Brave, le nouveau navigateur web qui se débarrasse de la publicité

Brave

Brendan Eich, le co-fondateur de Mozilla, vient de dévoiler Brave, son dernier projet en date. Sacrément ambitieux, il prend la forme d'un navigateur web multiplateformes faisant la chasse aux publicités.

Brave Software, la nouvelle startup de celui qu’on présente à la fois comme le créateur du JavaScript et le co-créateur de Mozilla, veut faire bouger le web. Son projet Brave, un navigateur web d’ores et déjà décliné sous Mac, Windows, iOS et Android et disponible en bêta privée va automatiquement bloquer la publicité programmatique, pour les remplacer… par sa propre réclame, tirée de son inventaire.

Rien n’empêche les éditeurs de s’inscrire au programme publicitaire de Brave, comme l’explique Brendan Eich, qui trouve les bloqueurs de publicité traditionnels encore trop agressifs. En faisant ce choix, les éditeurs toucheront 55% des revenus, quand 5% iront directement à Brave Software. Les internautes, eux, grapilleront même une petite part du gâteau, à hauteur de 15%. Ces revenus iront se ranger dans une sorte de cagnotte virtuelle, servant à désactiver complètement les publicités sur leurs sites favoris.

Proposé sous open-source en version 0.7 – donc pas forcément très stable et vierge de quelques fonctionnalités pratiques, comme un gestionnaire de favoris – Brave n’en reste pas moins sacrément prometteur. Ultra-rapide, le navigateur basé sous Chromium se distingue de ses concurrents du fait qu’il bloque les cookies tiers, ces mêmes cookies utilisés par les annonceurs et servant à pister vos visites, mais aussi les scripts qui vont tenter d’injecter de la publicité et les pixel de suivi. Résultat : ces barrières permettent à Brave de charger les pages web 40% plus rapidement sur sa version desktop et 4 fois plus rapidement sur sa version mobile. Revendiquant une nouvelle approche sur la question du blocage des publicités, le logiciel offre par défaut à l’utilisateur d’avoir la main sur sa vie privée.

Il n’empêche : ces derniers mois ont permis de découvrir de nombreux nouveaux navigateurs web, dont Vivaldi, lancé par l’ex-PDG d’Opera Jon von Tetzchner et Edge, le remplaçant d’Internet Explorer développé par Microsoft. Pourtant, aucun d’eux n’a fait le choix de s’attaquer à la question du respect de la vie privée comme le fait déjà la création de Eich.

Pour tester Brave, suivez ce lien.

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Le truc sans pub, ou vous voyez de la pub mais que a force d’en voir, des fois, vous n’en voyez plus…
    En prenant les gens pour des cons, c’est voué a l’échec….

  2. C’est quand même une approche intéressante.
    Plus on bloque les pubs, plus elles s’insinuent partout.
    Autant jouer le jeu pour limiter la casse.
    Si en plus, le navigateur pouvait faire une sélection intelligente et empêcher les pubs du style « votre ordinateur a été infecté », les pop-ups qui imitent le style des fenêtres OS ou les faux liens qui renvoient sur de la m*rde… ça pourrait rendre la navigation plus sûre, notamment pour les enfants ou les personnes (âgées?) un peu larguées par la techno.

  3. Approche très intéressante qui permet de contourner des pratiques publicitaires insupportables telles que les décrit @tetto.
    D’ici à ce que les régies publicitaires réagissent et demande à ce qu’on interdise de modifier le contenu d’une page internet sans modifications lors de l’affichage je vous cela arriver très vite… En efdet., comment se passe la reattribution des revenus pour les créateurs des contenus ?
    Car avec ce systèmes, eux se retrouvent complètement squizzés …

    Je vais suivre cela de près, l’itiatice me plait en tout cas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité