Non, SpaceX n’ira pas sur Mars d’ici 2025

spaceX dragon Mars

Elon Musk, le génial et exubérant patron de SpaceX, a annoncé lors d'une conférence qu'il espérait lancer une mission vers Mars d'ici 2025. La NASA prévoit d'aller sur Mars en 2030 au mieux. Est-ce que SpaceX, une compagnie privée, est capable d'envoyer le premier homme sur Mars ?

Pour ceux qui ne connaissent pas encore SpaceX, il faut que vous sachiez que cette agence spatiale privée a été fondée par Elon Musk, co-fondateur de Zip2, Paypal  et Tesla Motors. Il a un projet de transport terrestre plus rapide que l’avion (hyperloop). SpaceX puisque c’est cette société qui nous intéresse a été fondée en 2002.

Il a fallu 6 ans (et 4 échecs) seulement à SpaceX pour construire une fusée Falcon 1 capable de mettre un satellite sur orbite. Quand la NASA lance un appel d’offre pour ravitailler la Station spatiale internationale suite au retrait des navettes spatiales en 2008, SpaceX le gagne avec une autre société qui s’appelle Orbital Science.

SpaceX développe alors en moins de 2 ans une fusée Falcon 9 qui passe avec succès tous les tests. En 2012, SpaceX devient la première société privée à ravitailler la Station spatiale internationale avec un vaisseau Dragon. Ce vaisseau cargo inhabité permet de transporter jusqu’à 2 tonnes de fret vers la Station spatiale. Mais surtout le vaisseau Dragon est le seul vaisseau cargo à destination de l’ISS capable de ramener du fret, notamment des expériences scientifiques.

En 2014, SpaceX dévoile un nouveau vaisseau, le Dragon V2. L’objectif est de transporter jusqu’à 7 astronautes à destination de la Station spatiale internationale d’ici 2017.  Cet objectif semble tout à fait réaliste puisque SpaceX enchaîne actuellement les essais.

Même si l’actualité semble se focaliser sur les échecs répétés de SpaceX a récupérer le premier étage de ses fusées sur une barge en pleine mer, il ne s’agit que de réductions de coût de fabrication qui ont une importance pour l’économie de la société SpaceX concernant la mise en orbite de satellites.

Actuellement SpaceX travaille d’arrache-pied sur la capsule Dragon V2. Elle vient de tester la semaine dernière les parachutes qui permettront à la capsule d’amerrir en douceur dans l’océan. Mais à terme la capsule pourra se poser sur la terre ferme à l’aide de rétrofusées qui utiliseront une technologie similaire à celle qui permet de récupérer des étages de fusées.

SpaceX a également testé la semaine dernière un vol stationnaire de son vaisseau Dragon V2 pendant 5 secondes.  L’objectif d’envoyer des astronautes à destination de l’ISS en 2017 est pour l’instant tenable.

Mais la surprise vient de l’annonce faite par Elon Musk la semaine dernière où il a annoncé que SpaceX devrait être capable d’envoyer un humain sur Mars d’ici 2025. Cette annonce a été faite lors du Festival Startmeup 2016. Vous pouvez voir dans la vidéo ci-dessous le passage où il parle de ses ambitions martiennes à la trentième minute.

Lorsque l’animatrice semble surprise par la date de 2025, il réplique que c’est dans 9 ans quand même. Comme si ça lui laissait plein de temps pour y arriver. Seulement, aller sur Mars, ce n’est pas la même chose que d’aller ravitailler la Station spatiale internationale. Il faut faire le trajet et permettre aux astronautes un minimum de confort pour les 6 mois que durera le trajet. Il faut aussi un maximum d’espace pour la nourriture et l’eau, puisque le voyage durera au minimum 18 mois. Ensuite, il faut un atterrisseur capable de se poser sans s’écraser sur la planète rouge. Rappelez-vous le stress pour poser les 900 kg de Curiosity sur Mars en 2012.

Il faut également que cet atterrisseur soit capable de redécoller et c’est infiniment plus compliqué que sur la Lune puisque la gravité est tout de même plus forte sur Mars. Il faut ensuite réussir le rendez-vous spatial avec le vaisseau qui ramènera l’équipage sur la Terre.

Bref, vous l’avez compris, aller sur Mars n’est pas aussi simple que veut le faire croire Elon Musk. Alors oui, avec SpaceX, il nous a surpris à plusieurs reprises et il a réussi de nombreux défis dans des délais extrêmement courts. Mais c’était pour réaliser des choses qui avaient déjà été faites. Quand SpaceX innove, par exemple pour récupérer le premier étage des fusées, Elon Musk se heurte déjà à des problèmes qui retardent ses ambitions. Et pour aller sur Mars, Monsieur Musk, il va falloir innover à tous les étages. Et vous allez vous heurter à de nombreux problèmes.

Et je ne peux pas croire qu’Elon Musk l’ignore. Il est clairement dans un exercice de communication qui lui permet de placer sa société au-dessus des autres agences spatiales. Après tout, la conquête spatiale est un  business comme un autre et tous les moyens sont bons pour convaincre les clients que son offre est la meilleure.

La semaine dernière, c’était aussi les 30 ans de l’explosion de la navette challenger. C’était le 28 janvier 1986. Et ce jour-là, le monde entier s’est souvenu qu’avec le spatial, la routine n’existait pas. Cet accident a coûté la vie à 7 astronautes.

J’espère vraiment que SpaceX, la NASA, Orbital Science, l’Inde ou la Chine annoncera l’envoi d’un équipage à destination de Mars. Mais j’ai aussi envie que cette mission réussisse. Je préfère donc attendre quelques années de plus en sachant que toutes les mesures ont été prises pour que les astronautes reviennent vivants. Et même dans ce cas, le risque zéro n’existera pas.

Tags :
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Aller sur mars c’est surtout une question de poids. SpaceX a été capable de maitriser très rapidement le côté sécurité des lanceurs, il ne reste « plus » qu’à upscaler… bon c’est pas gagné mais je dirais que c’est possible.

    Et puis en réalité ce ne sont pas des choses qui n’ont jamais été faites. La NASA a envoyé des hommes sur la lune. Oui Mars c’est plus loin, la gravité est plus forte, mais là encore les procédures restent les mêmes. C’est l’échelle (temps, masse) qui change.

    Sinon, juste quelques petites fautes à corriger 😉 :

    une fusée Falcon 9 qui passent – passe*
    concernant la mise en orbite de satellite – satellites*
    SpaceX a également tester – testé*
    Il faut ensuite réussir le rendez-vous spatiale – spatial*

    Merci pour ce très bon article :)

    1. Merci pour les corrections 😀
      C’est vrai que les procédures peuvent sembler similaires, mais au niveau de l’habitat, les astronautes sont également exposés aux radiations solaires. Pour aller sur la lune, l’exposition en dehors de la ceinture de Van Allen était de courte durée, mais déjà les astronautes ont présenté une cataracte 7 ans avant les autres astronautes. Et ça c’est juste un des nouveaux problèmes pour aller sur Mars.
      Si ça vous intéresse, je pourrai faire un article sur les nouveaux défis d’une mission vers Mars.

      1. Intéressé aussi :)

        Je suis au courant pour les cataractes (un bon argument quand on tombe sur un fan de théories du complot), mais on trouvera bien une réponse là aussi (blindages légers, vêtements de protection…)

        Je suis peut-être trop optimiste, ou trop impatient, mais je veux voir des hommes sur la lune le pus tôt possible.

  2. Un bon article qui situe bien SpaceX dans le contexte global mais qui serait tout à fait passés des quelques dernières remarques à l’égard de « Monsieur Musk » et des conseils associés : cela parait un peu déplacé et enfantin 😉

    Un peu de réserve journalistique est bienvenue pour nuancer ces effets de communications très justement décrits mais le ton aurait pu être un rien plus… Modeste ^^

    Merci néanmoins !

    1. Merci :)
      Pour le ton, j’avoue que quand j’écris ici, j’aime bien sortir de ma réserve. Je préfère un ton enfantin et peu modeste à un ton journalistique neutre. Mais c’est une question de goût et de choix ^^ Je sais que vous savez faire le tri :)

  3. Il parle de faire le premier voyage vers Mars en 2025. Il ne confirme absolument pas que le voyage sera habité ou même qu’il atterrira sur la planète…

    1. La question à laquelle il répond est : « When will there be a manned SpaceX mission and when will You go to Mars ? »
      Juste avant il venait de parler d’Apollo et de l’importance d’être le premier pour inspirer les gens.

      1. Il se pourrait aussi qu’il parle d’un voyage aller-retour sans se poser au sol…auquel cas ça ne semble pas spécialement compliqué techniquement tenant compte de l’échéance.

  4. Le seul et unique bon rédacteur de Gizmodo…
    Merci pour ces articles Noredine. Petite question (que beaucoup déjà ont posé je crois) pourquoi ne pas rédiger d’autres articles sur d’autres sites ? Gizmodo franchement, c’est un peu de la daube si on zappe tes articles ?

    1. Mais moi, j’aime Ubergizmo/do !
      Sinon, j’écris aussi régulièrement pour des magazines analogiques en papier :) (Usbek & Rica ; Géo Ado, Wapiti, 1jour1actu…) mais il faut aller chez les marchands de journaux pour vous les procurer :)

  5. Une grosse partie du coup du voyages est aussi la quantités de nourritures, eau servant à la survie de pou des personnes. Celles ci directement proportionnel à la durée du trajet avec des fusée a propulsion chimiques.
    D’ici qu’il nous divise le temps par deux voir trois ou Bk plus, moi , je ne sais pas ce que leurs ingénieurs ont sur leurs plans.
    Ex, la propulsion ionique déjà testé en 98 et en 2009.

  6. Noredine –> un des gars de gizmodo qui sais ce qu’est un « VRAI » article bravo mec continue tu fais du putain de bon boulot et en plus tes sujets sont plus qu’intéressant merci !!!

  7. excellent article Noredine je recommande un excellent ouvrage dont je suis le responsable éditorial avec une douzaine de personnes EMBARQUEMENT POUR MARS 25 défis à relever paru il y a 3 mois préfacé par l’astronaute Thomas Pesquet et postface de Romain Charles de Mars500

  8. Le 21 décembre dernier SpaceX a récupéré avec succès un lanceur, qui s’est posé sur la terre ferme, avec une précision d’un mètre et demi. Vous avez passé cet exploit sous silence, alors que vous semblez heureux de parler des lanceurs qui ont tenté d’atterrir sur une barge, sans y parvenir totalement.

    Elon Musk aura une année chargée en 2016. On apprendra un tas de trucs intéressants: F9H, Spacesuit, Raptor, MCT (BFR+BFS), Dv2 Max-Q, …

  9. Je ne comprends pas l’interet d’un tel article. Il fut écrit dans le simple but de détruire les ambitions d’un homme qui en a certes beaucoup, mais d’un homme qui marquera l’histoire pour tenter de redresser l’humanité.
    Pour comprendre mes propos :
    -Tesla Motors : voiture électrique (adieu les energies fossiles à terme)
    -Hyper loop : train magnétique (a le potentiel pour remplacer l’aviation civil)
    -Solar city : équipement solaire pour habitations, (rendre indépendant les individus vis-à vis de l’énergie)

    Tout ses projets s’orientent dans une même direction, le progrès. Seulement il y a quelque chose que Monsieur Elon Musk a compris et que visiblement l’auteur de cet article n’a pas compris. L’objectif de dater et de planifier n’est pas de faire le « buzz » c’est avant tout pour dire, voilà nous y travaillons, et nous espèrons réussir pour cette date, plus on est ambitieux et plus les probabilités de réussites sont élevées, cet homme le prouve tous les mois.

    Racourcir les dates permet d’avancer plus vite c’est un fait ! incontestable de surcroit ! Sachez pour finir que les mêmes critiques concernant sa fusée falcon avaient été émises par la NASA à l’époque ou il déclarait je vais la faire attérir, et bien le 22 décembre 2015 il a réussi et qui plus est la NASA aujourd’hui le paie pour faire ce qu’eux disaient impossible.
    Il donne une leçon à l’humanité ! sachez la recevoir et ayez la décence de réfléchir et de pas tout prendre au pied de la lettre.

    Si les scientifiques du CERN disent en 2050, on aura un collisionneur a particules capables de détecter la matière noire (ce qui est actuellement leur plan), certes ils peuvent ne pas y arriver, mais fixer une première date permet de lancer le projet.

  10. C’est sûr c’est pas la France ni l’Europe qui ira sur Mars.
    Pas de vision du futur, et toujours à ne voir que les impossibilités, pas les possibilités.
    L’image d’une société morte.

  11. Je pense que la problématique de faire redécoller le vaisseau une fois sur Mars peut être écartée. Si quelqu’un est assez fou pour participer à une mission de cette envergure, je pense que çà ne doit pas lui poser de problème de ne pas revenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité