Avec le Vinyl Recorder T560, vous pourrez graver vos vinyles vous-même !

Vinyl Recorder T560

Les disques vinyle ont aujourd'hui encore la faveur de certains mélomanes. Malheureusement, si certains titres voient effectivement le jour sur les galettes noires, il faut avouer que le choix est plutôt limité. Ceci étant dit, si vraiment vous ne jurez que par le vinyle, vous pouvez les graver vous-même avec la platine Vinyl Recorder T560.

Vinyl Recorder est une société allemande spécialisée, comme son nom le laisser supposer, dans les disques vinyle. La machine T560 permet d’enregistrer ses propres disques, un système en voie de disparition depuis la fin du Vestax VRX-2000.

Sur un plateau de platine standard, les sillons du disque vierge sont gravés avec un burin en diamant, lequel est monté sur un stylet chauffant. La tête de gravure adapte la profondeur et les ondulations du sillon en fonction du signal audio commandé par l’unité centrale – laquelle effectue la correction RIAA -. Le sillon fraîchement gravé est contrôlé par un microscope et les débris sont aspirés directement par un tube.

Grâce à la machine Vinyl Recorder T560, il devient donc possible de graver ses CD préférés sur vinyle mais aussi de faire des enregistrements live directement sur galette noire, pour peu que l’on branche au système des micros et une table de mixage audio.

Si vous souhaitez vous lancer dans la gravure vinyle, sachez qu’il vous en coûtera tout de même 3 200€ (hors platine vinyle et aspirateur) pour le kit de base, avec un paquet de disques vierges. Les galettes supplémentaires sont vendues 35€ par paquet de 10. Et attention, si nos graveurs actuels sont très rapides et efficaces, le processus est ici très lent et sensible. Parfait pour une copie ou deux !

Tags :Sources :Site OfficielVia :On Mag
Dernières Questions sur UberGizmo Help
  1. Je trouve ça très amusant ces gens accrochés au vinyl comme de bons gros hipsters… et qui continuent pour beaucoup à prétendre que le son est meilleur que du digital.

      1. après il y a ceux qui sont infectés par le virus du « c’était mieux avant » qui n’ont plus d’oreille, plus d’esprit critique et qui bientôt vont essayer de nous avaler que le phonographe c’était encore meilleur que le vinyle….

        1. Même pas la peine d’essayer de discuter avec les « fans de vinyle ».

          Les contraites en mastering du vinyle sont atroces, les basses sont limitées par la largeur du sillon, les aigus limités par le mouvement du diamant.

          Le vinyle sonne doux, car on est obligé d’enlever tout ce qui dépasse, sinon soit les sillons sont coupés (basses) soit le disque va sauter (aigus), et en plus il sonne encore moins bien à la fin de chaque face (sillon plus court).

          A ça on rajoute le pleurage et le scintillement (meilleure est la platine, moins ça sera sensible) et l’usure rapide du disque puis les poussières.

        2. Le vinyl a ses avantages comme ses inconvenient. La qualité par rapport au CD est limité voir nulle si l’on compare les données bruts.
          Cependant, le vinyl possède une chaleur rondeur dans l’écoute que l’on ne retrouve pas sur un CD dont le son semble parfois trop aseptisé.

    1. Pour ce qui on encore des oreilles il y un test très simple! Prendre la version vinyl de « the dark side of the moon » pressé dans le années 70 et la version actuelle remastériser et represser sur vinyl 180gr et comparer. …Moi la version 180gr qui n’est qu’une copie du CD et bien je m’en sert de frisbee pour jouer avec mon chien.
      matériel: TD 147, cellule Samba, préampli mc Cambridge.

  2. Sur les CD, le son est filtré, des fréquences ne sont pas enregistré. c’est pour cela que l’on dit que le son du CD est moins bon.
    Enregistrer un vinyle depuis un CD ça n’a aucun sens. puisque le son est altéré.
    Le vinyle est meilleur uniquement si l’ensemble de l’enregistrement a été réalisé en analogique.
    Mais il est vrai que le vinyle est plus fragile et que des craquelures peuvent apparaitre si il est encrassé.

    J’ai des vinyle des pink floyd des années 70-80, et les même en CD, on arrive bien a entendre la différence.
    L’un n’empêche pas l’autre, j’ai spotify sur ma tablette également…

    1. ça tombe bien, j’ai toute la discographie du Floyd en vinyle et en cd…. et bien, je préfère, de loin et sans hésitation aucune les pressages cd, pour la diaphonie, la bande passante, la dynamique.

      N’oublie pas qu’un vinyle s’use mécaniquement du simple fait du frottement du diamant dans les sillons et qu’au bout d’une trentaine d’écoutes, le son est déjà modifié, et pas en bien…

    2. « Sur les CD, le son est filtré »

      Le son n’est pas « filtré », il est décomposé et recréé par la platine. Il est enregistré une fois pour toutes et sera ressorti fidèlement autant de fois qu’il faudra.

      « des fréquences ne sont pas enregistré »

      Il n’y a pas de limite dans les fréquences basses que peux reproduire un CD, il y a une limite de fréquences hautes, dues à la fréquence d’échantillonage de 44,1… qui est déja largement au dessus de ce que l’oreille humaine est capable de percevoir… et que de toute façon un vinyle aura aussi du mal à restituer. (distance parcourue en un tour en fin de face d’un 33 tours, 44 cm… pour caser deux secondes de son, 22cm pour une seconde… 44100… un deuxmillième de millimètre pour un phase à 44khz… et si on parlait d’un son pur hein).

      1. Oui très bon point. Les gens se contentent souvent sur leur pc du chipset audio inclus dans la carte mère… pour eux le son numérique se limite à ça… ce qui est une grave erreur. Les étages de conversion numérique/analogique bas de gamme qu’on trouve d’origine… bah c’est du bas de gamme.

        Un DAC usb est une solution, sinon on trouve encore des cartes son interne… et pas besoin d’aller dans du matériel très haut de gamme pour entendre une différence.

  3. Le son est pas forcément meilleur sur un vinyl, mais il possède une vrai bonne dynamique. Le soucis du cd et mp3, n est pas le support, mais les ingénieurs sons, qui connaissaient encore leurs travail à l époque, et ne se contentaient pas de mettre un compresseur sur le master comme c est trop souvent le cas aujourd’hui, avant c étaient de vrais artisans qui pratiquaient un art, aujourd hui perdue.

  4. Mouahaha :) Les mecs ont toujours pas compris que l’intéret du vinyle ne tient pas dans ses qualités sonores mais de ce qu’il apporte dans le rapport musicien/producteur auditeur.

    Etant un bon gros digger (et dj par là meme occasion), je suis consterné de voir le ratio sortie/daube quand je regarde les sorties digital. Resultat, si veux digger dans les news digital sur Beatport par exemple, tu te retrouve avec 1000 nouvelles releases par jours…. en sachant que les labels peuvent tout à fait monnayer leurs visibilités.
    Quand tu sais le prix (et donc le risque) de sortir un ep en vinyle, tu comprends tout de suite pourquoi il y a beaucoup moins de sorti en « vinyl only » et pouquoi un label si reprends à 2 fois avant de signer pour la production d’un vinyle. De facto, le ratio n° de release/qualités et 100x meilleur et t’a vraiment moins l’impression de perdre ton temps en passant en revu les sorties vinyle 😉

    Ce qui ne m’empeche absolument de faire dans le digital aussi 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité