La Nouvelle-Zélande autorise l’extradition de Kim Dotcom

Kim Dotcom

Résidant en Nouvelle-Zélande, Kim Dotcom n'était pas non plus à l'abri des ennuis. L'homme de 41 ans est toujours poursuivi suite à l'affaire MegaUpload. Aux États-Unis, il est accusé de fraude, blanchiment et racket. Et un juge néo-zélandais vient justement d'autoriser son extradition.

Pour Nevin Dawson, qui siège à Auckland, cela ne fait aucun doute : il y a des preuves “accablantes” contre le prévenu. Telle est la conclusion d’un procès de neuf semaines, après quatre longues années d’un épisode judiciaire riche en rebondissements. Une procédure d’appel a évidemment été lancée, et les avocats de Kim Dotcom entendent bien aller jusqu’à la Cour suprême s’il le faut, même si cela devait prendre “un an et demi, deux, trois ans ou plus” : “c’est un marathon, pas un sprint“.

Il faut dire qu’en cas de condamnation aux États-Unis, le fondateur de MegaUpload encourt jusqu’à vingt ans de prison pour avoir, avec trois anciens comparses – Finn Batato, Mathias Ortmann et Bram van der Kolk -, retiré 155 millions d’euros de profit et entraîné plus de 440 millions d’euros de pertes pour les ayants-droit des œuvres piratées.

La suite, au prochain épisode !

Tags :Via :Le Monde
  1. Et certain viole et tue des enfants et n’encourt même pas la perpétuitée… Et oui quand on touche à l’argent des grands gourous qui dirige le monde, on ramasse s’evere…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité