Facebook explique pourquoi il a activé son Safety Check pour Paris et pas ailleurs

Facebook Safety Check

Quelques instants après les terribles attentats qui ont ébranlé Paris Vendredi soir, Facebook activait son nouvel outil, Safety Check, permettant aux utilisateurs du réseau de se déclarer "en sécurité", et prévenir ainsi rapidement leurs proches. Une fonctionnalité très pratique, certes, mais certains se demandaient pourquoi ne pas l'avoir activée pour les autres attaques récentes ?

Il y a quelques jours, un attentat suicide à la bombe faisait plus de 40 morts à Beyrouth et pourtant, Facebook n’a pas « réagi », d’aucuns y voyaient une forme de discrimination.

Pour couper court à ces accusations, Alex Schultz, vice-président du développement chez Facebook, a rédigé un post dans lequel il précise que c’est la toute première fois que le Safety Check est activé pour autre chose qu’une catastrophe naturelle – c’est d’ailleurs pour cette intention que l’outil avait été publié l’année dernière -.

« Facebook est devenu un endroit où les gens partagent des informations et cherchent à avoir des nouvelles de leurs êtres chers. […] Il faut une première fois à tout, même dans des moments si difficiles et sensibles, et pour nous, c’était Paris. »

Maintenant qu’il y a un précédent pour une attaque terroriste – ou tout autre événement violent -, Facebook devra trouver le moyen de déterminer où et quand activer cette fonctionnalité. D’après Alex Schultz, l’équipe ne l’aurait peut-être pas déclenché pour Beyrouth : « durant une grande période de crise, comme une guerre ou une épidémie, le Safety Check dans sa forme actuelle n’est pas si utile que cela aux gens parce qu’il n’y a pas vraiment de début et de fin, malheureusement, il est impossible de savoir précisément quand quelqu’un est vraiment ‘en sécurité’.« 

Ceci étant dit, Alex Schultz l’affirme : « Nous voulons que cet outil devienne disponible chaque fois qu’il peut véritablement aider. […] Nous apprendrons beaucoup des retours de ce lancement. » Un sentiment très largement partagé par Mark Zuckerberg, en personne : « Vous avez raison, il y a de nombreuses autres zones de conflit dans le monde. Nous nous préoccupons de tout le monde de la même manière et nous travaillerons d’arrache-pied pour aider les gens qui souffrent, de quelque manière que ce soit.« 

Tags :Via :The Verge
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. C’est à la fois ridicule et totalement humain que de mettre en perspective. Et je comprends les gens du monde entier qui s’interrogent sur le fait que les attentats de Paris sont autant mis en avant. La différence de traitement amène des questions logiques… Mais indécentes. On ne peut pas minimiser ce qui s’est passé à Paris. On est désolés pour Gaza, pour Beyrouth, pour Ankara, pour ce qui se passe en Syrie, on est navrés en tant que peuple, on est choqués et en colère en tant qu’humains. Mais gardez vos réflexions à la con et soutenez toutes les causes humaines, point.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité