Nicolas Sarkozy s’insurge contre les jeux vidéo violents

Nicolas Sarkozy

Le chef de file du parti Les Républicains s'en prend aux jeux vidéo violents. Ce n'est pas le premier, ce ne sera certainement pas le dernier, alors à quoi bon relever ? Peut-être parce qu'à quelques jours de Noël, ses paroles pourraient bien orienter quelques parents ?

Les attentats du 13 novembre étant encore dans toutes les têtes, doit-on passer un « Noël désarmé » comme l’a demandé un journaliste de la radio Europe 1 à Nicolas Sarkozy ? L’ancien président de la République a la dent dure contre les jeux vidéo violents, et alors que certaines enseignes ont choisi de retirer les armes factices de leurs rayons, lui fustige « ces jeux vidéo d’une violence inouïe qui sont dans tous les cadeaux. […] Il y a des priorités, et la priorité ce n’est pas le désarmement du père Noël ».

Rejeter la faute sur les jeux vidéo violents, c’est devenu un sport chez les politiques, et on se souvient par exemple de ce député qui avait tenu ces mêmes jeux vidéo pour responsables des attentats du 7 janvier dernier. Qu’importe si de nombreuses études ont prouvé que les FPS, les GTA et consorts ne poussent pas aux comportements violents. Paradoxalement, les jeux violents pourraient même aider à mieux supporter la douleur ou à réduire la criminalité.

Mais voilà : Samy Amimour, l’un des auteurs de la fusillade du Bataclan, avait déclaré en janvier 2013 jouer aux jeux vidéo « depuis tout petit ». CQFD ? Pas vraiment. Car déjà, le S.E.L.L. (Syndicat des éditeurs de logiciels de loisirs) a tenu à répondre aux propos de Nicolas Sarkozy :

« Les professionnels du jeu vidéo tiennent à rappeler à Monsieur Sarkozy que la vente de jeux vidéo est encadrée par le système PEGI qui informe très clairement les consommateurs sur le contenu des jeux et que la majorité des jeux vidéo vendue en France est accessible à tous les publics.

Les jeux vidéo peuvent explorer des émotions ou des expériences complexes ou difficiles. Ils ne sont en cela que le reflet du monde tel qu’il est et permettent d’en mettre à distance la violence en jouant avec ses représentations. Ils ne sont pas différents des autres œuvres culturelles.

Stigmatiser le jeu vidéo ne saurait être une position convaincante dans le contexte lié aux récents déchaînements de violence dont notre pays a été victime, contexte dans lequel les professionnels du jeu vidéo ont tenu à rester à la hauteur de leurs responsabilités. »

Frederic Legrand – COMEO / Shutterstock.com

Tags :Via :lemonde
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Ca c’est le truc le plus lol de la journée étant donné que son propre fils Louis est un fan de COD et suis son cursus dans une École Militaire au US…

  2. mot ha j’haie meuh bi un lé je vie au lent…pas beuh soin de raie flèche ire…praz tic Caen on nappe à deux cerf haut com mot ha !

    Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
  3. Attention Watson est dangereux !!! Une fois qu’il sera cré-meuh-lisé il sortira dans la rue pour tuer des gens avec les bouteilles vides !!! Tous aux abris le laitier est de retour !!! Lol

  4. citoyens feancais il est temps de se lever contre ces truands et de les enfermer dans une ile, quand je pense qu il vend des armes et prennaient le ble de khadafi pour se financer avant de partir en avant poste des ricains pour le dégager apres…mais qu il disparaisse de notre pays d ou je suis parti a cause de lui

  5. S’il y a des terroristes, c’est la faute des jeux vidéos… Ben voyons.
    Mais pas du tout la faute d’un livre pour enfants décérébré écrit dans un désert par un taré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité