Acheter de la drogue sur Facebook, c’est finalement très simple

drogue

Pas besoin d'aller traîner ses guêtres du côté du dark web pour acheter de la drogue. Suffit de disposer d'un compter Facebook actif, de savoir à qui s'adresser, et voilà !

Facebook n’est pas uniquement le paradis des selfies et des photos de vacances. Le réseau social de Mark Zuckerberg cache également une face bien plus sombre. Nouveau lieu de prédilection pour les vendeurs du marché noir depuis la fermeture de Silkroad, le site est dernièrement devenu le paradis des vendeurs de drogue, mais également de faux papiers, de cartes bancaires volées, etc.

Et il n’est apparement pas bien compliqué pour acter une transaction : tout ce que vous aurez à faire, c’est de vous faire inviter dans un groupe hébergeant les transactions. Comme l’explique Libération, taper « buy ecstasy » vous renvoie vers des groupes très actifs, en mesure de vous fournir en quelques minutes seulement. Que vous recherchiez de la cocaïne, du LSD, de la kétamine, de l’héroïne ou même de la methylone, les revendeurs cachés sur le réseau social semblent en mesure de vous fournir. Après avoir répondu à quelques questions d’ordre pratique, on valide votre commande, que vous recevrez… par la poste ! Et ce n’est même pas là le plus étonnant : les revendeurs avouent carrément payer Facebook pour faire la promotion de leurs pages ! Et le réseau ne trouve apparement rien à y redire, tant que les publicités ciblent une certaine tranche d’âge.

Mais comme le souligne Libération, il semblerait que de nombreux revendeurs menant leur trafic sur la plate-forme vivent plutôt d’arnaques. Les acheteurs payent, mais ne reçoivent jamais leur marchandise. Et allez demander un remboursement ensuite, pour la blague…

Mais la drogue n’est pas le seul produit illégal que l’on trouve là-bas. Les cartes bancaires volées s’échangent à 10 dollars l’unité, à payer en Bitcoins. Et là, ça fonctionne. Pour les faux papiers, après avoir déniché un contact sur FB, la transaction se fait par Whatsapp, Viber ou Tango, et se facture une trentaine d’euros pour récupérer un permis, une carte d’identité, et même une carte étudiante !

Mais si Facebook semble parfois impuissant, parfois à même de fermer les yeux, il ne faut pas pour autant minimiser les actions menées par les forces de l’ordre, qui opèrent de plus en plus sur le réseau social pour dénicher les revendeurs et consommateurs de ces produits illégaux.

Tags :Via :liberation
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Tt a fait ou comme dans n’importe quel rue où il y a un commissariat ! A moins que ce ne soit DANS le commissariat……🤐🤐🤐🤐

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité