Agressions et viols : multipliés par sept en deux ans, ils impliquent souvent Tinder et GrindR

Agression

Pourtant déjà bien éraflée, l'image de Tinder et GrindR ne va pas s'améliorer avec la statistique du jour : le nombre de crimes (viols, agressions sexuelles, tentatives de meurtre, pédophilie, chantage...) explose pour atteindre 412 cas impliquant ces applis de rencontres en 2015, pour l'Angleterre. De quoi être consterné puisque ce chiffre a augmenté de plus de 7 fois en seulement deux ans (55 en 2013)...

Au cours des enquêtes effectuées par la Police Britannique, Tinder et/ou Grindr ont été cités par la victime ou son agresseur à 412 reprises. AU menu : 253 font état de violences physiques et 152 autres de violences sexuelles allant de viols à pédophilie… Les cas de chantage font également légion, bien souvent, en menaçant la victime de révéler sa sexualité, ses tendances homosexuelles ou bisexuelles.

Au regard de ce terrifiant constat, la Police ne peut malheureusement que réitérer des conseils trop évidents, comme ne pas révéler son identité ou détails trop personnels, vérifier qui se trouve à l’autre bout des applications et en cas de rencontre, prévenir des proches du lieu de RDV…

Déjà accusés de favoriser les MST, la prudence est de mise avec Tinder et Grindr. L’utilisateur qui a attrapé quelques morpions peut presque en rire au regard d’une agression sexuelle, d’attouchements, d’actes pédophiles ou de sexorsion.

Tags :Sources :telegraph
        1. Plus de 50? C’est le cas de le dire: y’a plusieurs jours, j’ai lu qu’on recensait plus de 600 plaintes rien qu’à Cologne. Je ne sais pas on est à combien aujourd’hui

    1. Tout le monde n’est pas raciste et ne crois pas tout ce que la propagande dit comme des boeufs. On voit les descendants et les futures collabos….

      Ce commentaire a reçu trop de votes négatifs. Cliquez ici pour voir le message.
  1. le constat n’est pas terrifiant, il est logique car prévisible.

    les gens s’exhibent sur internet sans aucune retenu, un vrai régal pour les pervers et sociopathes mal intentionnés.

  2. Avec ces apps il y a bcp plus de gens qui se rencontre donc mathématiquement plus de rencontres qui tournent mal, mais aussi plus de rencontres qui se passent bien. Il n’est pas rare de rencontrer 4 ou 5 personnes par semaine avec ces application..
    C’est aussi la proportion qu’il faut regarder..

  3. Il faudrait surtout comparer avec le nombre de rencontre.
    Car si les rencontres Tinder/Grinder ont fait x10, le nombre d’aggression/rencontre diminue …

    Bref, article pas très bien écrit (enfin, repris !)

  4. Pour le coup le titre est mensonger, en France on parle de 80 000 agressions de viol ou tentative de viol par ans… Avec seulement 11% qui porte plainte. Vous parlez ici de « 253 font état de violences physiques et 152 autres de violences sexuelles allant de viols à pédophilie… »
    Donc le titre correct aurai du être « Agressions et viols lié à Tinder et GrindR : Multipliés par sept en deux ans. »

    J’peux comprendre que vous aillez envie qu’on clique sur vos articles farcis de Pub pour pouvoir faire « vivre » votre site. Je l’accepte j’apprend quelques fois des choses intéressantes. Mais j’estime qu’en tant que « Journaliste » il est de votre devoir de ne pas désinformer et abrutir les gens. Cela vous parait sans doutes anodins, mais à votre façon vous participez à entretenir les maux de notre société. Des gens vous lisent, vous n’avez pas le DROIT de raconter n’importe quoi. Il ne tient qu’a vous de faire un petit effort pour inverser la tendance.

    Bien à vous.

    1. J’applaudis des deux mains. Vous etes en plein dans le mille. Le cancer qui ronge le journalisme FRANCAIS (seulement Français, j’ai vécu deux ans aux US, 11 ans en UK, 6ans en Suisse, et maintenant en Italie) est bien qu’il a oublié ce qu’on appelait il y a longtemps la déontologie et l’honneur professionnel; tout est sacrifié à se faire lire, faire parler de soi, et surtout à adhérer à la Doctrine dominante, vaguement gauchisante, anti réactionnaire (c’est à dire souvent anti traditions Françaises), pleine de « pas de stigmatisation, pas d’amalgame, Zemmour nauséabond Nazi, etc. » A propos pour éviter les attaques ad hominem, habituelles désormais au royaume des Lindenberg et autres chasseurs de sorcières, je suis descendant d’immigrés, première génération, et toute la famille de mon père a été exterminée par les Nazis, qui sont si utiles aujourd’hui pour semer la terreur intellectuelle et promouvoir la nouvelle Eglise et la nouvelle Inquisition .

  5. Les sites internet donnent tous les mêmes conseils:
    – Au début on tchat avec une personne sur le net, puis par téléphone. La discussion téléphonique permet déjà de détecter d’éventuelles incohérences. Bien sûr, comme sur les sites de rencontre, les utilisateurs sont généralement anonymes, on ne donne pas son N° de téléphone à n’importe qui!
    – Ensuite, la 1ère rencontre doit se faire dans un endroit public. On prévient un proche de ce rendez-vous et on prévoit à l’avance un moyen de transport pour rentrer, seul(e) par ses propres moyens.
    Etc.
    Il y a des précautions de base (et de bon sens) à respecter pour limiter les risques. Mais il n’y a pas plus de personnes déséquilibrées ou violentes sur internet que dans la vraie vie!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité