Reconstruction en Europe, qui a eu pour résultat les grands ensembles qui ont vu le jour dans les banlieues, des barres d’immeubles très hautes et très longues, équipés de tout le confort moderne, pour accueillir un maximum de personnes. Sans oublier les parkings à leurs pieds.

Un village vertical et de la verdure

Soixante ans plus tard, sur les gravats des grands ensembles détruits, les architectes revoient leurs copies. Dans des immeubles à la capacité d’accueil toujours plus grande, ils réinjectent de la végétation, de l’interaction sociale et, le souhaitent-ils, une échelle humaine. A l’Interlace, les 31 unités sont donc disposées de façon à laisser des espaces de jardins et des terrasses. A leurs pieds, les voitures ont disparu et les piscines, jardins, cours de tennis ont pris leur place. C’est l’idée du village vertical, plutôt qu’horizontal, saupoudré d’espaces où se croisent les habitants et entouré d’une ceinture de verdure de 9 km. A Singapour, où la place et la nature manquent cruellement, c’est donc un petit miracle d’architecture et d’urbanisme.

On repassera néanmoins pour l’échelle humaine. Les photographies prises au pied du bâtiment donnent une sensation de vertige, autant qu’une tour d’immeuble des années 1960. Par contre, la variété dans la disposition des unités qui créent des espaces différents est bien plus appréciable pour l’oeil que la monotonie d’une barre sans fin. Les jardins et l’eau créent de surcroît une ventilation naturelle dans un pays chaud et humide.

The Interlace by Ole Scheeren #singapore #architecture #travel #interlace #elfblog #fischeye #blackandwhite

Une photo publiée par fischeye (@elfpunkt) le

Cette réponse à la surpopulation sous la forme d’un village à visage humain et végétalisé n’est pourtant pas nouvelle. Il suffit de lire les propositions de l’architecte Le Corbusier, décédé en 1965, ses immeubles-tours imposants entourés de jardins, comme autant d’espace de fraîcheur et de sociabilité.

Tags :Sources :Gizmodo
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Est-ce que quelqu’un peut m’expliquer cette phrase:

    « C’est dans cette cité-Etat d’Asie qu’il a justement été construit par l’architecte Ole Scheeren de l’agence OMA, celle du mondialement connu Rem Koolhaas, l’auteur du non moins monumental De Rotterdam. Ou Den Haag. »

    1. L’architecte Ole Scheeren travail a l’agence 0MA de Rem Koolhaas qui est l’auteur de Den Haag et Rotterdam.
      Enfin ça etre quoi moi a eu con prendre ,,,

  2. L’habitat collectif intégré est réussi à la condition que l’échelle humaine soit respectée.
    Je pense que le système pavillonnaire constitué de logements semi collectifs en R+3 maximum
    avec clôture de voisinage genre lotissement et quartier convivial desservi par des commerces de proximité est la solution d’habitat épanoui.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité